La géméllité

Capture d’écran 2016-02-01 à 17.30.02.png

Quand j’ai su que j’attendais des jumeaux, j’ai rapidement été flippée par ce lien gémellaire très fort, lien réel ou fantasmé d’ailleurs, qui te renvoie en mémoire ces reportages TF1 un peu flippants où l’on te parlent de jumeaux qui se suffisent à eux-même, et qui finissent leur vie ensemble. Il m’a donc semblé plus sage de considérer mes bébés comme des enfants, et non pas comme des jumeaux. Le dominant / le dominé, le social / le timide, le cérébral / le sensible …. Je ne voulais pas les étiqueter, pour leur laisser la possibilité de choisir leur vie, plutôt que d’essayer de coller à celle que nous pourrions attendre d’eux. Ils ont bientôt 2 ans, et j’ai donc un peu de recul sur ce lien de gémellité.

Le bilan :

– Ils sont très proches de leurs ainés, mais sont malgré tout plus proches l’un de l’autre. Ils ont besoin de se voir, de s’entendre et d’être ensemble la plupart du temps. Ils sont dans la même chambre et je ne pense pas qu’ils soient prêts à faire chambre à part. Par exemple, si nous prenons numéro 3 avec nous de temps en temps, quand mentalement, se lever 8 fois par nuit risquerait de nous faire basculer du coté obscur (oui, numéro 3 fait des nuits complètes UNIQUEMENT dans notre chambre, ne me juge pas, je sais que c’est mal), sa soeur se réveillera systématiquement une heure plus tard car elle « sent » que son frère n’est plus là. (tu notes donc que se lever la nuit est une fatalité dans cette famille).

– Ils forment une équipe. A eux deux, ils se sentent plus forts, plus confiants. Ils sont à l’aise absolument partout et n’ont pas besoin de chercher à se créer un réseau de copains. Ils sont leur propre réseaux, sur lequel les autres enfants viennent se greffer. Mais ils ne sont pas pour autant auto-suffisants. Ils apprécient beaucoup la compagnie. Ouf, ils ne finiront peut-être par leur vie ensemble.

– Ils se protègent mutuellement. Aux premiers pleurs de l’un, tu es sûre que l’autre va rabouler fissa pour voir ce qui se passe et apporter un doudou réconfortant et un regard bienveillant (mignonnerie +++). Même absorbé dans son activité, numéro 3, lâchera sa pâte à modeler pour aller mettre un pain au premier qui embêtera sa soeur. Autant dire qu’à la crèche où ils sont 20 par section, il est assez busy de ce coté là.

– Ils fonctionnent par imitation. Numéro 3 ne testera les haricots verts que si numéro 4 les approuve. A l’inverse, il arrêtera d’aimer les carottes si sa soeur refuse de les avaler. C’est la même chose pour la température de l’eau du bain, qui devra être testée et approuvée par l’un si tu veux que l’autre accepte d’y poser les fesses. Donc en général, c’est tout ou rien. Soit le repas se passe bien pour les deux, soit c’est un calvaire pour tous. Et si tu tombes sur une bonne soirée, l’eau du bain n’aura pas été approuvée non plus, et toi tu retourneras 3 fois à la cuisine te servir un peu de vin pour t’aider à oublier.

– Leur lien avec moi est très compétitif. Autant ils sont bienveillants l’un envers l’autre dans la vie normale, autant ils se transforment en bête sauvage quand il s’agit d’avoir un peu de place dans mes bras. Ils n’hésiteront pas à se marcher sur la tête pour avoir l’exclu maternelle, et comme ils ont encore du mal avec la notion de « l’un après l’autre », j’ai presque 30 kilos d’enfants dans les bras quotidiennement, inutile donc de me réinscrire à la gym suédoise.

Il semblerait donc que 8 mois de colocation in utero favoriseraient le renforcement de ce lien spécifique, et ce, même si je fais attention à les considérer comme 2 être distincts. Mais à la place des inquiétudes que je pouvaient avoir, c’est plutôt une réelle force que je vois émerger de cette relation fraternelle. Plus confiants, plus solides, plus téméraires aussi, j’ai l’impression que les jumeaux semblent s’adapter à la vie avec une pointe de facilité en plus. Parents de multiples, vous confirmez ?

 

 

11 commentaires sur “La géméllité

  1. La fatalité c’est peut-être de devoir acheter un lit vraiment KING size pour dormir avec N°1 ET N°2 ! 😉
    (tu m’as bien fait rire aussi avec tes allers-retours à la cuisine… décomplexons !)

    J'aime

  2. J’ai l’impression de me trouver chez moi lorsque je te lis.
    Tout comme toi, je les vois comme deux êtres différents. Mais ont voit qu’elles ont ce lien magique qui les unis.
    Les miennes ont maintenant 6 ans et la compétition pour les bras de maman n’a pas changé lol

    J'aime

  3. Je rie beaucoup de lire ton blog car beaucoup de tes articles me font écho. Mes jumeaux ont 8 mois (garçon et fille) et ils commencent aussi la compet des bras de maman (et il faut en plus rivaliser avec la grande soeur). il me tarde de les voir complices l’un avec l’autre comme ils peuvent l’être chacun avec leur grande soeur. Quelle chance d’etre parmis les 1, …% de parents qui ont des jumeaux, c’est épuisant mais la plus belle expérience de parents.

    J'aime

  4. Pareil que toi je ne voulais surtout pas que jumeaux = clichés vu à la télé! Mais c’est indéniable il y a un lien bien spécifique! Par contre chez moi en ce moment elles sont plutôt dans l’opposition ! Ma sœur ne veut pas goûter les haricots? Regarde maman comment moi je les goûte sans broncher!! Ma sœur vient de faire une grosse bêtise? Moi je suis super sage maman regarde!! Par contre il arrive aussi qu’elles se « liguent » contre moi! Et la je fais les mêmes aller retour dans la cuisine que toi!😉 très sympa ton article!

    J'aime

  5. Je suis tombée par hasard sur tes articles sur les jumeaux et je les ai lu avec plaisir. Je suis moi même jumelle avec un frère (on à presque 27 ans). Par expérience, je trouve que tu fais bien de faire une distinction entre tes enfants. Il ne faut pas oublier que malgré la gémellité, une petite fille et un petit garçon c’est tout à fait différent. J’ai beaucoup souffert du manque d’attention de cette différence fondamentale. A force de dire « je fais exactement la même chose pour mes enfants » sans prendre en compte leur différence je me retrouve avec un super manque de relation vraie « mère-fille » et une absence totale d’activités de fille avec ma mère juste parce que mon frère voulait pas le faire donc pour l’égalité on le fait pas. (je sais pas si on va bien comprendre mon charabia 🙂 )
    Attention aussi à ce lien si fort entre tes enfants. Quand on était petits, on était très très proches (comme tes petits) et au fil du temps ça a changé. Mon frère, avec l’influence des copains à l’école et surement l’envie de se différencier un peu de sa sœur, c’est éloigné et pour moi ce fut un peu dur puisque de mon côté je n’avais pas changé d’état d’esprit. Essayes de les habituer petit à petit à aussi vivre séparément, par expérience je peux te dire que ça pourra éviter pas mal de tristesse que toi en tant que maman tu ne trouveras peu être pas le moyen de résoudre et tu ne pourras pas combler le manque de l’autre.
    Désolée pour ce pavé 🙂 en tout cas tes articles sur tes jumeaux sont vraiment top !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s