Le monde parallèle de la crèche

Capture d’écran 2016-04-12 à 17.39.46.png

Après des dizaines de lettres de refus, la mairie m’accordait enfin le Graal, soient 2 places en crèches pour mes derniers-nés. Et là mes amis, j’ai découvert un monde un peu différent, aussi rassurant que flippant, un peu comme un Bisounours tu vois l’idée ? A la crèche, tout le monde te parle très gentiment.On t’explique très gentiment que la période d’adaptation durera 2 semaines, et c’est toujours très gentiment qu’on te dira que le fait que ça t’arranges pas on s’en fout un peu, à la crèche, on voit d’abord l’intérêt de l’enfant. Crèche 1 / Maman 0. L’adaptation, c’est cette période embarrassante où ton enfant est à la crèche, et toi aussi. Tu le regardes évoluer dans son nouvel environnement, assise sur un tabouret nain, en laissant les puéricultrices s’occuper du tien. Ca te rappelle vaguement ton stage de troisième au service compta de la boite de ton père, quand tu te sentais inutile, voire encombrante.

À la crèche, il faut savoir que tout est soumis à un pro-to-cole. La désinfection des mains en arrivant, la signature d’un contrat de 4 pages à chaque fois qu’il faudra tartiner le môme de crème solaire, l’enfilage obligatoire des sur-chaussures en coton bleu (que tu penses à enlever en sortant, on est encore trop nombreux à ne s’en rendre compte qu’arrivés au métro) … L’alimentation est également soumise à un protocole stricte. A chaque introduction d’un nouvel aliment, il faudra préalablement que l’aliment ait été ingéré à la maison plusieurs fois sous surveillance des parents, puis le-dit aliment pourra être proposé à l’enfant, sous réserve que tout se passe correctement, ensuite seulement, l’aliment intégrera le protocole, et donc l’assiette de babichou à l’heure du déjeuner. Mais WTF…. « Madame, avez vous commencé l’introduction de la carotte râpée, du jaune d’oeuf, de la tête de veau ? »….  Protocole on vous dit. Quand on m’a parlé de fruits à coque interdits avant 3 ans selon le protocole, je n’ai évidemment pas mentionné que chez nous, les Curly avaient déjà été validés depuis longtemps, depuis que numéro 2 en avait planqué un bol entier dans son armoire, bol qui a été retrouvé plusieurs semaines après par ma cadette, 8 mois et 2 dents à l’époque.

A la crèche, on te tient au courant de la santé de ton petit en temps réel. Tu arrives au bureau, tu as déjà 3 appels manqués. Un pour te dire que le thermomètre indique 38, un deuxième pour te dire qu’on a donné du Doliprane, et un troisième pour te dire que le Doliprane avait fonctionné. Tu comprends vite qu’il n’y a pas d’urgence vitale à chaque coup de fil. Sauf que moi au début, à chaque appel, je paniquais total, laissant tout, accourant pour récupérer le malade et filer en urgence chez le pédiatre. J’arrivais comme une possédée, hors d’haleine, mon bébé, qu’est ce qui lui arrive à mon bébé ????  Il a quoi ??? une « petite dent qui le travaille ». What, je me suis tapée 24 stations de métros en apnée pour une dent qui pousse ? C’est une blague ? Non, pas du tout, on ne blague pas à la crèche sache-le. J’ai ensuite pu ajuster le curseur téléphonique avec l’équipe encadrante. Moins de 39 de fièvre, on ne m’appelle pas. Plus de 39, on donne du Doliprane et on attend. Si ça ne passe pas avec le Doliprane, on m’appelle. Pour tout le reste, on échange le soir, pendant ce que l’on appelle les transmissions.

Les transmissions, c’est le moment où la puéricultrice échange avec toi sur ce qu’à fait ton môme dans la journée. Il est 19.00, tu a très envie de rentrer chez toi, comme chaque soir, tu tentes un léger « Et sinon, rien de particulier aujourd’hui pour les twins ? » en faisant quelques pas vers la sortie. Mais tu n’y échapperas pas, comme chaque soir, elle sort son classeur et te détaille absolument tout l’agenda de ton petit : gommettes-peintures-jeux d’éveil-histoires -toboggans-carottes râpées-pipi-gouter-selles débordantes (et ouais)-vélo-sieste-morsures-bobo-pâte à modeler-chansons-chaussons – couche – doudou – tetine – chaussures – épinards – jaune d’oeuf et tête de veau …. Tout ça avec un bébé dans chaque bras, parce qu’à partir du moment où tu as franchi la porte et qu’ils t’ont vu, tu ne peux plus les poser. Evidemment, l’effet twins nous gratifies de 10 minutes de transmissions supplémentaires. Tu étais déjà moyen attentive sur les selles débordantes du premier, faudrait pas qu’on te fasse une interro sur le contenu des transmissions du 2 eme.

La crèche, je l’ai voulue, je l’ai eue, et pour vous dire la vérité, j’adore la crèche. L’équipe qui s’occupe de mes bébés depuis 2 ans est formidable. Gentilles, bienveillantes, douces et respectueuses, les puericultrices de ma crèche, je les aime d’amour, et quand je vois mes petits leur sauter au cou en arrivant le matin, je crois que je suis prête à rempiler pour une saison supplémentaire, même si je dois pour cela écouter en détail le contenu de la couche de mes bébés encore 1 an.

 

 

 

 

18 commentaires sur “Le monde parallèle de la crèche

  1. Ton article est très drôle ! Et en effet les transmissions, même avec une seule poupette, peuvent être très looooongues ! Mais je me dis que c’est presque la seule fois de la journée que les puéricultrices (qui sont des héroïnes, rappelons-le !) peuvent parler à des adultes, donc j’écoute religieusement tout ce qu’elles me disent puis, pour les sauver un peu, je leur dis un petit « ça va, vous ? », histoire de changer de la conversation « selle molle, selle débordante ». La transmission, c’est un peu notre BA de la journée, non ? 🙂
    Bonne journée !
    Marine

    J'aime

  2. Tu vends du rêve!!!😂😂😂 vivant dans un coin paumé qui n’a pas encore intégrée la notion de crèche, et que je n’ai pas tente la tâche suicidaire de trouver une place dans la ville la plus proches…nous en sommes restés à l’expérience nourrice! Ça paraît quand même un peu moins compliqué.. Quoi que! 😉 bravo pour ton article!

    J'aime

  3. Je suis absolument morte de rire😂😂😂!!!
    Je suis éducatrice de la petite enfance, donc prenant mon travail très très à coeur, je faisais également « subir » cela à tous les parents.
    Une fois que j’ai eu des enfants moi-même, j’ai compris pourquoi certains parents avaient l’air de s’en f… complètement.
    Cela dit j’appréciais que certains parents me disent que ce n’était pas très important pour eux de connaître tout en détail. Ainsi je faisais un gros résumé, voire juste un « Ràs » pour eux!
    Peut-être que tu pourrais leur suggérer…
    Moi aussi je croyais que tous les parents étaient très intéressés par le déroulement en détails des journées que leurs enfants vivaient loin d’eux… car c’est ce que je rêvais de connaître à mon tour…
    Mais depuis que je suis maman,j’ai petit à petit découvert (et accepté…) à quel point nous avons tous une manière tellement différente de « considérer » notre progéniture et notre intérêt pour la parentalité…

    Sans aucun jugement pour toi je t’assure! (Ni pour les autres😉)

    J'aime

    1. Oui, certains parents ont besoin de tout savoir, je pense que les transmissions peuvent aussi aider les mamans qui culpabilisent de laisser leur bébé toute la journée. Elle peuvent imaginer ainsi un peu la vie de leur enfant « par procuration », comme si elle avait été là. Bravo pour le joli métier que tu fais en tout cas, je suis admirative des ressources nécessaires pour s’occuper toute la journée de petits qui ne sont pas les siens 😉

      J'aime

      1. Merci! Mais si tu savais comme c’est plus facile de travailler avec les enfants des autres que d’élever les miens…
        Depuis 6 ans j’ai choisi de ne m’occuper que de mes enfants, au début ça se passait très bien, mais depuis ma quatrième grossesse (et surtout notre 3ème loulou et ses péripéties ,les terribles crises de notre aînée et les horribles colères de notre 2ème…) toute ma belle patience s’est envolée…
        A croire que j’ai jamais exercé ce métier…

        J'aime

  4. Ancienne directrice de crèche (et accessoirement, mère de 4 enfants)je forme maintenant des auxiliaires de puériculture.
    Ton article est hyperréaliste et….adorable !
    Merci !

    J'aime

  5. Hahaha ! J’ai bien ri ! C’est tellement ça 🙂 Et les deux dans les bras impossibles à reposer pendant qu’elle te parle en détail du nombre de morceaux de maïs que tes enfants ont mangé !

    J'aime

  6. Moi j’adorerais connaître le détail de la journée mais tellement impossible avec un twin de 10 kg dans chaque bras qui hurle parce qu’il libére toutes ses tensions de la journée des que tu as passé le seuil de la porte! Vive la crèche en tous cas, parle qu’ils y sont heureux et qu’on a l’esprit totalement tranquille pendant qu’ils y sont…

    Aimé par 1 personne

  7. Je comprends ton agacement, mais je suis plutôt jalouse de ta crèche!!!
    Dans la mienne (enfin celle de mon loustic, tu l’auras compris), il n’y a pas de sur-chaussures, on marche donc avec nos chaussures toutes sales sur le sol où nos bambins rampent et font tomber leur tétine. On ne m’appelle pas quand il a de la fièvre (sauf à 39 de temps en temps), et il arrive très souvent qu’on ne me dise rien le soir!! à A peine bonsoir, je regarde le classeur; vide ou presque. A la limite, l’heure de la sieste est la plupart du temps écrite, mais pas grand chose de plus.
    Mais je sais qu’il y est bien et c’est tout de même le principal 🙂

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s