Mise à l’épreuve

Capture d’écran 2016-03-17 à 12.17.52.png

La journée s’annonçait difficile, je le savais. Le mercredi de la loose, ce serait celui là. Bingo. Je partais déjà avec pas mal de handicaps. En mode maman solo quasiment toute la semaine, des nuits aussi merdiques qu’une soirée TF1 et la nounou des grands qui avait choisi de me mettre à l’épreuve en me demandant quelques jours de repos, j’étais donc déjà assez proche de l’ internement psychiatrique ce mercredi là. Il a commencé de bonne heure, pour que j’en profite à fond. Réveils des 2 plus petits à 5.15, premier Peppa Pig à 5.17 et premiers crêpages de chignon pour racket de boudoir à 5.18, d’où un réveil des 2 grands à 5.19. On est donc partis assez tôt ce matin là, et après avoir déposé les nains ( 4 nains – 3 adresses de débarquement), j’ai pu me concentrer sur ma journée pro qui elle aussi, avait décidée de me challenger un peu : 5 rendez-vous,  à travers tous Paris, dont un particulièrement difficile émotionnellement car situé à Issy les Moulineaux (Arghhh, l’angoisse totale ! Je plaisante, si tu habites à Issy, tu n’y es pour rien, pardon). Arrive enfin la fin de journée, et après avoir récupéré toute ma joyeuse tribu, je m’engouffre alors dans l’ascenseur. Dans quelques minutes, nous serons tous à la maison, libérés, délivrés de cette journée marathon. Un, deux, trois, quatre mômes, la poussette double, le cartable, les baguettes, le sac à main, on est tous là, les portes de l’ascenseur se ferment, et là mes amis, et là, mais oui, tu le sais, et je le savais aussi que cette journée serait merdique, la cabine se bloque. Impossible d’ouvrir les portes, aucun bouton ne fonctionne, on était coincés là, tous les 5 (avec l’énorme poussette) dans un mètre carré. Très rapidement, j’ai compris qu’on y serait pour un moment, car il m’a fallu plus de 10 minutes pour que la sonnette fonctionne. Pas de chance, la liaison avec le technicien aurait été meilleure s’il me parlait depuis la lune ( Quelle adresse madame ?, 4 rue du chat qui pêche – ok, 3 rue du chien qui pète – non, je vous dis 4 rue du chat qui pêche …. bref, ça a duré comme ça un petit moment – pénible). Heureusement, un peu de réseau m’a permis de joindre mon amour et la gardienne, qui me parlaient à travers l’épaisse paroi, tout en essayant de joindre monsieur Otis de leur coté. L’attente a été terrible pour la claustrophobe que je suis. Ne pas paniquer, ne pas paniquer, ne pas paniquer …. Dans la cabine, j’ai été successivement la mère qui gère (Restez calmes les enfants tout va bien, Qui veux du pain ? Enlevez vos manteaux et vos cagoules, On va tous s’assoir et attendre gentiment  Ça ne va pas être long, Non ma chérie, on ne dormira pas ici cette nuit ne t’inquiète pas, Et si on faisait un petit jeu) et la mère qui gère plus du tout (mais appelez les pompiers bordeeeeeel de biiiiiiiite on va tous crever on n’aura jamais assez d’air pour nous tous sortez nous de là pitiiiiié on va tous mouriiiiiiir). Et comme si ça ne suffisait pas, pendant que nous attendions désespérément qu’on vienne nous sauver, j’entendais ma zinzin de voisine se plaindre à la gardienne, qui elle, était toujours en ligne avec Otis. À l’extérieur de la cabine, ça donnait donc ça : Ah madame Michel ça tombe bien que vous soyez là je voulais vous parlez de cette horrible famille qui vit au 12 eme avec tous leurs mômes – Oui madame aigri, je les connais, ils sont actuellement bloqués dans cet ascenseur, et oui, je sais, vous les trouvez bruyants, vous vous plaignez tous les jours – Oui mais là c’est de pire en pire, je vais portez plainte, leurs chiards se réveillent beaucoup trop tôt, même le dimanche, vous vous rendez-compte de l’enfer que je vis ?  – Oui madame aigrie, je m’en rend compte, mais malheureusement, à part les attacher aux barreaux de leur lit, on ne peut pas y faire grand chose. MAIS SI, elle pourrait les tenir ses gosses, les mater un peu, je la connais la mère, elle est totalement laxiste avec ses enfants, une vraie hippie – Oui madame aigrie, vous me l’avez déjà dit, mais excusez-moi, j’ai Otis en ligne, c’est important…. À ce moment là mes amis, je peux vous dire qu’heureusement cette fucking porte d’ascenseur se dressait entre la voisine et moi, sinon elle se prenait le plus gros coup de boule de l’histoire de l’immeuble ( si tu veux, madame aigrie, tu peux la retrouver ici). Mais bon, sur le moment, j’avais d’autres soucis, les twins étaient en train de terminer la dernière baguette, my god, comment allait-on gérer l’après ? Numéro 1 essayait de rassurer sa mère, moi je rassurais numéro 2 tout en pratiquant la respiration abdominale pour lutter contre la panique qui m’envahissait. Enfin, après plus d’une heure, alors que les twins avaient commencé à attaquer les miettes de la tradition pas trop cuite éparpillées sur le sol, monsieur Otis est venu nous sauver. Libérés, délivrés, la famille pas de bol. Il est 21 heures, on va tous pouvoir avaler des coquillettes bien méritées. L’histoire du soir c’est transformée en débrief post-traumatique pour que l’on puisse ranger cette mésaventure dans le dossier affaires classées, et moi, j’ai attendu que tout le monde dorme pour pouvoir enfin pleurer très fort, cette journée avait été effectivement bien difficile.

23 commentaires sur “Mise à l’épreuve

  1. Oh punaise, l’angoisse😱😱😱 !!!
    Rien qu’en te lisant je me sens mal!
    Et vous osez encore prendre l’ascenseur depuis cet horrible événement?
    (Déjà que je me demande toujours comment c’est possible d’habiter si haut, j’ai un terrible vertige et la hantise des ascenseurs…)
    Je sais vraiment pas comment t’as fait pour tenir le coup… chapeau!
    Un gros bisou réconfortant pour toi et chacun de tes loulous!
    Courage, demain c’est le Week-end!

    Céline

    J'aime

    1. Pas le choix de le reprendre immédiatement. On est au 12 e, avec les twins dans les bras, c’est ingérable. Et puis je ne voulais pas que les enfants se mettent à avoir peur de prendre l’ascenseur, ça serait ingérable. J’ai pris sur moi, et je l’ai repris tout de suite. Mais si on avait habité moins haut, j’aurais pris les escaliers, ça c’est sûr !

      J'aime

  2. Ahhhhhhh, moi qui ne prends déjà pas ascenseur seule … je crois que maintenant je ne pourrais le prendre seule avec mes enfants !! (bon, l’avantage de la campagne, c’est qu’il y a quand même peu d’ascenseur).
    Pfiou, dur de gérer … et avec l’autre ****** de voisine, elle a pas eu d’enfants?
    Tu es encore solo ce week-end?

    J'aime

      1. Quand on est avec les enfants, on se découvre un sang-froid qui nous permet de ne pas paniquer pour ne pas leur transmettre notre peur, même si à l’intérieur on est liquéfiée, n’est-ce pas ?
        Cela m’est déjà arrivé plusieurs fois. Mais une fois que je n’étais plus en leur présence, j’ai tout lâché, les larmes, l’angoisse , la panique, … puis vient le soulagement…
        Bisous!
        Céline

        J'aime

  3. Alors là… je pensais avoir eu 1 semaine un peu pourrave avec les petits (voir post d’hier), mais, non, TU as eu une journée (et semaine apparemment) super pourrie, tu as gagné la palme haut la main. Je suis heureuse d’avoir découvert une collègue claustro, on pourra échanger sur le sujet! Mouaaaaahahaaaaa! Bravo pour ta super gestion de crise 😉

    J'aime

  4. 5 h 15!!! Et moi qui crise quand ils nous font du 6h 30!
    Et la panne d’ascenseur en plus en cerise sur le gâteau!
    Et bien moi je crois que j’aurais fait le soir même un petit aller retour à Sainte Anne!
    Courage….!

    J'aime

      1. J’ai mis la « veilleuse mouton » à mon 2 ans et demi (depuis bien 6 mois déjà). C’est un petit mouton qui dort et à l’heure programmée il se réveille. Théoriquement Chouchou n’a le droit de réveiller personne avant le réveil du mouton (7h ici, mais il faut être raisonnable par rapport à l’heure habituelle…)
        On peut trouver ça chez verbaudet, et pour mon 2e ça m’avait déjà sauvée de l’asile…

        J'aime

  5. Bon c’est confirmé, ta voisine est une connasse… on imagine bien ce que la vraie (la connasse de la série donc) pourrait lui faire !! bon courage et bravo pour la gestion du drame !

    J'aime

  6. Moi qui ai toujours aimé me balader le soir et surprendre la vie derrière une fenêtre éclairée je serais aux anges devant un tel spectacle!!
    Et Chapeau pour la gestion de l’ascenseur…franchement je vous pense guérie de votre claustrophobie!!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s