Tourner la page de la maternité

Capture d’écran 2016-10-03 à 18.22.17.png

Il n’y a presque plus de biberons dans l’évier, le berceau a été remisé à la cave et les derniers bodies laissent place progressivement aux petites culottes taille 2/3 ans. Il n’y a plus de bébé à la maison, et je le vis mal. Je m’accroche à leur lit à barreaux avec l’énergie du désespoir. Je ne suis pas prête. Je refuse. Je m’obstine. Je veux du nourrisson, des montées de lait, du portage en écharpe, des poussées dentaires et du liniment oléo-calcaire.

Mais il est temps de tourner la page. Il est temps parce que je ne veux pas sombrer dans la nostalgie des dernières fois, parce qu’au contraire je veux profiter de  chaque moment avec eux sans regarder en arrière. Je suis en phase de transition, je le sens. Parfois très triste lorsque je pense à ce ventre qui ne s’arrondira plus jamais, et pourtant si heureuses de voir grandir leur complicité, d’écouter leur conversations ou de découvrir leur jeux, c’est tellement précieux. Je ne veux pas perdre mon temps à regretter de le voir passer trop vite. C’est le moment pour moi de laisser mes bébés grandir.

C’est le moment pour moi, et c’est le moment pour lui, mon petit garçon, mon petit greffon. Trop de cris ces dernières semaines, trop peu de sommeil, trop de temps accordé à cet enfant aux besoins intenses, trop de place pour lui, si peu pour ses frère et soeurs qui s’effacent petit à petit, voyant bien que maman lutte déjà suffisamment comme ça avec ce petit frère qui ne laisse aucun répit.

Ce rendez-vous avec la psychologue a été très doux. On a raconté, elle a écouté, elle n’a jamais jugé.  Elle a entendu mon appel à l’aide, elle m’a reexpliqué que je n’étais pas coupable, parce qu’elle a senti que j’avais besoin de l’entendre. C’est mon bébé-symptôme,  comme elle l’a appelé, mon bébé-symptôme parce que c’est à travers lui que s’exprime le déséquilibre familial qui s’est installé. Mon numéro 3 n’est ni tyrannique, ni impatient, ni égoïste, comme il serait facile de le penser et s’il refuse de lâcher mes bras, de faire ses nuits, de me laisser seule rien qu’une minute, s’il maintient ce lien fusionnel, ce lien étouffant, ce lien effrayant parfois, c’est simplement parce qu’il attend que je sois prête pour ça.

Alors doucement je vais refermer mon livre de bébé, je vais le ranger sur l’étagère, et  commencer un nouveau chapitre. Celui de l’enfance et de ses découvertes, celui de l’autonomie, celui des nuits complètes. Ce soir, en l’embrassant avant d’aller dormir, je vais lui chuchoter doucement que je suis prête à le laisser m’échapper, parce qu’il est temps pour moi de mieux l’aimer, il est temps pour moi de mieux les aimer tous.

 

 

65 commentaires sur “Tourner la page de la maternité

  1. Merci pour l’info ! Le mien de 22 mois ressemble au tien mais en plus soft. Moi aussi j’ai du mal à le laisser grandir, mon 3eme et dernier bébé. Je suis jalouse de tous ces ventres ronds, de ces bébés légers comme une plume dans les bras ou au sein. C’est dur. Mais en attendant, je souffre car mon coquin me pompe 100 % de mon énergie. J’espère que ça va marcher pour toi ! Courage …

    Aimé par 1 personne

  2. très jolie texte, je me projette aussi dans ce que tu dis, mes deux derniers mes deux jumeaux sont du coup sur mes derniers… car nous sommes 6 en tous et ça fait une belle famille, mais j’angoisse qu’ils grandissent trop vit que je prenne pas le temps d’en profiter. Certes j’ai de la chance car j’ai ma double dose car ils sont deux et je me fais mon plein de câlin de leur odeur de ses instants qui vont passer trop vite. Je voudrais parfois figer se temps qu’il ne reste qu’a moi, et qu’ils restent petit, c’est je pense d’une certaine façon faire un deuil de cette dernière grossesse de ses derniers moments pour en avoir bien sûr pleins d’autres ^^

    Aimé par 1 personne

  3. Quels jolis mots, j’en ai les larmes aux yeux, j’ai 2 garçons le dernier a 13 mois, je ne sais pas si j’aurai un troisième enfant, j’ai du mal à me dire que je ne serai plus enceinte, que je n’allaiterai plus, j’ai eu 2 grossesses merveilleuses, 2 accouchements sans problème et 2 bébés en bonne santé. On est bien à 4 mais j’ai toujours cette petite voix qui me dit qu’un petit troisième ce serait encore mieux, on verra avec le temps si cette envie passe…

    Aimé par 1 personne

  4. Que ton texte est beau et touchant ! Et aussi tellement bouleversant…
    Qu’il est parfois tellement difficile de se dire qu’il n’y aura plus de prochaine fois ni de dernière fois…
    Mais dis toi que ce qui t’attend n’est pas moins beau que ce que tu n’auras plus.
    Bon courage pour cette page à tourner.
    Affectueuses pensées.

    Aimé par 1 personne

  5. Encore un billet plein d’émotion et qui fait écho en moi, évidemment …
    Je ne sais pas si nous aurons un troisième enfant, mais là j’avoue que c’est très difficile pour moi d’imaginer que je ne serai plus enceinte et que nous n’accueillerons plus jamais un nouvel enfant chez nous … Pourtant, je ne suis pas fan des premiers mois, loin de là … Et J. n’a que trois mois ! Alors qu’est ce que ce sera dans quelques années ? En fait, peut être que c’est normal d’avoir du mal à tourner la page de la maternité ? Quelque soit le nombre d’enfants, quelque soit notre âge …
    Courage avec ton bébé crampon, si tu lui expliques il va comprendre c’est sûr, ils comprennent tout … Bises.

    Aimé par 2 people

      1. Oui c’est sûr que la PMA ça dissuade bien. Et puis vous avez quatre beaux enfants !
        Moi je suis tout à fait au clair pour l’instant : j’aimerais un troisième enfant. Pourtant mes fins de grossesse ne sont pas folles, mes accouchements ont été plutôt moyens, et on est quand même crevé là avec les deux loustics, alors que J. est très facile à vivre (bon H. moins lol, le two est vraiment terrible chez lui). Mais je ne sens pas notre famille « complète » … Mon Mari par contre, oui … donc pour l’instant ça coince, mais bon tout peut changer, dans un sens comme dans l’autre. 😉

        J'aime

  6. 😭. Comme toi… je savais que ma famille serait terminée lorsque nous serions 6. Nous avons atteint ce but mais j’avoue que la nostalgie me gagne très souvent. Pour nous, il ne serait pas raisonnable d’agrandir notre famille (la fatigue, la patiennnnnce, …). Alors, je les regarde et me dis que je vais passer à autre chose.
    Ps: mon mari en a marre de l’armoire à gobelets, bibis,… lui a bien intégré qu’il n’y aurait pas de petit 5 ème!

    Aimé par 2 people

  7. oh la la moi aussi les larmes aux yeux…et pourtant mes twins n’ont que 3mois, et pourtant, je ne souhaite vraiment pas revivre ma dernière grossesse, et pourtant j’ai un peu hate qu’ils grandissent et fassent leurs nuits…mais oui comme toi je ressens déjà le manque du nourisson, de la maternité, des bodys taille 00,…
    grosses pensées pour toi dans cette transition!

    Aimé par 2 people

  8. Ca n’est pas une chose facile de se dire, c’est le dernier et de remiser les affaires de tout petit ! Mais d’autres bonheurs arrivent ! Je continue de m’extasier devant les bébés qui m’entourent, ils sont si mignons, et chaque moment de ces bébés est rempli de joie et de nouveautés mais en grandissant on fait tellement d’autres jolies choses avec eux ! d’autres bonheurs sont à venir !! et les nuits seront plus longues aussi !

    J'aime

  9. Ah ben bravo, je suis ému…c’est malin tout ça ! Très joli texte dégoulinant d’honnêteté et de tristesse. Je te comprends parfaitement. Notre fille a 2 ans et demi maintenant, le temps file c’est fou ! On la voit devenir de plus en plus grande. C’est d’ailleurs un grand paradoxe : il nous tarde qu’elle grandisse pour avoir une complicité encore plus grande, faites des jeux ensemble, discuter etc. Mais d’un autre côté le temps file et bcp de moments nous manquent, parfois même les moments difficiles. C’est pour ça que quand nous avons appris que le deuxième arrivait bientôt, nous avons sauté de joie.

    Je te comprends parfaitement bien car me connaissant, je vais passer par là dans quelques temps. Après comme certaines te l’ont déjà dit au dessus, je suis certain que cette nouvelle phase va apporter énormément de bons moments. Des moments différents, c’est sûr, mais ils resteront sublimes.

    Aimé par 1 personne

  10. C est fou je suis déjà dans ce genre de pensées. Je comprends que le cap soit difficil, c est un deuil sur plusieurs aspects mais une nouvelle page qui s ouvre. C est vrai que le côté pma contraignant aide à la dissuasion et à se faire àl idée… Je me demande si quelques mois après la naissance des jumeaux, j aurai à nouveau envie. Pourtant, dès le début de la grossesse je me suis postionnée en disant c est la dernière…Mine de rien le côté bébé c est clairement chou mais ensuite les années passent vite, puis vient les devoirs, l éducation, les pb divers et variés… Je pense qu avec 3 on dst déjà bien…mais parfois le coeur veut dépasser la raison..Côté pma c est paradoxale…pour nous…dans la mesure où il nous reste 9 embryons…Une fois mon mari m a dit tu sais on a galéré, fait des fic etc..ça se trouve tu tomberas enceinte naturellement après les jumeaux…imagine !! Je lui ai répondu « ce qui est sûr c est que je n avorterai pas »…et il y eut un silence…je ne sais pas trop comment il fallait l interpréter mais bon! Tu me diras on n y est pas.Bon courage en tout cas à toi pour cette transition…Dis toi que ce sont encore des bebes…quand je vois mon fils qui a 11 ans et que je repense à ces 4-5 ans…je me dis halalalal il était encore bébé…

    J'aime

  11. Très émouvant. Très touchant.
    Je suis heureuse que ce rendez-vous t’ait fait du bien. A vous de profiter de chaque moment, tes bébés le resteront toujours, c’est juste qu’ils grandissent…

    J'aime

  12. C’est donc ceci que je n’arrive pas à faire, le deuil de la maternité. J’ai lu et relu ton article aujourd’hui et j’y ai trouvé ce mot et surtout cette raison !

    J'aime

  13. Comme je te comprends… Même avec mon petit dernier qui vient tout juste d’arriver, je suis certaine d’être bientôt touchée par la nostalgie et de refuser un jour de le voir grandir. Pourtant il le faudra bien, pour moi aussi ce sera le dernier… Bon courage, concentrons nous sur tout le bonheur, toujours différent, que nous apporte chaque âge !

    J'aime

  14. Oui, que c’est difficile d’écrire le mot FIN… Et pourtant une fois qu’il est écrit, comme on se sent légère.
    J’ai eu mes deux grands enfants avec mon ancien compagnon. Après la naissance de mon Loulou2 je ne me laissais d’abord pas la porte fermée à un petit troisième, mais la dégringolade de mon couple m’a poussée à la claquer très vite. Après un moment de flottement j’ai fait ce deuil complètement, je me suis projetée avec mes « grands » dans l’avenir, un avenir où il y aurait de la complicité et des découvertes avec eux, et aussi du temps pour moi (mais oui).
    Lorsque j’ai rencontré mon mari et qu’il m’a demandé un bébé, cela a été pour moi une angoisse sans nom. J’avais littéralement l’impression de retourner en prison. Aujourd’hui cela me semble un peu fou d’avoir ressenti cela aussi fort, mais j’ai dû faire un autre travail de deuil très difficile avant de tenter l’aventure du petit 3e.
    Bien sûr aujourd’hui je ne peux m’imaginer complète sans lui, mon petit bonhomme si plein de vie et de détermination. Je sais que si j’avais un 4e enfant je l’aimerais autant, mais je sais aussi que parfois le poids de ces 3 vies sur mes 2 seules épaules me semble si lourd. Et puis Chouchou3 a maintenant 3 ans et je viens de recommencer la gym, et même si je ne m’y tiens que 6 mois, que c’est bon cette liberté de commencer ou d’abandonner quelque chose pour moi… Et il y a mon travail qui m’offre de nouvelles perspectives dans lesquelles je veux vraiment m’engager.
    Alors pour toutes ces raisons, et parce que j’ai 40 ans et que je sais que ce n’est pas dans 5 ans que je changerai d’avis, je viens de prendre rendez-vous pour la ligature des trompes.
    Et je sais que c’est le bon choix pour moi. Pourtant, il m’arrive de regretter de ne pas avoir eu des jumeaux (ce que je redoutais pourtant vraiment à l’époque), ou bien de n’être pas tombée enceinte peu après la naissance de Troiz, car j’aurais peut-être considéré les choses autrement…
    Ambivalence j’écris ton nom. 🙂

    J'aime

    1. Merci de ce long témoignage. J’imagine la difficulté de tourner la page dans un sens, puis de revoir la tourner dans l’autre à un moment donné. Comme quoi la vie reste pleine de surprises et que les chemins que nous empruntons ne sont pas linéaires. Je te souhaite du courage pour la fermeture définitive de ton livre de bébé 😉

      J'aime

  15. J’ai découvert ton blog dernièrement en m’interrogeant sur l’éventualité d’un petit quatrième. Cheminement difficile… De petit quatrième il n’y aura pas..Et je ne suis pas toujours bien certaine de cette décision, j’ai peur de le regretter un jour…
    Bref, il va me falloir aussi tourner cette page de la maternité, accepter le fait que plus jamais mon ventre ne s’arrondira et profiter au maximum de tous les moments avec mes 3 loustics.

    Merci pour ces jolis mots, tellement vrais posés sur cette ambivalence que nous vivons toutes un jour.

    J'aime

    1. Moi aussi, j’ai peur de le regretter un jour. Je vais avoir 38 ans et il sera bientôt trop tard pour changer d’avis.Et si j’avais su convaincre d’un petit 5 eme, et si j’arrive pas à chasser ce spleen, et si …. bref, beaucoup de si, qui ne remette pas en question ma décision pour autant. Je sais qu’il faut avancer maintenant, pour le bien être de toute ma famille. Bon courage dans ton cheminement 😉

      J'aime

  16. Comme tu le dis si bien il faut savoir tourner la page et avancer dans votre histoire familiale. Tous les âges sont top, et je suis ravie de partir cet hiver en vacances avec mes parents, frère et sœur pour partager encore de bons moments en famille tous ensemble.
    A 32 ans, meme en étant Maman, je suis encore leur enfant 🙂
    Pour l’instant quand je regarde L, Si je l’imagine comme mon dernier bébé, ca me déchire le cœur et les tripes. La réponse est évidente : il y aura un petit 3eme. Le mari est d’accord ce qui ne gâche rien.
    Pour le 4eme nos avis sont partagés, on verra pour le convaincre en temps voulu 😉
    Par contre moi la grossesse, ca ne va pas du tout me manquer ! Mais renifler leurs petits cous, embrasser leurs petites joues cest sur que oui !

    J'aime

  17. Ce post est tellement sincère et touchant, j’ai versé ma petite larme et je ne dois pas être là seule. Je te comprends, je ressens souvent la même chose, je suis partagée entre la joie de voir grandir ma fille et la tristesse et l’angoisse de ne pas voir le temps filer et de la sentir prendre son envol. J’espère pouvoir revivre le bonheur d’être maman, j’ai fait une fausse couche il y a un mois, je me suis posé beaucoup de questions, maintenant je sais que si je retombe enceinte je vivrai dans la hantise de la mort de ce bébé. Dur d’etre une maman parfois. Je t’embrasse fort et encore merci pour ce témoignage.

    J'aime

  18. J’adore ta simplicité pour poser les mots, ta franchise pour aborder ce sujet. Ce billet me parle, j’adore voir ton envie pour trouver des Solutions à chaque fois,… Car oui, tourner cette page est difficile je trouve, alors oui j’adore ton courage pour passer à l’action. Bravo

    J'aime

  19. Très beau très émouvant … j’en suis à deux, un troisième viendra (enfin je l’espère…). Il n’est pas encore la que mon travail de deuil à déjà commencé je n’arrête pas de penser que ça sera ma dernière fois… j’ai la nostalgie du futur ! Un peu torturé comme concept mais je sais que du coup je serai prête à l’accepter, car le travail psychologique a déjà commencé … bon courage et merci de partager tout ça.

    J'aime

  20. Je crois que c’est le moment que je redoute le plus… Parce que dans « avoir un bébé » il y a « bébé » et qu’après, c’est plus du tout pareil, l’école, les problèmes de grand, c’est carrément moins sympa que le pouponnage…
    Ca doit être bien dur comme étape, mais tu as l’air de t’en sortir comme un chef !

    J'aime

  21. Très joli témoignage… Ma deuxième grandie à vu d’œil, les tétés s’espacent, nous n’en aurons sans doute pas de troisième et je sens que le deuil de la maternité va être une étape difficile pour moi aussi…bon courage !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s