J’ai lu Céline Alvarez

Capture d’écran 2016-11-10 à 15.57.31.png

Céline Alvarez, c’est cette instit de maternelle qui te redonne foi en l’humanité. Dans son  livre, et à travers ses conférences, elle partage sa façon d’enseigner, basée sur la confiance et l’amour qu’elle porte à ses élèves et propose des alternatives aux méthodes d’éducation traditionnelles. Alors ici, mauvais exemple pour les grincheux, mes enfants sont scolarisés dans des écoles publiques « normales », avec des instits au top, qui n’ont pas attendu la sortie du bouquin pour faire leur métier admirablement bien. Je sais aussi que certains sont plus critiques et je comprends qu’on puisse être agacé de tout ce tapage médiatique alors que la méthode en soi n’est pas nouvelle. Mais moi qui ne suis pas instit de maternelle et qui n’aie aucune idée de ce que c’est de devoir gérer une classe de 30 gamins à peine sevrés, et bien en toute subjectivité, je suis tombée totalement amoureuse de la meuf. Bon, ok elle irrite un peu en répétant trop souvent à quel point les enfants de 3 ans sont intelligents, formidables et merveilleux … les miens étant souvent pénibles, impatients , voire passablement chiants, mais je reste bluffée par les résultats qu’elle met en avant, alors j’ai mis en pratique à la maison quelques grands principes qu’elle développe.

– L’importance de l’exemple. Les enfants apprennent et intègrent ce que nous, adultes, leurs proposons. Notre comportement et notre langage sont leur matière première. Plus notre vocabulaire sera précis et riche, plus ils auront de clés. Le cerveau emmagasine bien mieux chez les tous petits car il est encore très souple, or parfois, nous simplifions les mots pensant leur faciliter la compréhension, et c’est une erreur. Le cerveau des petits est capable de faire plus que ce que nous imaginons. Pas de langage bébé ici donc, et on n’hésite pas à varier le lexique (sandale / botte / basket plutôt que chaussure ou veste / parka / gilet / coupe-vent plutôt que manteau).

– L’interaction entre les grands et les petits. Les petits apprennent en imitant les plus grands, et les grands renforcent leurs connaissances, travaillent leur capacité à organiser leurs idées et développent leur confiance en eux en transmettant leur savoir. La spirale de la win quoi. Je n’hésite pas à demander à l’ainé d’apprendre à la cadette à faire ses lacets ou à la petite d’expliquer aux autres les règles du Croque Carotte.

– Sans motivation, apprendre est difficile. Alors évidemment, la table de 8, tu peux tourner le truc dans tous les sens, il faudra bien la connaitre, mais j’essaie de rendre ça un peu plus rigolo. On révise allongés sur le lit, on se marre aussi pas mal. L’idée est de transformer cette étape parfois laborieuse des devoirs en un moment privilégié en tête à tête avec chacun des enfants. J’en profite pour leur parler de ma scolarité à moi, de mes bons souvenirs d’école, de ceux un peu moins drôles aussi. Bref, on fait les devoirs, mais on fait aussi bien plus que ça.

– L’environnement doit être agréable et rangé. J’ai remarqué que les enfants sont plus cools lorsque la chambre est ordonnée. Ça dérape moins quoi. Avant, je les laissais renverser toutes les caisses de jouets, vider kapla, légo, petits poneys etc en pensant qu’ils trouveraient forcément de quoi s’amuser, mais en fait c’est le contraire. Plus il y a de jouets partout, moins ils arrivent à se concentrer sur une activité. Maintenant, je sors soit les barbies, soit les déguisements, et on range tout avant de sortir autre chose. Les chambres sont également rangées chaque soir avant d’aller se coucher, rien à voir avec la méthode Alvarez, c’est juste rapport à mes voutes plantaires lors des réveils nocturnes.

– Ne pas les mettre en situation d’échec.  J’encourage, je félicite, je complimente, à l’infini. Je ne demande jamais les notes qu’ils ont eu à leur contrôle d’histoire. Je leur demande comment ça c’est passé, s’ils sont contents de leur journée. La note, je la connaitrais en signant le cahier rouge à la fin de la semaine de toutes façons, et je ne veux pas que mes enfants se mettent si tôt cette pression du résultat. Mon fils est venu me voir cette semaine les larmes aux yeux avec un 8 sur 10. Il trouvait cette note nulle, il se trouvait nul… A 9 ans, ça me rend dingue. J’ai re-expliqué que 8 était une excellente note, et que même un 2 sur 10 signifiait  qu’il avait réussi 2 trucs 😉

– Encourager l’autonomie. En les laissant faire un maximum de choses seuls, après leur avoir montrer le geste. Et lorsque je leur demande de faire quelques chose,  c’est parce que je sais qu’ils sont capables de le faire. J’augmente la difficulté au fur et à mesure.  Les jumeaux sont dans leur phase « moi tout seul », alors même si c’est un peu long, même si on est pressés, je les laisse se débrouiller sur des choses simples, comme mettre la table ou se brosser les cheveux. Mes enfants n’utilisent pas de vaisselle en plastique, font leur toilette seuls, ont des couteaux qui coupent, savent casser des oeufs en séparant les blancs des jaunes et mettre en marche la machine à laver. J’avoue que sur l’autonomie, ça s’est fait un peu tout seul, au fur et à mesure de l’agrandissement de la famille. Et quand ça roule, ça facilite grandement l’organisation familiale. Pour numéro 3, on bosse encore pas mal l’autonomie, mais pour le moment, son truc à lui, c’est le maternage proximal. J’en profite au maximum, ça ne va pas durer.

– Leur laisser le temps de s’ennuyer. Peu d’activités extra-scolaires chez nous. Une par enfant en plus de celles de l’école. Cela laisse le temps de rester en pyjama le samedi matin à se demander quoi faire. C’est dans ces moments là que leur imagination met en place les jeux les plus amusants, comme la cabane /housse de couette, le parcours aventure à base de tabourets et de pile de coussins, ou la salle de concert improvisée sur le tapis du salon.

Et toi, tu as lu Céline Alvarez ? Tu en penses quoi ? Tu aimes, tu détestes, tu t’en fous ? Dis moi tout !

22 commentaires sur “J’ai lu Céline Alvarez

  1. Pas lu mais il pourrait bien m’intéresser. .. Un bon bouquin à lire « Parlez à vos enfants pour qu’ils vous écoutent, écoutez-les pour qu’ils vous parlent ». Il y a une version ado.
    Chez nous aussi, il n’y a eu que très peu de vaisselle en plastique et de chaise haute. Effectivement, nous sommes leur exemple. Leur expliquer que nous ne vivons pas dans un monde tout rose. Montrer aussi aux enfants AVEC DOUCEUR que leurs parents ne sont pas tjr d’accord entre eux. C’est ça la vie.

    J'aime

  2. Moi je n’ai pas lu (en fait même je n’en avais jamais entendu parlé..) et pour dire la vérité je pense que je ne le lirais pas (j’ai bien trop la flemme) mais ce que tu dis là me semble être juste du bon sens donc je valide à 100%. Bon… Après, dans la vraie vie, on fait ce qu’on peut mais ce sont aussi les objectifs vers lesquels je tends.

    J'aime

  3. Je suis hyper d’accord avec toi pour les activités. Dans mon entourage j’ai l’impression que c’est le concours du goss qui a le plus d’activité et de surcroît de réussite. Mon aîné n’a que 3 ans. Donc le challenge de l’année c’est déjà s’épanouir à l’école. Mais pour plus tard j’envisage déjà une activité sportive car il est plutôt speed et puis c’est tout. Déjà je sais pas comment je vais me débrouiller pour l’emmener avec mes horaires à la noix.

    J'aime

  4. Pas encore lu le bouquin, mais je vais m’y mettre, ne serai-ce que pour comprendre cette polémique autour de la méthode… Vraiment d’accord avec toi par rapport aux activités, les enfants ont toute la vie pour avoir un emploi du temps de ministre. Je retiens la technique des notes, petite annoncer mes notes à mes parents était vraiment source d’angoisse et gâchait tous mes retours à la maison.

    J'aime

    1. La polémique réside dans le fait qu’en critiquant la méthode actuellement utilisée dans la majorité des écoles, cela peut être perçu par les instits comme une critique du travail qu’ils accomplissent au quotidien près des élèves depuis des années, avec passion, énergie, bienveillance et bonne volonté, aussi 😉

      Aimé par 1 personne

  5. Je n’ai pas lu Celine Alvarez mais je vais beaucoup de choses que tu décris dans ton article. Et j’adhère totalement! Mes enfants ont 4 ans, 2 ans et demi et 5 mois (mais lui est en trop petit pour l’autonomie 😉) et ils sont très débrouillards. En les mettant en confiance et en le félicitant ils progressent très vite.

    Aimé par 1 personne

  6. Je ne l’ai pas lu, mais j’ai lu des articles aussi. Nous on a l’effet inverse : la petite de 15 mois voudrait faire des choses seules et la « grande » de 3 ans demande qu’on fasse « comme un bébé » elle sait faire, mais elle a envie qu’on l’habille comme on fait avec sa sœur, qu’on la cajole et de zoner dans la poussette. On essaye de trouve le juste milieu pour ne pas la frustrer (je veux bien l’habiller) mais continuer à la responsabiliser. Pas évident !
    Pour l’autonomie elle est quand même débrouillarde, même si hier elle s’est brûlée avec la casserole en m’aidant à faire la bolognaise (jai cru mourir) donc on a pas tout raté 🙂

    J'aime

    1. On ne rate jamais rien, on apprend à faire mieux 😉 Les douleurs de brulures sont atroces… Je garde un souvenir ému de numéro 2 avec le fer à repasser qui lui est tombé sur le pied. Brulure au 2 et 3 eme degré et impossible de concourir pour miss Tong 2020 vue la cicatrice qu’elle a 😦

      J'aime

      1. Heureusement elle a touché la casserole au lieu de l’attraper par le manche. Une toute petite cloque. Mais j’ai vu la scène et je l’ai entendu hurler. Quelle horreur !
        Pour ta fille, Ça finit par disparaître. À l’époque des t shirt au dessus du nombril (et du ventre plat 😬) je me suis renversé un coulis brûlant qui sortait du micro ondes sur le ventre. Ma peau s’est détachée quasi instantanément. Tulle gras pendant 2 semaines, biafine, et surtout PAS de bikini pendant deux ans (pour le plus grand plaisir de mon père) aujourd’hui on ne voit plus rien. PAS de brûlure apparente pour ma fille.
        Miss Tongs 2035, il lui reste une chance 😬

        Aimé par 1 personne

  7. Je n’ai pas lu Céline Alvarez, mais je crois qu’on a exactement les mêmes principes d’éducation !
    L’autonomie, l’encouragement, les activités existantes mais pas envahissantes…
    Bon, ok, sur le rangement tu me bats à plate couture mais en théorie je suis 100% d’accord 😉

    Mes enfants fréquentent une petite école (4 classes de la TPS au CM2), et il y a donc énormément d’interaction entre les grands et les petits : classes multi niveaux évidemment mais aussi enfants qui se connaissent bien malgré leur parfois 5 ans d’écart… et je n’y vois que des avantages ! Les petits sont avides de grandir et les grands fiers d’accompagner.
    Ici chaque semaine un CE va lire une histoire en classe maternelle, il doit apprendre à mettre le ton pour captiver les petits et préparer des questions pour vérifier qu’ils ont bien compris. Et pour tous c’est un grand moment 😀

    J'aime

  8. J’ai lu ton article hier de mon telephone… et je reste encore abasourdie d’apprendre que tes enfants savent separer le blanc des jaunes d’oeufs! Ils sont vraiment super debrouillards!
    (moi j’ai jamais tente le coup… j’ai bien trop peur pour ma mousse au chocolat… la mousse au chocolat, c’est sacre!)

    J'aime

  9. Je n’ai pas lu son livre mais j’ai écouté pas mal de ses conférences. Son discours redonne de l’espoir quand on voit tous ces enfants en difficulté au collège et au lycée, on se dit qu’on peut réussir ! Dans la vraie vie, c’est tout de même un peu plus compliqué : ce n’est pas évident de gérer 30 gamins dont un autiste, un autiste asperger, un TDAH, un précoce, un dyslexique, un dyspraxique, un mal élevé, une pipelette, un révolté (dont les parents sont en plein divorce qui se passe mal), un timide, un vrai fainéant, une tête en l’air, un violent, un qui ne comprend pas encore le français, et tous les autres « sans soucis » … qu’il faut motiver pour que chacun s’intéresse, développe sa curiosité et son sens critique, sa logique et sa capacité d’apprendre et de réfléchir. En prenant le cas de mes enfants déjà, ce n’est pas facile pour les maitresses, celle de CP sait déjà lire, elle est vive et bavarde, une plaie pour la maitresse, celle de CM1 est plus facile, elle part dans son imagination pour éviter l’ennui car cette année la classe est hétérogène, le niveau est trop facile pour elle et même si la maitresse a fait des groupes de niveaux avec des exercices différents en fonction des groupes, ça reste peu motivant pour elle. Elle m’a demandé de faire plein d’activités extra-scolaires cette année et j’ai cédé (je passe 3h a faire le taxi le mercredi, ma vie est un enfer !) mais je m’adapte à ses besoins pour essayer de la rendre heureuse … comme toutes les mamans !

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s