Le premier jour

Capture d’écran 2017-01-30 à 18.11.54.png

Aujourd’hui je vais te raconter ce souvenir si particulier, celui du jour où j’ai découvert ma grossesse. Je sais que chacune d’entre nous se rappelle exactement ce moment suspendu, instant magique où le test a confirmé qu’un nouveau bébé était en cours de fabrication. Pour l’occasion, j’ai demandé à trois mamans blogueuses de nous raconter à leur tour leur histoire. Ainsi, Aurélie, que vous connaissez certainement sous le nom de Maman What Else, E-zabel et Julia, du blog Rose comme trois pommes, ont pris la plume avec moi pour mettre des mots sur ce jour où nos familles prendraient pour toujours une nouvelle couleur, celle du premier jour du reste de nos vies… Vous retrouverez leur récit en bas de cet article.

Voici mon histoire :

Les mois se suivent et se ressemblent, pas de numéro 3 à l’horizon. Malgré les traitements, les protocoles, les prises de sang, les rendez-vous, ce dernier bébé ne veut pas s’installer. Il est temps peut-être de renoncer. Après tout, c’est tellement miraculeux d’avoir eu 2 enfants … Mais la tristesse est bien là et il me reste encore un peu d’espoir aussi, alors nous réessaierons encore une fois… Juin 2013, je compte les jours, les DPO comme les appellent celles qui croisent un jour la route de la PMA. 9 DPO, c’est bien trop tôt, je le sais, mais qu’est ce que je risque, après tout, le négatif sur le test ne signifiera rien, et je recommencerais le lendemain voilà tout. Et pourtant comme à chaque fois, je le sais, cette fois c’est bon. J’en suis quasiment sûre, mon bébé est là, je le sens au creux de moi. Et effectivement la bandelette rose pâle apparaîtra bien sur ce petit bâtonnet de carton. Le bonheur m’envahit bien sûr et je cours à la pharmacie pour faire le « vrai » test, celui sur lequel on peut lire noir sur blanc ENCEINTE, qui reste le fantasme de toutes les filles qui ont galéré pour y arriver. Ça y est, alors que je n’arrivais plus à espérer,  je suis enceinte … une troisième fois, et je le savais déjà, une dernière fois… Mes yeux s’embuent à peine, juste quelques larmes discrètes qui couleront le long de mes joues, quelques larmes de bonheur évidemment, mais surtout des larmes de soulagement, des larmes qui disent que la Pma c’est terminé, on n’en parle plus, c’est fini tout ça. Fini le labo a 7.00 et les piqures dans le ventre, finis les taux de Lh, d’oestradiol, de Fsh ou d’Amh, finies les incertitudes et les montagnes russes émotionnelles. Mon bébé est là, il y restera. Je ne veux pas, je ne peux pas imaginer une issue malheureuse. Cette grossesse sera ma dernière, je vais en savourer chaque seconde dès aujourd’hui, je me le suis promis. Les ainés sont dans la confidence, et l’annonce à l’entourage sera faite très tôt, avant même une première écho. Comme une envie de conjurer le sort, je n’ai pas envie de cacher ce joli secret. Ce 5 juillet 2013, je suis pleinement heureuse, nous allons avoir 3 enfants, nous deviendrons une famille nombreuse, celle que j’avais toujours imaginée … Mais déjà s’installent les premiers signes, bien différents de ceux que j’avais connus … des nausées démentielles, bien plus violentes que d’habitudes,  accompagnées d’une fatigue incommensurable. Et ce ventre, ce petit ventre déjà bien trop rebondi à ce stade si précoce de la grossesse… Tous les symptômes étaient là pourtant, avec le recul c’est évident, cette grossesse là était particulière, mais je ne voulais pas me l’avouer, préférant savourer l’instant, sans trop réfléchir. Et effectivement, quelques semaines plus tard  j’apprendrais, que dans ce ventre bien trop arrondi, ne se cachait pas un mais deux bébés !

A leur tour, elles évoquent pour nous ce souvenir précieux, vous pouvez retrouver leur histoire ici – infiniment, je les en remercie.

Et si l’envie vous en dit, vous pouvez raconter également votre histoire ici … Allez racontez-moi, c’était comment le premier jour du reste de votre vie ?

47 commentaires sur “Le premier jour

  1. Ce sont des moments inoubliables…

    1ère fiv, j’apprends que je suis enceinte qq jours avant mon mariage et la veille, 1ere écho…mon 1er bébé ! Mon mariage était du grand n’importe quoi mais je m’en fichais royalement, j’étais enceinte!
    2ème fiv, le même soulagement que vous, fini la pma car ça y est, la famille s’agrandit! Et comme vous…2 bébés! Aucune panique, du bonheur en pleine face…
    2 « decouvertes » tellement différentes… La 1ère qui me montre que oui je peux être maman, la 2ème comme un bon pied de nez à la nature qui ne me prédisait pas une famille nombreuse!

    Aimé par 1 personne

  2. Toujours un beau moment quand il est attendu! Pour ma part j’avais déjà de gros doutes pour la première – j’ai manqué de m’endormir en plein repas avec ma famille, à 21h à peine, j’avais une fatigue si intense que c’était très étrange…Plus tard, j’ai raconté cela à ma mère qui m’a dit avoir vécu la même chose à sa première grossesse! J’ai ensuite fait un test, seule, et un peu mis en scène le résultat pour papa (un chemin de bougies, arrivant sur un cadeau, le test). Pour la deuxième fois, c’était bien moins scénarisé! A vrai dire…ça date d’il y a deux ans, mais je ne me souviens déjà plus que des grandes lignes – un test, avec Papa en embuscade derrière la porte ;o)
    NB – il semble y avoir un problème avec tes liens – celui de Rose comme trois pomme ne renvoie pas à la bonne page, et il n’y a pas de lien pour Maman what else ;o)

    J'aime

    1. Si j’avais connu les mêmes épisodes que toi, je ne pense pas que j’aurais été capable d’autant de sérénité évidemment. J’ai eu la chance d’avoir toujours connu des grossesses faciles pour mes 2 premiers, donc je ne pouvais imaginer autre chose que la coolitude attitude. En revanche, pour le parcours pma en lui-même, je m’effondrais au moindre taux qui ne collait pas à la norme, à la moindre phrase négative des gynecos … je n’arrivais à prendre aucun recul et ça me rendait complètement zinzin. J’admire d’autant plus les parcours comme les tiens et réalise la force de caractère nécessaire pour aller jusqu’au bout du truc.

      J'aime

  3. C’est sûr que quand on connait la galère de la PMA l’apparition de cette petite barre rose sur un bâton plein de pipi revêt quelque chose de magique. La victoire, enfin! Et un soulagement immense… mais de courte durée, reste les 3 mois fatidiques. Mais on y est arrivé, on l’a fait! et ça c’est complètement fou et hors du temps.

    J'aime

  4. Pffffiou tu fais remonter tellement de souvenirs … Mes deux « premiers jours » …
    J’ai raconté en détails pour H. sur mon blog (« ce jour où tout a basculé »), mais je la (re)fais courte ici : deuxième insémination, lundi 23 septembre 2013, nous avions la prise de sang obligatoire le lendemain matin, je rentre de la gym (suédoise évidemment) à 21h, mon Mari m’accueille à la porte en me disant « fais un test tout de suite là, j’en peux plus » … Euh je peux poser mon sac quand même ? Test clairement positif, alors qu’on est bien loin des urines du matin … Nuit quasi blanche pour moi, ventre noué « dans le bon sens » et cœur qui palpite « ça y est, c’est bon, ça a marché » (comme toi je ne voulais absolument pas envisager une mauvaise issue) … Deuxième test à 5h du matin, et premier taux de bhcg super rassurant en début d’après-midi, le jour de nos 13 ans … ❤
    Pour J., j'ai fait le premier test le samedi 14 novembre 2015 à l'aube, le "jour d'après" donc, ce jour où tout le monde en France s'est réveillé en se sentant différent pour toujours … et ça a été encore plus vrai pour nous, donc … Mais c'est du coup un "premier jour" sacrément bizarre … J'ai eu l'impression toute la journée d'être à la fois plongée dans un brouillard très dense et d'avoir ma conscience très aiguisée … Le monde était devenu complètement fou, et voilà que nous étions plus fous que lui encore avec cette promesse d'un nouveau petit être …
    Merci pour les petits frissons et les yeux qui picotent devant le PC alors que je suis censée travailler ! 🙂

    Aimé par 1 personne

      1. Bon je n’oublierai pas non plus le premier pour plusieurs raisons (PMA et anniversaire de rencontre avec mon mari), mais c’est vrai que ce 14 novembre 2015 restera à jamais gravé dans notre mémoire …

        J'aime

  5. Oh! Moi qui rêve d’un petit cinquième notamment pour revivre ces moments tellement magiques que sont la découverte d’un + et les accouchements merveilleux partagés avec l’homme de ma vie. Mais la raison l’emporte; ma famille est complète avec nos 4 enfants.
    Pour notre 1er bébé, j’ai eu une envie de fraises si irrésistible que mon papa est allé m’en acheter… J’ai su ensuite que j’étais enceinte.
    Le 2 ème s’est invité très vite, sous pilule; le 3 ème et le 4 ème tellement attendus que les vendeurs de tests auraient pu vivre de mes passages!
    Mes grossesses ont été faciles mais pas mon truc du tout…
    Une pensée particulière pour ces parents dont leur rêve met parfois bcp trop de temps à se concrétiser.

    Aimé par 2 people

  6. Que d’émotions ce fameux jour de LA grande nouvelle tant attendu. Je me souviens encore du négatif à la maison, puis du positif au boulot, après avoir reçu les résultats de la pas. Quelle surprise… qui serait suivi de LA grande nouvelle, la double annonce, les deux poches, les deux bébés…

    J'aime

  7. Des jours inoubliables !
    Tous différents car les contextes étaient bien différents également.

    Bébé 1 : Un an d’arrêt de pilule mais rien de réjouissant à l’horizon… Je n’ai plus de règles depuis un an ! Test à gogo, non pas pour un + mais pour savoir où nous en sommes. Bilans qui disent qu’il y a un problème **genre l’absence de règles ne le disait pas assez clairement** mais le problème n’est pas clair… On nous dit juste qu’il nous faudra de l’aide.
    Début novembre 2009, la réponse de la sécu pour notre projet arrive par la poste le premier jour du retour des règles après un an d’absence ?!? Nous devons prendre rdv, c’est compliqué et en même temps je suis persuadée que ce rdv est sans intérêt…
    Entre Noël et NA, j’ai fait en cachette le seul et unique test dont j’attendais un +. Je ne me trompais pas. Tout était rentré dans l’ordre naturellement et le + le confirmait !
    Je n’ai rien dit. Une prise de sang plus tard et un moment shopping plus loin, le tout emballé dans un papier cadeau brillant, Monsieur allait être Papa !!!

    Bébé 2 : Les projets boulot/maison/perso se multiplient et Papa prend la décision d’avancer d’un an bébé 2. Nous sommes en juillet 2011. Vu l’année compliquée pour bébé1, je décide de faire des courbes de T° et d’investir le Papa. Après l’ovulation début août, je lui montre tout en lui expliquant qu’à première vu mon corps fonctionne et qu’il n’y a qu’à attendre.
    A DPO12, je fais un test **ni trop tard, ni trop tôt**. Il est négatif mais je m’en fiche car je sais que c’est bon **avec le recul c’est un peu le comportement d’une malade mentale, on te dit non mais tu fais comme si c’était oui**. Trois jours plus tard le + est validé **pas si dingue que ça finalement**.
    J’envoie de suite un MMS au Papa qui me répond qu’il le savait déjà car on ne faisait plus de câlin **chose que je n’avais pas spécialement remarqué** !!!

    Bébé 3 : Je n’arrive pas à avoir de rdv pour poser le stérilet, donc en attendant je fais des courbes, je comptent… Jusqu’au jour où je ne compte plus car je « sais » les jours où il faudra faire attention… le quotidien, le travail, les enfants… Je me souviens des dates mais quatre jours trop tard… Je ne dis rien, inutile de stresser le Papa pour rien. J’attends un retard… Je suis malade comme tout, surement la gastro **même en l’écrivant trois ans après je n’arrive toujours pas à me rendre compte que j’ai pu m’autoconvaincre de ça**…
    Entre Noël et NA 2012 je fais un test en cachette et malade comme je suis, c’est +++. Au milieu des fêtes de famille, je coince Papa dans la cave et pleure car je suis heureuse mais je sens le combat arriver… Papa devine, sourit, dit qu’il est heureux et toujours en souriant me dit qu’on va « l’enlever ». Il n’y a pas de mot pour décrire la sensation produite par cette phrase…
    L’histoire montrera que finalement j’ai gagné ce combat…

    Bébé 4 : Un an de combat pour avoir l’approbation de Papa **inutile de penser à un bébé surprise car la douche froide de bébé 3 nous a vacciné**, suivi d’un an de combat contre un indésirable microbe…
    En janvier 2016, je ne sais pas si je suis à 7 jours ou bien 15 jours de retard… Je n’ose pas faire de test. Puis après une nième dispute sur cet hypothétique quatrième, je teste seule absolument pas dans les conditions souhaitées et c’est enfin +.
    Je prépare un message pour Papa, il ne comprend rien et pense que je m’excuse pour la dispute… Il bloque… Puis finit par lâcher sa joie !

    Si entre le + et l’accouchement il n’y avait pas neuf mois de grossesse, je revivrais sans problème un nouveau jour +…
    Je me contenterai donc de garder ces quatre jours en mémoire et de les regarder grandir !

    J'aime

  8. Ici, ayant fait une fc lors de ma 1ère grossesse (alors qu’on avait annoncé à tt le monde la nouvelle peu après le test +), on a tjrs pris cette petite bande qui s’affiche avec du recul…. mais lorsque je voyais le coeur battre à l’écho des 3 mois (d’ailleurs c’est la seule chose que je cherchais sur l’écran, ce petit point clignotant…!), l’appréhension disparaissait, je m’envolais enfin sur mon nuage.
    Par contre, pr ma dernière grossesse, ce n’est pas le petit point clignotant que j’ai vu en premier, c’est cette deuxième « masse » , à côté de mon bébé (que je croyais être en train de perdre d’ailleurs vu la quantité de sang que je perdais)… et je me disais « c’est pas possible, ça ne peut pas être ça, elle va m’expliquer ce que c’est, car ce n’est pas possible qu’il y en ai deux… » Je croyais faire une fc et je me retrouvais avec 2 bébés…. et malgré la joie que j’aurai du éprouvé parce que les petits points clignotaient, je me suis littéralement effondrée… seule avec mon mari injoignable, les yeux tellement plein de larme que je ne voyais pas la route pour rentrer… j’en voulais 3… pas 4… ma dernière grossesse ne serait pas celle que j’espèrais, celle dt je profiterais à fond, la vie avec ce petit 3e que j’avais tellement anticipée, imaginée, mes desirs d’allaitement réussi, de maternage poussé et de portage à gogo parce que cette fois j’aurai eu le temps et l’expérience s’envolaient… tout allait être bien plus compliqué. Moi qui n’avais jamais rêvé d’avoir des jumeaux et qui souhaitait même à personne d’en avoir tellement les exemples que j’avais dans mon entourage s’avéraient compliqués, j’allais me retrouver maman de deux merveilleux trésors. Et même si aujourd’hui c’est encore compliqué et que j’ai quelques fois encore l’impression d’avoir été punie d’avoir voulu une fille, je sais qu’un jour je dirais que c’est la meilleure chose qui nous soit arrivée… cette « masse » à côté de mon bébé !

    Aimé par 1 personne

    1. Très touchant … As tu pu quand même profiter comme tu le souhaitais à propos du maternage, de l’allaitement etc … ? Moi clairement, ça a été difficile car je n’ai pas pu m’investir a 200 % sur ce dernier bébé, vus qu’ils étaient 2, et que j’avais 2 ainés aussi :). J’ai été très frustrée parfois, de ne pas pouvoir materner comme je l’aurais aimé. Aucun regret cependant, le bonheur en double, c’est une certitude !

      J'aime

      1. Malheureusement non…. peu de peau à peau à la maternité, pas d’allaitement, pas de cododo faute de place et peu de portage aussi car il faisait trop chaud, du coup ils ne sont pas habitués et maintenant, ils ralent au bout de 5 mn… je suis très frustrée de ne pas pouvoir les porter autant que je le voudrais, mon dos ayant dit non lui aussi… et de devoir tjrs trimballer une poussette gigantesque là où mes bras suffisaient pr les aînés. Et les bib et repas en dble que tu ne savoures que très peu du coup, parce que l’autre a faim aussi…. mais tu connais! Lol

        J'aime

      2. Et puis je relativise en me disant que j’ai eu la chance d’avoir pu profiter de tt ça avec mes aînés par rapport aux parents qui n’ont eu que des jumeaux et d’avoir pu avoir des enfants, et des enfants en bonne santé….

        J'aime

  9. Que c’est joli de lire tout ça, quel parcours ! Je me souviendrais toujours de mes deux tests de grossesse. Pourtant je savais déjà avant de les faire. Le dernier m’a un peu surpris quand même, tellement la barre est apparue vite. Et ce taux si élevé dès le lendemain… Et finalement l’annonce des twins la semaine d’après… 😉

    Aimé par 1 personne

  10. Pour moi ça a été un grand hasard. ..j’ai découvert que j’étais enceinte suite à un test d’effort. Le médecin n’à pas arrêté de dire que quelques chose n’allait pas ai court du test…que j’avais un problème cardiaque alors que j’étais en pleine forme. Et il s’est avéré que ce n’était pas mon coeur mais celui de #ptithibou.

    J'aime

  11. Jolis souvenirs 🙂
    Pour M le sablier a tourné une éternité (1 minute) avant d’afficher « enceinte 2-3 » et je suis allée l’annoncer à JBL mi excitée mi tétanisée. On voulait un bébé mais je n’avais pas vu un Gyneco depuis 3 ans et je n’avais aucune idée de la suite. Le soir même on devait voir ma belle mère et je ne voulais pas qu’elle soit la première au courant alors j’ai envoyé la photo du test à ma meilleure amie en vacances à Bali ! J’ai bien fait car le soir la BM nous a balancé « oh ?! À l’envers avant de vous marier? » Avant de nous féliciter. Pour L, je n’y croyais pas, deux mois après une fausse couche, mais après une semaine de nausée. Même scénario mais la belle mère en moins (la copine était en suisse, elle a eu droit à sa photo quand même)
    Pour le coup pour L je suis restée en apnée jusqu’à l’écho à 8 semaines où on a vu le coeur sur l’appareil pourri de ma Gyneco de ville !

    Aimé par 1 personne

  12. Moi pour la 1ere c était en 2003, j’avais même pas 24 ans et notre couple avait à peine 2 ans. Mais voilà l homme avait 29 ans et voulait être papa avant ses 30 ans… J ai fini par céder, nous étions très amoureux, et des le 1er cycle ce fut positif, c était quelques jours avant la fête des mères et ma mère a donc eu le plus beau cadeau de féte des mères de sa vie😊
    Pour mon 2èm c’est moi qui en ai eu envie,plus tard que ce que j avais pensé,en 2007. j avais toujours dit que je voulais des enfants rapprochés mais ma fIlle me comblait et surtout j avais peur de ne pas pouvoir aimer un autre enfant comme elle. Et cette fois encore le 1er cycle fut le bon. Des le lendemain de l ovulation je savais que j étais enceinte je le sentais.et mon chaton est arrivé en 2008.

    Depuis petite je rêve de 4 enfants (3 filles et un garçon plus exactement ) j ai moi même 2 soeurs et 1 frère avec 2 ans d écart entre chacun et j adore notre complicité.
    Mais avec le temps je me disais que 3 ce serait déjà bien.
    L homme était d’accord pour un 3em mais si on attendait pas trop longtemps, il ne voulait pas être un vieux papa. Seulement je n etais pas épanouie professionnellement et un poste que je convoitais depuis longtemps aller se libérer et je ne voulais pas que cette opportunité m echape, mais je ne pensais pas que ce serait si long…
    ensuite j ai eu peur,les grands avaient bientôt 11 et 7 ans mais après quelques mois de galère pour décider papa qui ne voulait plus du tout car se trouvait trop vieux et me faisait douter moi meme, on s est lancé, et je me suis montrée très impatiente quand le c3 n était toujours pas le bon.
    le gyneco m à file un traitement et le c4 fut le bon😊.j étais persuadée d attendre une fille, il ne pouvait pas en être autrement alors quand on nous a annoncé un garçon j ai paniqué et ce qui m à permis de tenir le coup c’est de me dire qu il y aurait un, enfin une 4eme. Aujourd’hui je suis très heureuse avec mon amour qui a 18 mois mais cette idée de bébé 4 ne m à plus jamais lâchée.
    Seulement je n ose même plus en parler à l homme et me demande si on est pas trop vieux et puis tout le monde me prend pour une folle.
    Il y a 15 jours j ai cru être enceinte et lorsque le test s est révélé négatif, j ai été soulagee et déçue à la fois.
    et puis hier ma soeur m à annonce sa grossesse de 15 jours justement, sur le coup j ai été super heureuse pour elle mais ensuite j ai ressenti de la tristesse et je regrette vraiment que ce test n ai pas été positif…

    J'aime

  13. Quels beaux moments! j’ai un souvenir très fort de mon premier + assortie du soulagement de « mais ça marche, on sait faire les bébés ». Plus de recul ensuite, car une fausse-couche intervenue entre-temps fait réaliser la fragilité de ce tout petit +. Et tout dernièrement (attention scoop inside…) un + presque inattendu qui m’a destabilisée comme jamais je n’aurai imaginé. Bref, ici trois (ou quatre) moment intenses et différents.
    Bises

    Aimé par 1 personne

    1. Mais what ???? Un nouveau petit + sur le bâton à pipi ??? Félicitations !!! Raconte mieux ? C’était une surprise ? Un + qui s’est fait si désiré qu’il en devient inattendu, un + de comment on va gérer 3 mômes au secours ?!? Dans tous les cas, je te souhaite la bienvenue dans le club des familles nombreuses. Je t’embrasse 😉

      J'aime

  14. La PMA… Tu le sais, pour des raisons bien différentes de toi j’y suis passée, et j’y reviendrai. J’attends encore d’être capable d’écrire dessus. Un grand merci pour ton témoignage qui m’émeut.

    J'aime

  15. C’est beau… une grossesse pleine de bonheur ! j’espère ne pas passer par la PMA pour y arriver à mon tour! j’ai hâte de vivre ce premier jour à mon tour, quand le moment sera venu pour nous ❤

    Aimé par 1 personne

  16. J’aime beaucoup chaque histoire autour de ces grossesses désirées, attendues, surprises…
    Pour moi, tout a commencé après le commentaire laconique du chirurgien gynécologique lorsque j’avais 17 ans, après une chirurgie costaude pour tumeur ovarienne. Il m’a lancé : vous aurez des difficultés à avoir des enfants, peut-être que vous n’en aurez pas.
    Cette phrase a fait traumatisme, bien entendu.
    Pour bébé un, après deux ans infructueux, nous nous lancions la mort dans l’âme dans le parcours de PMA..
    1000 examens plus tard, à la veille de la présentation de notre dossier au CHU pour début du protocole de FIV, oh surprise : j’étais enceinte !
    Pour les suivants, mon gynéco n’a pas voulu tenter le diable, et nous a proposé une PMA après un an d’essais. Nous l’avons plutôt pris tranquillement, puisque nous avions deja un enfant, et tout a été finalement très simple : 10 jours après la première piqûre, j’étais enceinte. Le jour de l’échographie, mon mari tout perplexe demande au gynéco : mais, pourquoi l’œuf est coupé en deux ? 😊 Nos jumeaux sont nés en mai !
    Comme quoi, les grandes sentences médicales sont à prendre pour ce qu’elles sont. Dit le médecin 😉

    J'aime

  17. Pour mon petit troiz j’avais dépassé l’âge des 36 ans, et j’angoissais beaucoup de ne plus être capable d’être enceinte. Du coup les 3 mois précédents avaient été plutôt stressant : montagnes russes émotionnelles, comptage de DPOs et analyse avancée des signes précoces de grossesse (qui donc sont complètement identiques au SPM chez moi.
    Je n’avais pas de signe particulier ce jour là, je devais avoir mes règles le lendemain et malgré mes efforts la machine à psychotage était en route. Je me suis dit « Allez, tu fais ton test, comme ça c’est bouclé tu peux passer à autre chose et passer une bonne soirée ».
    Je partage avec Chéri, lui aussi fatigué émotionnellement. Je fais donc le test, et en attendant les 3 mn qui permettent d’être sûr qu’il est négatif je fais un calin à mon homme, le test posé sur le plan de travail derrière moi.
    Je tourne la tête au bout de 30s, aperçoit une petite ligne rose clair.
    L’émotion me submerge, je me love dans ses bras.
    Je n’ose lui dire : et si je m’étais trompée ?
    Je tourne à nouveau la tête : pas de doute, la ligne est maintenant rose foncée.
    Je luis dis « C’est positif ! »
    Il n’en revient pas… 🙂

    Aimé par 1 personne

  18. Nous étions ensemble depuis peu pourtant nous voulions un bébé. Une évidence. D ailleurs ce mot resume notre histoire. J avais arrêté la pilule un mois plus tôt j avais 20ans. Mes règles arrivent gros chagrin. Déception. Pourtant quelques jours plus tard sans raison sans savoir pourquoi j achète un test de grossesse…. Positif. Waouh ça y est c est pour de vrai. Quelques saignements mais rien de grave. Aucune nausée aucune fatigue. Pourtant quelques semaines plus tard double surprise 2 bébés se cachent dans mon ventre. 20ans pas de peur pas d inquiétude; mes bébés vont bien on y arrivera. Depuis on a remis ça 2 fois le même bonheur la même sensation : indescriptible…

    J'aime

  19. Avril 2014. Ma docteure me fait entrer dans son cabinet et me trouve un air bien fatiguée. Elle finit par me demander de quand datent mes dernières règles. Huh?! Pas le temps de reflechir qu’elle a déjà enfilé son gant et qu’elle me sort… »hmmm…c’est bien ce qui me semblait… » il est midi, je rentre chez moi, un peu sonnée. Je le savais pourtant…l’homme et moi, il suffit qu’on se regarde et je suis enceinte… ça nous a pas empêché de batifoler comme des ados inconscients et le résultat le voilà : le trait de résultat apparaît avant le trait de test et il n’est pas rose pâle mais plutôt genre bordeaux, quoi… Comme mon mec et moi on est des grands tragediens ascendants angoissés, avant de nous rejouir, on se fait la gueule et on stresse pendant 8 jours…. 3 mômes pour lui, une pour moi, un en commun…mais comment on va faire??? Et puis… on est plus tout jeunes…Deux jours avant la première écho, je trouve un petit mot adorable sur mon oreiller : je serai très heureux d’avoir un deuxième enfant avec toi… portés par l’enthousiasme, il insiste pour annoncer la nouvelle à toute la famille au cours du déjeuner dominical hebdomadaire. Famille qui nous déclare définitivement irrécupérables! Non parce que notre fils, on l’a eu pile 9 mois apres notre rencontre tu vois…Je suis heureuse…et triste en même temps. Un étrange sentiment. Je me sens remplie…et vide. L’echographe est une de ces femmes froide et hautaine. En 15 secondes, elle nous assène qu’il y en a deux et que…. oh…c’est bizarre….ya un truc pas net… je dois « revenir ». Dans 10 jours.


    5 internes et 5 trifouillages intimes plus tard, on apprend successivement que c’est bizarre, puis que la grossesse est plus neuve qu’on croyait, puis qu’il y en a qu’un, ah non deux, qu’il faut appeler le chef. Et finalement on me demande de choisir la tout de suite si je préfère les médocs ou le curetage. Et que sinon c’est con c’était prévu pour le 4 janvier. Merci bien. Je prie pour que la nature fasse son boulot mais non.
    Curetage sous AG , donc.

    Avril 2015. La docteure me fait entrer et me sort direct : »Naaaann….vous êtes ENCORE enceinte?!? »
    Re-test-homme qui fait la gueule-angoisses-mais pourquoi on est si inconscients-2ème trait méga foncé – mot sur l’oreiller.
    Sauf que cette fois le malaise est plus profond. La fausse couche pas digérée. Ni pour lui, et encore moins pour moi. Et en plus cette fois je connais exactement la date ou jai ovulé et je realise que … « cest » prevu pour… le 4 janvier…On finit chez une conseillère conjugale qui arrive au bout de mresque 4 heures à crever nos carapaces. Elle nous tend les kleenex et nous demande si ça nous aiderait de voir à l’écran que tout va bien.
    5 minutes plus tard je n’ose y croire…sur la télé noir et blanc à côté de moi, ya un haricot avec un coeur qui clignote!! L’homme et moi, on ressort avec la banane.
    J’ai tellement stressé pendant la grossesse qu’il arrive quelque chose que le bébé n’a pas voulu sortir ni le 4 janvier, ni avant. Mais le 7, c’est une merveilleuse petite fille qui a vu le jour.
    Et aujourd’hui. …..j’ai un stérilet :)))

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s