Le rejet

Capture d’écran 2016-05-17 à 18.25.32.png

26 mois, ça fait 26 mois que numéro 3 respire le même air que moi, 26 mois qu’il n’autorise personne d’autres que moi à l’approcher, 26 mois que je bois mon café ou prépare le diner avec lui dans mes bras,  que je me douche en l’entendant hurler à travers la porte de la salle de bain, que nos conversations d’adultes attendent qu’il soit couché. Mon bébé fusionnel s’est transformé en tyran domestique, et je n’en peux  plus. À chaque pas, je trébuche car il est là, littéralement dans mes jupes, agrippé à ma jambe, réclamant inlassablement d’être porté. Chaque matin, il m’appelle, trop tôt, et exige un biberon, immédiatement, biberon qui sera trop chaud, trop froid, trop tiède, tout, pourvu que je m’occupe de lui. Dès que je m’assois, il monte sur mes genoux, dès que je me lève, il me suit. Quand il est là, ma vie ne m’appartient plus. Il exige d’être le centre de mon monde, et je n’y arrive plus. Je sature, j’étouffe.  Je dois retrouver un peu de liberté sinon je vais virer zinzin. Et je crois qu’il le sent. Plus j’ai besoin de souffler et plus il s’accroche. Plus je m’agace, et plus il est pénible. Il y a quelques jours, j’ai rejeté de toutes mes forces ce dernier fils qui me demandait tellement plus que je ne pouvais lui donner. J’ai explosé. Je l’ai repoussé, beaucoup trop brusquement, et je lui ai hurlé des mots moches et méchants. Evidemment il n’a rien compris, évidemment ça n’a pas débloqué la situation, évidemment je m’en suis voulu énormément. Alors c’est décidé, on commence le sevrage. Je vais passer la main plus souvent, je ne le porterai plus quand je n’en ai pas envie, je ne répondrai plus à ses moindres désirs, tout en lui expliquant autant de fois qu’il le faudra que ce lien fusionnel entre nous n’est plus nécessaire,  il est et restera le centre de mon monde, comme le sont ses frères et soeurs. Ce sera un peu difficile, je le sais. Mais il est temps pour lui de prendre un peu d’autonomie. Il est surtout temps pour moi de laisser grandir mon petit garçon.

17 commentaires sur “Le rejet

  1. Pfiouu… Besoin d’air! Exactement ce que j’ai ressenti et ressens encore quelque fois avec mon 3ans à moi. Tout pareil, il exige régulièrement d’être le seul, l’unique en repoussant tout le monde entre lui et moi. Par sa naissance, il a bouffé l’air de sa soeur : au sens figuré comme au sens propre : elle a fini par faire une méga crise d’asthme avec détresse respi : j’ai passé une semaine avec elle à l’hôpital. Et si moi ça m’a traumatisée de la voir si mal à l’hosto, elle n’en garde que des bons souvenirs ‘parce qu’elle était seule avec moi’… Voilà voilà, je ne fais pas avancer le schmiblik. Je me dis parfois qu’une séance avec un psy pour mon fils et moi pourrait nous aider à comprendre le pourquoi, à cheminer et atteindre plus de sérénité. Un jour probablement je ferai le pas. Pour le bien de toute la famille. Bon courage 😉

    Aimé par 1 personne

    1. Oui, n’hésite pas. Ma deuxième a vampirisé la famille à une époque où elle était ingérable. Son frère en a beaucoup pâti (tocs, manies, angoisse). Après quelques séances, tout est rentré dans l’ordre. A bientôt

      J'aime

  2. Pleins de courage, je sais que c’est difficile quand on est fatigué, d’avoir un enfant collé à nous H24, surtout quand il y en a 3 autres qui attendent !! Nous c’est Twin’s garçon qui étant petit était collé à son père, il voulait que lui, ses bras, il pleurait dés qu’il ne le prenait pas ect… et puis s’est passé petit à petit mais maintenant à 4 ans c’est avec moi qu’il est fusionnelle, et entre les 3 c’est toujours lui qui demande le plus d’attention, qui va faire des crises pour que je lui prenne la douche, pour être à côté de moi quand on mange, c’est lui qui fais le plus de bêtise, qui embête le plus, qui casse les jouets ect… Comme un besoin de dire qu’il est là et qu’il existe !! est ce que tu as essayer d’aller voir un ostéopathe ou autre par exemple, c’est pas trop ma tasse de thé mais une amie me l’a conseillé pour charli, j’y suis allée et elle m’a bien fait comprendre que le problème venez de moi, de ma peur qui lui arrive quelques choses ect… on a fait qu’une séance donc j’ai pas trop de recul par rapport à ça mais tu devrais peut être te renseigner !!
    Bon courage et des bisous 🙂

    Aimé par 1 personne

  3. Mon fils ainé était très fusionnel. Il tétait son pouce en nous caressant les ongles un par un.
    Ce qui était plus simple, c’est qu’il fusionnait autant avec son père qu’avec moi. Mais son père le gardait souvent seul….
    L’adolescence a été Waterloo. Un cauchemar. Il luttait sans fin pour mieux se détacher. Et cela a durer plusieurs années.
    Aujourd’hui il a 26 ans, est très sympa, mais plus collé du tout 🙂
    Tout ça pour dire qu’un suivi de qq mois avec un psy compétent nous aurait surement économisé beaucoup d’énergie et de souffrance, à nous, à lui, et à ses deux frères (à l’époque ils n’étaient QUE 3 ).
    Même si tout fini par s’arranger…..
    Courage ! Tu vas y arriver !

    J'aime

      1. Son histoire était compliquée, rassure toi.
        Il est venu après une fausse couche mal vécue, sans soutien psy, et avec une mère qui bossait en néonat et s’occupait de préma du même âge gestationnel que lui…..
        Pas simple !
        Aujourd’hui, il est merveilleux !

        Aimé par 1 personne

  4. J’avoue j’ai ri au départ en imaginant ta glue, ta sangsue te coller sans cesse et puis j’ai eu la chair de poule à ta dernière phrase car tu mets le doigt où ça pêche dans votre relation : le laisser grandir.
    La mère cette personne ambiguë 🙂

    J'aime

  5. Bonsoir,
    Je suis nouvelle sur ce blog… Maman de 4 enfants de 9, 7, 5 et 2 ans, il m’est aussi arrivé d’être dans cet état. .. et rien ne semble pathologique 😊.
    Mais parfois, lors de ces épisodes plus pénibles qui nous épuisent, nous culpabilisent, je me dis qu’avoir 4 enfants n’est plus du courage mais de la bêtise 😂.

    J'aime

  6. Ton article me parle terriblement… J’ai commencé à respirer à nouveau après le sevrage (allaitement long… très long) de Fripouille et soudainement il a évolué, grandi et j’ai pu vivre à nouveau.
    C’était le signal pour toi qu’il est temps! 😉 Ça va aller j’en suis certaine!

    J'aime

  7. Oh la ma pauvre, ça doit quand même être dur, j’ai mon numéro 4 qui est un peu comme ça, mais en fait c’est avec moi et papa donc on équilibre un peu, il a besoin d’être avec nous, contrairement à ces trois frères. Pour le mien, on voit bien que c’est un enfant angoissé. Nous on lui donne de l’homéopathie, et ça fonctionne, (est ce le fait qu’il grandisse aussi et que la parole lui permette de mettre un peu de mot sur ce qui ne va pas), ou les deux je ne sais pas, mais je pense quand même que l’homéopathie lui fait du bien.
    Bon courage.

    J'aime

  8. Ah ces petites sangsues qui ont vite fait de nous pomper toute notre patience et notre énergie … Mon 2 ans fait un peu pareil avec ses grands mères, beaucoup moins avec moi heureusement.
    Bon courage !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s