Le fil à la patte

Capture d’écran 2017-02-16 à 10.52.30.png

Deux semaines, ça fait deux semaines que je n’ai pas ramassé un doudou ni reniflé un petit cou… 2 semaines que je suis une mère au chômage technique, sans lacet à nouer ni cagoule à enfiler. Et chaque jour qui passe me rappelle à quel point sans eux, la vie est moins jolie. Passée l’euphorie des premiers jours à deux, de la liberté retrouvée et des contraintes envolées, le vide s’est installé petit à petit, grignotant mon ventre de l’intérieur, comptant les jours, comptant les heures.

J’ai été une mère sans ses enfants, mais qui reste malgré tout une maman. Je me suis surprise à sourire niaisement devant tous les mômes que je croisais, cherchant les ressemblances qu’il pourrait y avoir avec les miens. Je me suis vue me retourner sur un Maman entendu ici ou là, alors que je savais pertinemment que pour une fois, il n’était pas pour moi.

Je reste convaincue que c’est une bonne chose de se séparer de temps en temps, leur laissant ainsi la possibilité de se construire des souvenirs auprès des grands-parents. Moi aussi j’y trouve mon compte évidemment. Que je les ai appréciés tous ces cafés seule, dans le calme de ma cuisine, que j’ai aimé voir ce bac à linge qui ne se remplissait plus à la vitesse de la lumière, que je les ai aimées, ses soirées, à deux ou avec les amis, sans se soucier de l’heure du dernier métro pour la baby-sitter. Oui vraiment, j’ai apprécié chaque instant, mais maintenant il est temps pour moi de retrouver mes enfants.

Dans quelques heures je vais enfin les voir, les toucher, les respirer et enfin, la sensation de manque va pouvoir s’apaiser. Ils sont mon fil à la patte, celui qui me lie à vie à celle de mes petits. Des retrouvailles qui ne manqueront pas de me rappeler le bonheur inégalable que celui d’avoir la chance de connaitre un jour la maternité.

 

22 commentaires sur “Le fil à la patte

  1. J’attendais ton article… Comme c’est dur sans eux ! Je me suis mis dans la même situation, les filles envoyées pour la 1ere fois en colo de ski avec l’UCPA (elles adorent au passage) et le petit dernier chez mamie à Paris (pas l’idéal, la campagne aurait été mieux pour lui). Résultat, j’ai ressenti le manque des le début, je me sens sans énergie et j’ai une boule au ventre. Comme tu dis, un vrai fil à la patte ! Une vraie drogue… Bonnes retrouvailles !

    Aimé par 1 personne

  2. Tout le paradoxe parental! Avec eux, on se dit « je n’en peux plus je voudrais du temps seule », et quelques heures à peine sans eux, qu’ils commencent à nous manquer…comme tu dis, même seules on reste mamans, avec des réflexes de maman, où qu’on aille! Profites bien de ces retrouvailles, fais le plein de câlins! Avec toute cette énergie récupérée de tes vacances, de tout ce soleil que tu as eu, et le bonheur de les retrouver, tu vas être au top!

    J'aime

  3. Je rêve ou tu ne parles même pas des nuits sans réveils nocturnes ni matinaux que tu as apprécié ? Même si je ne suis pas encore capable de partir sans les miens je rêve en ce moment d’une nuit de 7 heures d’affilées… Hâte de lire vos retrouvailles

    J'aime

  4. Ah, c’est tout à fait ça…. J’ai parfois pesté de ne pas avoir 5 minutes à moi et quand j’ai pu avoir un jour non pas 5, non pas 10 minutes mais une heure complète ! … je ne savais plus quoi faire ! Et j’ai bien perdu 15 min à tourner en rond… 😉
    Bonnes retrouvailles !!!

    J'aime

  5. c’est toute l’ambivalence de la maternité… et de la paternité car je n’arrive toujours pas à détacher mon mari de sa petite file chérie et à le convaincre de partir en tête à tête ! les papa poules, ça peut être pénible parfois !

    J'aime

  6. Tu sais quoi? J’ai pris ma journée aujourd’hui. Et je kiffe: j’ai dormi jusque 9h30, personne ne met son doigt dans mon café que je prend au salon, j’ai un masque aux pieds et sur le visage… mais je kiffe aussi parce que je sais que c’est court. Bonnes retrouvailles 😘

    Aimé par 1 personne

  7. Moi quand ils ne sont pas là, j’entends des voix, je marche doucement dans la maison pour ne pas les réveiller par habitude! Ils ne sont encore jamais partis sans moi mais déjà quand doudoumagique est en sortie au centre je m’imagine le pire alors au bout d’ une semaine on me retrouve avec un ulcère perforé!

    J'aime

  8. Belles et douces retrouvailles! Le moment où les petits courent dans nos bras pour nous retrouver – serrer est toujours pour moi hyper émouvant : ouf, ils ne m’ont pas oubliée!

    J'aime

  9. Les deux grands sont partis hier pour une colo de ski, et je suis déjà en train de me demander ce qu’ils sont en train de faire… il me reste la petite dernière à bisouiller

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s