Une carrière et des enfants, je veux tout

Capture d’écran 2016-08-31 à 11.03.54.png

Toutes les femmes de ma famille ont toujours travaillé, et par imitation je pense, l’idée de mettre ma carrière sur pause le temps d’élever mes enfants, je ne l’ai pas envisagé. Enfin pour être honnête, à l’arrivée des jumeaux, je n’étais plus si catégorique et encore souvent, je rêve devant les vies de ces mères à temps plein … Si notre compte en banque avait pu se passer de mon salaire quelque temps , j’y aurais pensé, mais nous n’avions pas vraiment le choix, et finalement je crois que c’est bien comme ça.

Il est tellement facile de lâcher prise professionnellement à l’arrivée d’un enfant, surtout quand ça n’est pas le premier. Effectivement, il y a le coût des modes de garde (quand tu as réussi à trouver un mode de garde), il y a l’organisation et la logistique que la famille implique, et la CAF qui aide un peu aussi. Qu’il est parfois tentant de rester à la maison plutôt que de reprendre le chemin du bureau… Sans oublier que la motivation à tendance à diminuer au fur et à mesure des naissances. Quand tu n’as pas d’enfant, tu es super contente d’avoir assurer ta présentation orale. Quand t’en as 4, le kiffe n’est plus aussi intense, tu préfères même parfois assurer ta quiche au poireaux, comme quoi …

À chaque retour de congé maternité, je traîne un peu les pieds c’est vrai, mais assez vite, je retrouve un certain équilibre. Je suis persuadée de ne pas être assez forte pour m’occuper de mes petits en all inclusive. Ça me paraît demander tellement d’abnégation, de patience, de ressources personnelles. Et puis si je m’étais arrêtée plusieurs mois, voire plusieurs années, il m’aurait été difficile de retrouver un poste et un salaire équivalent, j’en suis persuadée. Alors bien sûr , rester à la maison permet de ne rien rater des premières années si précieuses de nos petits, mais il ne faut pas oublier que le challenge est difficile. J’entends beaucoup plus d’histoires de burn-out maternels chez les mamans au foyer que chez les working mums. Être 24h/24 auprès de ses enfants n’est pas fait pour tout le monde, et là où certaines s’épanouissent, d’autres dépérissent.

Alors évidemment qu’être mère au foyer fait envie très souvent, évidemment qu’on aimerait avoir plus de temps avec nos enfants, évidemment qu’il nous arrive d’être jalouses de celles qui retourne à la maison après avoir déposer les grands à l’école alors que toi tu te diriges en courant vers le métro le plus proche. Mais à toi qui n’a pas le choix , ou à toi qui hésite encore, voici les conseils d’une copine qui te veut du bien :
– Pense à toi d’abord. Les enfants sont aussi heureux à la crèche ou chez la nounou qu’avec leur mère 24h/24, je t’assure. Mais toi, arriveras tu à le laisser, arriveras tu à faire confiance à quelqu’un d’autre que toi pour laver le nez de chouchou, arriveras tu a gérer la séparation sans sombrer ? Si tu ne t’en sens pas capable, et je sais à quel point c’est difficile de laisser son bébé de quelques mois 10 heures par jour, peut-être qu’il serait bon pour toi d’attendre un peu avant de recharger ton pass Navigo.
– Pense à toi encore. Tu en as chié pour avoir ta mention au bac et une place en fac de psycho, tu as le droit maintenant de profiter de ce job qui te plait tant. Et même s’il ne te plait pas tant que ça ton job, il te permet d’être indépendante financièrement, et de te faire un panier Fnac quand tu veux, sans culpabiliser.
– Pense à toi toujours. Le café chaud du matin avec les copines près de la photocopieuse, sans Peppa pig en bruit de fond, il est délicieux, crois moi.
– Enfin, pense à tes enfants, et surtout à tes filles, qui lorsqu’elles te verront partir travailler chaque matin, auront la preuve irréfutable qu’une carrière et des enfants, c’est possible.

PS : Bonne reprise à toutes celles qui ont repris le chemin du bureau ces derniers jours !

48 commentaires sur “Une carrière et des enfants, je veux tout

  1. Bon, je ne suis pas maman mais papa au foyer…ça compte quand même 😛 Ici, la question ne s’est pas tellement posée. Déjà, car je voulais m’occuper de mes enfants à plein temps. J’exerçais mon activité de chez moi ce qui a été un plus et j’ai complètement abandonné mon activité il y a quelques mois et je ne regrette absolument pas. Je pense comme toi, à savoir qu’il faut réfléchir à ce qui nous fait le plus de bien, le plus plaisir, nous épanouie le plus. Car oui, on peut être très épanoui en tant que parent au foyer ! On ne sent pas tous la gerbe de bébé et ne s’habille pas tous en vieux jogging grisâtre qui a connu les 80’s. Comme les Working Mums qui ne sont pas des sales femens qui attendent qu’une chose : reprendre le boulot pour ne plus voir ce gamin ignoble qui n’arrête pas de hurler de la journée !
    Je comprends très bien ta position, ma femme est pareille que toi, elle ne se sent pas de s’occuper des enfants 24/24h, sur le coup on se complète bien.
    Chacun fait ce qu’il veut et le monde n’en sera que meilleur 🙂

    Aimé par 3 people

    1. J’espère que tu m’excuseras d’avoir orienté cet article très Girls Power, mais sache que j’ai pensé à toi en rédigeant l’article :).
      Vive les PAF, les MAF, et même la CAF ! Mon rêve à moi, être mère au foyer à mi-temps, faire du bénévolat l’autre moitié pour donner un sens à ma vie, et gagner le salaire horaire d’un footballeur à crête. Un jour peut-être …

      Aimé par 1 personne

      1. C’est bien d’avoir un blog hein, on peut rêver tout ça tout ça… Bon le salaire d’un footballeur… de suite… Même un joueur en Ligue 2 ça m’irait 🙂

        J'aime

      2. Haha c’est étrange mais je partage le même rêve que toi 😉 Saur qu’à la naissance de mon premier bébé mon employeur n’a pas du tout, mais alors pas du tout aimé, du coup nous nous sommes « séparés » il y a quelques mois, à « l’amiable » ! Mon fils avait alors 20 mois environ. Aujourd’hui je suis enceinte de mon 2ème et je t’avoue flipper un peu à l’idée de devoir rester tous les jours 24h/24h avec mon 2ème loulou pendant que le petit numéro 1 sera à la crèche, en attendant de retrouver un travail qui me plaise vraiment ! Alors, en essayant de ne pas culpabiliser, je prendrai peut être une nounou quelques jours par semaine…

        J'aime

      3. Félicitations pour cette deuxième grossesse ! Je rappelle qu’il est INTERDIT de culpabiliser de prendre une nounou. Se reposer est nécessaire pour le bien-être de la mère, et donc de ses enfants. J’ai pris une nounou de nuit pour les jumeaux quelques fois alors qu’ils n’avaient même pas 1 mois, j’ai laissé mes bébés aux puéricultrices à la maternité, je fais garder mes enfants régulièrement, surtout quand ils sont tout petits.Parce que c’est à ce moment là que je suis le plus fragile, parce que c’est à ce moment là que j’ai besoin d’aide. Et il faudra que tu reprennes confiance en un nouvel employeur, en toi, en un nouveau job qui pourrait te convenir. Pour tout ça, il faut avoir récupérer un maximum d’énergie 😉
        A bientôt

        Aimé par 1 personne

  2. Tout pareil…
    Je rêve juste de 2 jours en télétravail, qui me permettrait de souffler un peu, d’éviter les transports, d’aller chercher les minis plus tôt et de moins courir…

    J'aime

  3. Je suis persuadée que quand les parents sont heureux, les enfants sont heureux également.
    Donc, oui, c’est bien de privilégier ta carrière si ça te rend heureuse !
    Je suis heureuse également d’avoir repris le boulot, après un an de congé parental. Mais franchement, si je pouvais craquer chez TaraJarmon sans avoir à aller au turbin et pouvoir rester à la maison, je crois que ça me conviendrait aussi! J’aime bien le côté Bree Vandekamp qui fait des cookies !
    J’aime bien le côté Bree Vandekamp qui fa!

    J'aime

  4. Je suis le blog depuis quasiment le début puisqu’il me parle très souvent mais aujourd’hui encore plus car c’était mon retour au boulot après 7 mois d’absence (3ème bébé). Merci pour ce bel article qui conforte chacun dans ses choix. Le mien a été de reprendre le boulot, même s’il est très intense (DRH dans une grande entreprise) et même si ces 7 mois ont été un pur bonheur (oui moi aussi j’ai adoré réussir mes tartes et cookies et attendre mes enfants avec leur goûter à 16h30) mais l’indépendance et la liberté reste pour moi un facteur essentiel à mon équilibre.
    Perso je me lance dans le télétravail le vendredi pour pouvoir continuer à prendre un café avec mes copines desperate le matin et récupérer mes 3 girls à 16h30 une fois par semaine.
    Merci encore pour ce bel article, bien mieux qu’un article du Elle sur les femmes qui travaillent!!

    J'aime

  5. Je partage ton avis. Et puis, il y avait un « avant » avec des études et de l’énergie dépensée. Il y aura aussi un « après » qd ils auront quitté le nid. Entre-temps c’est un équilibre parfois précaire.. Mais quel bonheur !

    J'aime

  6. Dur dur de retourner au travail! Mon travail est important a mon equilibre personnel et me permet d’etre une meilleure Maman, quand je rentre a la maison… Du coup, pendant chacun de mes conges maternite, j’ai eu hate, a un moment ou l’autre, de retourner travailler… Et ben entendu, au jour dit, j’avais le coeur brise!
    Bon courage et bonne rentree 🙂

    J'aime

  7. Ahhh moi je rêve de retravailler, mais j’angoisse dès qu’on me parle de lettre de motivation, car mon dernier boulot s’est très mal passé et j’ai fini en dépression. Mais rester à la maison toute la journée, j’ai l’impression d’étouffer et de devenir claustrophobe. Le top ca serait un mi temps, mais financièrement on peut pas se le permettre

    J'aime

    1. L’idéal serait qu’on puisse passer de l’un à l’autre selon nos envies et besoin du moment. Malheureusement, trouver un boulot relève souvent de la chasse au trésor, et le statut de mère au foyer n’est souvent pas un choix envisageable financièrement parlant. Bref, comme tu le dis, l’équilibre parfait n’existe pas, mais celui qui nous permet de vivre heureux est aussi difficile à atteindre !

      J'aime

  8. Encore un article auquel j’adhère à 100% … Je suis comme toi, le café du matin sans les enfants c’est quand même trop le kif.
    Je travaille de chez moi à distance avec ma boîte parisienne depuis deux ans, depuis la naissance de H., lorsque nous avons décidé de redescendre dans le sud-est (donc mon café je le prends seule mais ça me va aussi). C’est sûr que ça fait des journées moins longues car pas de transport, mais H. (et J. bientôt) fait quand même environ 10h de nounou par jour car nous avons des jobs prenants avec mon Mari. Et il y a quand même des inconvénients à travailler tout le temps de la maison, on est bien seul …
    Pour H., j’avais repris lorsqu’il avait 4 mois, et là je m’offre deux mois de congé parental et reprendrai en janvier, pour les 6 mois de J.
    Je suis également au 4/5ème depuis la naissance de H., je ne travaille pas le vendredi.
    De toute façon, il est évident que je ne pourrais pas m’occuper de mes enfants 24/7, je n’ai pas assez de patience et ai besoin de moments « à moi » (même si ça signifie bosser lol). Mais la reprise va piquer c’est sûr (après huit mois d’arrêt) … Ah, cher équilibre, où te caches-tu ? 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. On est donc d’accord, le 4/5 eme, c’est la vie :). Je me rend compte au travers de vos commentaires que le télétravail se démocratise un peu, peut-être un début de solution pour trouver l’équilibre. Malheureusement, le culte du présentéisme me semble encore bien ancrée dans la mentalité des dirigeants français 😦

      J'aime

      1. A la décharge des entreprises françaises il y a plusieurs facteurs qui expliquent une telle frilosité en commençant par notre droit du travail (notamment en termes de sécurité du salarié et de contrôle de la durée du travail). Et puis comme le dit Marie, travailler seul chez soi c’est difficile et tous les salariés n’ont pas un profil leur permettant de l’assumer psychologiquement (une de mes proches amies à fait un burnout il y a quelques mois, elle n’a pas supportée se retrouver seule chez elle) ou professionnellement (certains salariés ne jouent pas le jeu et ne bossent plus).

        J'aime

  9. Merci pour cet article, qui tombe à point nommé. Je dois reprendre le travail début novembre, et si au début j’étais ravie et emballée par cette idée, maintenant que mon fils grandit et interagit de plus en plus, je me vois de moins en moins le laisser à la crèche.
    Et pourtant, dans ces émotions paradoxales, je suis persuadée que reprendre le travail est une bonne chose pour moi, et que je suis incapable de rester 24/7 avec mon fils. Et ton article me conforte dans cette idée.

    Pour le moment, je reprends à temps partiel (congé parental à 80%), et je trouve que c’est un équilibre parfait : trois jours au travail, quatre jours à la maison. J’imagine que les premiers jours seront très difficiles, mais qu’ensuite, dans le rythme, la reprise, je serai contente d’y être allée et de ne pas avoir lâché.

    J'aime

    1. Exactement, les premiers jours semblent parfois si difficiles qu’on pense s’être trompée, mais ensuite, quand ton petit va à la crèche en souriant, que tu as trouvé un rythme de croisière, alors là seulement, tu te rend compte que c’est la bonne décision ( ou te te convainc quand tu n’as pas le choix que d’aller bosser ;))
      Et ne pense pas à la reprise encore, profite de tes dernières semaines !!!

      J'aime

  10. Bravo et merci pour cet article (quelle Grande Une bien mérité !!).
    Je me retrouve tout à fait dans cet équilibre enfant / travail : tu prêches une convaincue (aussi et surtout pour la dernière des raisons que tu avances ! 🙂 ).
    Mais je t’avoue que ça me fait du bien de lire que je ne suis pas la seule à traîner un peu des pieds en fin de congé mat, à envier les copines qui rentrent à la maison et à imaginer ma vie sans boulot….! Alors merci de me faire déculpabiliser ! 🙂

    J'aime

  11. Ton article est intéressant, c’est vrai que le choix de reprendre ou pas son activité après bébé peut être difficile. Personnellement, je n’ai jamais imaginé rester à la maison, même si je comprends parfaitement que certains ou certaines s’épanouissent complètement en s’occupant 24/24h de leurs enfants. L’important pour le parent, c’est d’être content du choix qu’il fait, quel qu’il soit, et l’important pour un enfant, c’est de sentir son parent heureux et épanoui car le bonheur, c’est contagieux 😉

    J'aime

  12. Ton article est hyper intéressant. Pour moi, il est également très important de travailler …. Sinon, je tourne en rond, et surtout je perds confiance en moi … Par contre, je suis en congé maternité et je ne reprendrai qu à 80%. Parce que j ai aussi besoin de profiter de mes bébés et que ces années là, personne ne me les rendra. Dur dur ce problème d équilibre ! Je suis aussi persuadée que le télétravail doit se démocratiser ; on a besoin de solitude pour réfléchir, de moins de temps dans les transports, on n en sera que plus efficace !

    J'aime

  13. C’est amusant comme cette exigence folle au féminin (une carrière et des enfants, je veux tout)(et pourquoi pas la lune ?) est une évidence au masculin, non ?
    J’ai lu récemment le livre « Choisissez tout » de Nathalie Loiseau, que j’ai trouvé génial dans le genre féministe-mais-pas-femen…
    Sinon, elle n’en parle pas – du tout – dans le livre, mais pour moi aussi le temps partiel est LA solution. Un 80% permet une vraie bouffée d’oxygène et de poursuivre ta carrière. Personnellement j’ai été promue chef de service à 80%, et je dirige maintenant 30 personnes… Donc c’est possible !
    J’ai repris depuis peu à 90% et j’ai négocié les mercredi matin travaillés de chez moi et ça aussi c’est le bonheur…

    J'aime

    1. Malheureusement, le temps partiel est encore souvent vu comme incompatible avec responsabilités. Merci de témoigner du contraire ! J’ai mis près de 10 ans avant de franchir le cap, par peur justement d’être mise au placard. Dommage qu’on en soit encore là. Alors effectivement, télétravail et temps partiel sont une partie de la solution. L’autre à mon avis réside dans l’image que la mère qui travaille renvoie …On est encore trop souvent dans le clivage mère « ambitieuse » contre mère « maternante », et le pire, c’est que nous même, les mères, avons intériorisé le fait qu’on peut être soit l’une, soit l’autre, rarement les 2, d’où mon « Je veux tout » 🙂

      J'aime

  14. Choix parfois difficile car il n’est pas toujours aisé d’être au top sur tous les fronts. J’ai testé tout, boulot sans les enfants, boulot intense avec les enfants, la nounou, la crèche et le surmenage. Quand ma boîte a fermé, sans me poser de questions je me suis lancée dans la recherche d’un boulot équivalent au 4/5 comme et puis impossible de trouver le job à la hauteur alors je me suis finalement lancée dans ce qui me titillait depuis mon premier bilan de compétences il y a plus de 10 ans !! Voilà, j’ai mon entreprise, je démarre et financièrement on est pas encore au top mais j’adore ce que je fais et je suis super enthousiaste de me mettre au travail et pouvoir gérer sans me poser trop de questions toutes les questions qui tournent autour de mes enfants avec je suis heureuse de partager un goûter, un déjeuner de temps en temps! les devoirs, se raconter nos journées sans être à l’arrache tout le temps ! Je reprendrais peut etre le chemin de l’entreprise mais pour l’instant l’équilibre est là !

    J'aime

  15. J’adore vraiment ta façon d’écrire et chacun de tes billets. Je suis 110% d’accord avec le fait qu’un enfant peut-être très heureux gardé à la crèche, à l’école ou avec la nounou. Tu as eu raison de garder ton job si il te plaît tant. Le 80% c’est la vie. De mon côté j’ai dû arrêté de travailler suite à la mutation de mon mari (ça m’arrangeait car je commençais à m’ennuyer). J’ai arr^té un an le temps de pondre bb2 puis j’ai trouvé un nouveau job au Gabon qui m’a éclaté. J’avais de grosses journées et les filles n’ont pas souffert du tout d’être gardées, moi non plus d’ailleurs. Il suffit de choisir un bon mode de garde avec de bonnes personnes ! Je suis revenue mère au foyer depuis bb3 en attendant, je l’espère, une nouvelle opportunité pro qui me fera vibrer. Mais c’est mon choix, celui d’être avec mes enfants pour profiter d’eux, et je suis consciente d’avoir cette chance ! Est-ce que ma carrière n’aurait pas été meilleure sans enfant ? Je me le dis souvent, je regarde mes anciens collègues et je me dis que peut-être… et puis je les regarde et je me dis que j’ai eu raison !!! Désolée pour mon commentaire à rallonge, j’y peux rien tu m’inspires !! 😉

    J'aime

  16. J’ai quitté mon travail pour suivre mon mari en expatriation et avoir enfin une vie de famille. Cela fait 5 ans je ne le regrette pas. J’ai fait plein de choses pour les autres, pour ma famille, pour moi. Mais les enfants grandissent et deviennent autonomes (enfin je m’emballe un peu…) et moi il est temps que je sorte de la maison maintenant ! Bonne journée

    Aimé par 2 people

  17. Travaillant depuis la maison j’avoue qu’à l’inverse de toi j’envie parfois les maman qui prennent le métro et surtout qui boivent un café avec les collègues sans Peppa Pig en fond sonore! 😉 Sans parler qu’il est presque impossible de travailler dès que les loulous ont franchi la porte de la maison…! Pas facile de trouver le bon équilibre! Bonne reprise à toi!

    Aimé par 1 personne

  18. J’adhère à 100% à ton article. Je trouve que depuis plusieurs années il y a un rétro-pédalage en France consistant à inciter les femmes à rester chez elle s’occuper des enfants alors que comme tu le dis, certaines femmes ont besoin de bosser ne serait-ce que pour leur stabilité psychologique. Ne pas bosser c’est devenir financièrement dépendante de son conjoint (qui peut lui-même perdre son emploi, partir ou pire, mourir), abandonner des possibilités de progression professionnelle, ne pas cotiser pendant des années (et ça peut faire mal au final)… Au final, être mère au foyer est beaucoup lourd à assumer que continuer de bosser. C’est dommage que toutes ces questions ne soient pas abordées dans les reportages qui t’expliquent que ça vaut plus le coup de rester chez toi t’occuper de tes enfants, que bosser « pour la gloire » et voir sa rémunération absorbée dans un mode de garde (c’est marrant d’ailleurs comme on ne considère que le salaire de la femme et pas celui de l’homme dans l’appréciation de la proportion prix du mode de garde/revenus du couple).

    J'aime

  19. Pour être heureuse, il faut avoir le choix de pouvoir faire ce que l’on veut. Il m’a fallu du temps pour trouver un nouvel équilibre pro et perso avec les enfants car je voulais tout, en bonne utopiste : bosser, m’éclater dans mon boulot et être très présente pour mes enfants, donner pour bain, préparer des bons repas équilibrés, aider pour le devoirs, avoir les anecdotes de la journée d’école … pas de compromis ! Mission impossible en France avec nos styles de management ! En tant que prof contractuelle de l’éducation nationale, j’ai trouvé un bon équilibre, mais c’est vrai que le salaire n’est pas pas tout attractif. Du coup, j’ai revu mon mode de consommation, ce qui au final est une belle aventure. Bon courage à toutes pour trouver votre équilibre !

    Aimé par 1 personne

  20. Je passe aussi à 80% au 1er octobre et j’ai hâte ! Pour moi le travail ne se passe pas très bien, les relations sont houleuses et mon rôle clairement pas défini…
    Ajouté à la course folle tous les soirs – malgré le luxe de la nounou à domicile, à l’entrée de la grande à l’école j’ai dit stop. Je vais avoir mes vendredi, des semaines de 4 jours et du temps à moi, mais aussi pour récupérer les filles plus tôt ce jour là.
    Malgré tout la raison me pousse à ne pas tout quitter. Garder une indépendance financière, un pied dans le monde du travail aussi « au cas où » et aussi du temps avec des adultes, pour échanger sur d’autres sujet – meme si c’est juste pour bitcher sur le boss 🙂 – je ne suis pas prête à m’en passer !

    J'aime

    1. Je me reconnais beaucoup dans ton témoignage. Ma demande de 80 % s’est faite dans la douleur, mais je crois que c’était la meilleure décision que j’ai prise depuis mes 15 ans de vie professionnelle ;).
      Bon temps partiel, et à bientôt 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s