Ni queue ni tête (but London inside)

On s’est échappé 3 jours à Londres,

En passant par Whitstable, joli village de pécheurs, qui mérite d’y passer quelques heures.  Les maisons sont en bois, de toutes les couleurs, et la promenade en bord de mer est super agréable ! N’hésitez pas si vous passez dans le coin. Lire la suite « Ni queue ni tête (but London inside) »

Le jour où on m’a proposé d’écrire un livre (Épisode 3)

Capture d’écran 2018-07-27 à 11.38.34.png

Pour retrouver l’épisode 2, c’est ici.

Je t’avais laissé

au moment où j’attendais un retour de l’éditrice suite au texte envoyé quelques semaines plus tôt. Autant te dire que je checkais ma boîte mail intensément à cette époque. Les jours passaient, les semaines …et enfin, un jour, THE réponse qui calme direct : non, non, je ne t’ai pas oubliée, mais oui, je suis débordée et n’ai pas encore eu le temps de lire ton manuscrit. Voilà. Merci. Tout le monde descend. À partir de là, j’ai compris que ce projet bouquin prendrait du temps, et qu’il allait vraiment falloir que je me détende du périnée parce que je ne maitriserai pas le retroplanning cette fois-ci. L’Editeur est le chef d’orchestre, pas moi.

Lire la suite « Le jour où on m’a proposé d’écrire un livre (Épisode 3) »

J’ai 4 enfants, et alors …

Capture d’écran 2018-04-30 à 16.04.08.png

Je lisais le dernier billet de ma binôme de galère, Marine, qui racontait avec la plume agréable et curieuse qui la caractérise, les joies, mais pas que, de s’être reproduit 4 fois. Son billet lui a valu quelques réactions un poil condescendantes, du genre oh ça va bien 5 minutes hein, moi j’en ai 5, 6 ou 13 des gamins,  et j’en fais pas tout un foin. Effectivement, des familles de 4 et plus, il y en a partout, mais je suis persuadée que ça reste quelque chose d’un peu hors-norme. Pour rappel, le taux de fécondité en France est de 1.88 enfant par femme en 2018. Il n’est pas de 5, de 6 ou de 13, il est de 1,88. Lire la suite « J’ai 4 enfants, et alors … »

3 ans de blog : un bilan et des questions

Capture d’écran 2018-10-12 à 14.53.41.png

Ça y est, le blog a fêté ses 3 ans. L’âge de la maturité bloguesque. Je me souviens du jour où j’ai posté mon premier article. À l’époque, je publiais frénétiquement plusieurs fois par semaine (#blogueusesousacide). J’étais dans une sorte d’urgence à raconter. Raconter ma fatigue principalement, la vraie, la dure, la tatouée, celle des nuits avec des jumeaux en bas âge, celle des pipettes de Doliprane à 4 heures du matin et des biberons de 180 ml de lait A.R, raconter la fatigue qui t’attaque le moral plus férocement qu’un hiver lillois, raconter la fatigue qui te hurle que tu n’y arriveras pas. Je peux vous le dire, lecteurs des premières heures, par vos messages, vos commentaires, vos témoignages, vous m’avez portée cette première année, tellement portée. Merci. Lire la suite « 3 ans de blog : un bilan et des questions »

Le jour où on m’a proposé d’écrire un livre (Épisode 2)

Capture d’écran 2018-07-27 à 11.38.34.png

Pour retrouver le premier épisode, c’est ici 

Nous en étions donc à la phase d’attente.

Ariane, mon agent (je ne m’en lasse pas, c’est mon petit côté Paris Hilton) est censée me rappeler pour savoir si l’éditrice est ok pour me rencontrer. Je patiente quelques jours , et  évidemment – sinon tu ne t’en farcirais pas plusieurs épisodes – elle me rappelle et me confirme donc qu’elle a réussi à nous décrocher un rendez-vous !

Bizarrement, je n’avais encore aucune pression à ce stade-là. Sincèrement, ça n’a jamais été mon rêve d’écrire. Je garde en tête mes mémoires de fin d’études que je mettais des plombes à rédiger …. c’était poussif, fastidieux, compliqué. Je sais que certains ont des facilités rédactionnelles que je n’ai pas, alors écrire un livre, j’avoue que ça ne m’avait jamais effleurer l’esprit. Lire la suite « Le jour où on m’a proposé d’écrire un livre (Épisode 2) »

Ni queue ni tête

Capture d’écran 2018-09-24 à 16.01.20.png

C’est complètement l’heure de publier un article sans queue ni tête. Quelques minutes à écrire, encore moins à lire. Ça nous laisse un peu de temps pour signer la météo du comportement dans le cahier du jour.

J’ai emmené la petite chez l’orthophoniste

Problèmes d’élocution plutôt mignons chez une môme de 4 ans, mais qui peuvent vite virer embarrassants si on ne règle pas le problème. Douze mois d’attente mon pote. DOUZE. Autant de dire que quand la dame te demande si tu peux te libérer lundi en 8 à 17.50, tu dis OUI. L’orthophoniste, tu ne la choisis pas. ELLE te choisit. Tu en appelles 38  et pries juste pour que l’une d’entre elles te rappelle dans l’année. Ici, on est tombé sur le modèle vintage. Jupe mi-mollet, collant chair, serre-tête et vieux sautoir sur col roulé. Elle me met un peu mal à l’aise, mais en même temps, on n’est pas là pour qu’elle nous donne ses conseils mode. Deuxième séance ce soir. À raison de 20 minutes par séance, je sens qu’on va s’en cogner plusieurs mois. C’est vraiment dommage que j’aime pas lire Point de Vue, y’a toute la collec de 2006 dans la salle d’attente…

Séparation des jumeaux : le bilan

Pas terrible. Je pensais que ce serait difficile pour mon fils qui était le plus effacé du duo, et finalement, c’est ma fille qui a du mal. Mon garçon s’épanouit pleinement dans sa nouvelle classe et semble heureux de la séparation, alors que sa soeur, habituée à être le petit « leader », se retrouve à ne plus leader personne, et ça, elle n’aime pas. Pleurs, crises, gros chagrins … C’est pas évident. Mais je suis confiante, elle va trouver sa place rapidement, j’en suis persuadée (#méthodecoué)

Le chat a choppé une cystite

La deuxième en 15 jours. C’est pas l’info du siècle je te l’accorde, mais sache que la cystite chez le chat le pousse à pisser absolument n’importe où. Tapis, couette, canapé, rideaux. Il a tout donné. Ça sent le vieux refuge SPA à la maison. J’en peux plus. Il parait que la nourriture peut être la cause des galères. Le véto m’a donc gentiment proposé un paquet de croquettes Premium à 42 euros. C’est officiel, nourrir un chat coûte plus cher que nourrir 4 mômes.

Allez lire le dernier billet de Mamanwhatelse

On n’attend pas de devenir une maman dragon pour réaliser qu’on en fait trop. On lâche la pression, et on boit l’apéro. On s’en est déjà parlé plusieurs fois les meufs : on arrête de se coller la barre si haut, BORDEL.

On a fait une croisière sur la Seine

By night, en pleine semaine. Casser la routine, sortir du tunnel du soir, faire des trucs au dernier moment, qu’est ce que c’est bon ! Je conseille vivement.

Les filles ont commencé la gym

Une dans le groupe du matin, l’autre dans le groupe du midi. Et mon mercredi s’est automatiquement transformé en casse-tête hebdomadaire. Des horaires à la con, l’obligation d’emmener les 3 petits à chaque aller-retour pour ne pas les laisser seuls à la maison. Opérations habillage/déshabillage / mets tes chaussures / mets ton gilet plusieurs fois dans la journée. J’en ai déjà marre. Imagine en février. Évidemment, le mercredi, c’est aussi le jour des courses, du ménage et des rendez-vous médicaux. L’angoisse. Oh ça va, elle se croit aussi busy que Brigitte Macron la meuf ou quoi tu dois te dire… Ben, ouais, coiffeur en moins, moi, j’ai pas le temps. Mais j’avais envie de me plaindre un peu. Pardon. J’arrête. Et puis les mercredis, je les ai voulus, je les ai eus !

 

 

 

Parentalité niveau 2 : La rentrée au collège

Capture d’écran 2018-09-11 à 11.08.22.png

Nouvelle épreuve dans ta vie de parent : ton premier-né entre au collège. Bravo, tu es passé en niveau 2. Je rappelle pour les nouveaux que le niveau 1 est acquis lorsque ton môme est suffisamment autonome pour ne pas se sentir obligé de t’informer à CHAQUE fois qu’il va au toilettes.

L’entrée en sixième, c’est une nouvelle étape pour l’enfant évidemment, mais pour toi parent, c’est aussi un sacré gap. Tu faisais la maline dans les couloirs de l’école primaire, te sentant un peu chez toi, connaissant l’équipe pédagogique au complet, les menus de la cantine par coeur et même les problèmes de mycoses du Directeur, mais aujourd’hui tout a changé. Aujourd’hui tu découvres le collège, ses rites, son fonctionnement et ses codes ENC. L’angoisse au dancefloor. Maman te propose donc aujourd’hui de te faire part de ses découvertes après quelques jours de collège, histoire de détendre un peu l’affaire. C’est parti :

L’emploi du temps d’un sixième n’est pas fait pour être compris par l’être humain

Ici, selon les semaines, les options et les groupes de classes, tu as généralement 1 chance sur 6 de ne pas te planter sur le cours qui sera effectivement donné à ton môme le lundi de 9.00 à 10.00. Tu comprends qu’il faut donc aider l’enfant à préparer son sac la veille. Prévois facile 45 minutes. L’angoisse on t’a dit.

Le sixième finit généralement assez tôt

Bien plus tôt qu’un primaire qui enchaînait centre de loisirs et aide au devoirs après la classe histoire de tenir jusqu’à une heure de sortie décente du point de vue de la DRH de ta boîte. Le 6 eme doit donc être pourvu d’une clé de la maison, d’un portable en cas de problème, et de la confiance de ses parents pour qu’il n’ allume pas la PS4 à peine arrivé.

Le sixième a des devoirs TOUT LE TEMPS

Si le môme te dit qu’il n’en a pas, il te ment. Tu as évidemment le droit de faire semblant de le croire pour avoir la paix, mais sur le long terme l’évitement n’a jamais été une solution efficace, sache-le.

Le sixième est plus surveillé qu’un fiché S

On te donne des codes d’accès à la rentrée qui te permettent d’accéder à son emploi du temps, à ses retards, ses devoirs, ses notes … Fini le temps où tu imitais la signature de ta reum pour lui éviter de stresser sur ton niveau d’histoire-géo. Maintenant, tout est transparent – Big Mother is watching you –  je compte sur toi pour laisser un peu d’air à ton môme. Si tu lui sautes à la gorge au premier retard, tu vas t’épuiser.

Méfie-toi. On fera TOUT pour te recruter dans la secte des associations de parents d’élève

Si on te propose gentiment un jus d’orange dans un gobelet en plastique le jour de la rentrée, tu peux être sûr que le gars en est. Fais gaffe.

Détache-toi

Évidemment que le collège est immense, que Chouchou ne connaitra pas beaucoup de monde au début, qu’il va se tromper de salle, qu’il va oublier ses affaires de sport, qu’il ne comprendra pas comment fonctionne la carte de cantine, qu’il semblera un peu paumé …. mais ça ne sert à rien de s’angoisser pour 2. Ne lui refile pas tes propres angoisses de collégien. Tu as bientôt 40 ans, il est temps de tourner la page même si je sais que le coup de la meuf, cette bitch, qui t’avait péta ta trousse Fido Dido en 6eme D, tu as encore du mal à le digérer. Mais respire, tout va bien se passer pour ton môme. La preuve, Fido Dido n’existe plus.

Et pour finir, je te laisse sur ces mots qui te parleront désormais plus que ceux piochés dans la dernière édition de ton Laurence Pernoud préféré : « laisse pas trainer ton fils si tu veux pas qu’il glisse » …