Les jolis moments de février

Capture d’écran 2017-02-21 à 16.17.08.png

#1 – Une semaine de vacances à deux au bout du monde. Je ne reviens pas dessus, je vous ai assez spamé vos comptes instagram avec mes photos dégoulinantes de couchers de soleils, et de rhum coco. Cerise sur le mojito, j’ai réussi à prendre l’avion aller et retour sans aucune crise d’angoisse. Je me suis même permise de rassurer ma voisine de siège qui hyperventilait à chaque turbulence. Ma séance d’hypnose a donc fonctionnée. Je donne les coordonnées à toutes les phobiques qui le souhaitent en MP.

#2 – Écouter en boucle la BO de La La Land et sourire en imaginant le nombre de nouveaux inscrits aux cours de claquettes l’année prochaine.

#3 – Les retrouvailles avec mes minis après 2 longues semaines de séparation. Pouvoir les toucher, les voir, les respirer, les écouter … c’est indescriptible comme sensation.

#4 – S’émouvoir devant numéro 3 qui protège sa soeur jumelle tout le temps, bruyamment, fortement, inconditionnellement. Clairement, alors que l’empathie n’est pas sa qualité premiere, il ressent pourtant pleinement chacune des émotions que sa soeur traverse de façon très marquée. Il s’inquiète quand elle pleure, et parfois pleure lui-même si on n’intervient pas très vite, il met des baffes à ceux qui l’embête (#educationnonviolente), ne supporte pas qu’elle soit punie. Hier soir par exemple, Chucky au moment d’aller se coucher vide consciencieusement et intégralement la boite du puzzle en me regardant bien dans les yeux (mode vas-y accroche toi, si tu crois que je vais ranger tu te grattes). 3 fois je lui ai demandé de ranger, en vain, avec la gamine qui te toise bras croisés pour savoir jusqu’où elle peut pousser le bouchon Maurice, agaçant. C’est quand la pression est montée d’un cran dans cette chambre que mon petit numero 3 s’est jeté sur le sol pour ramasser toutes les pièces avant que sa soeur ne se fasse gronder.

#5 – Avoir abusé des soirées ciné, resto, apéro et diner entre copains pendant mes 2 semaines de chômage maternel avec la sensation agréable d’économiser chaque soir 40 euros de baby-sitter. Et malgré mes couchers tardifs et alcoolisés, j’étais bien plus fraiche au réveil que lorsque que j’ai les nains à gérer. CQFD

#6 – Admirer (toujours plus) la force de caractère de Numéro 2 au sports d’hiver qui a décidé de passer indéfiniment son flocon. Elle l’a chaque année avec succès, mais passer au niveau supérieur, soit la première étoile, c’est non, pas envie, n’insiste pas. Ça commence à nous coûter cher cette histoire là, mais au moins elle maitrise le chasse-neige comme personne.

#7 – Admirer (toujours plus) la coolitude de l’ainé sur les devoirs. Sur les 3 livres à lire pendant les vacances, il a lu les 20 pages du premier en trouvant qu’il avait vachement bien bossé, et c’est comme ça qu’on s’est cogné 198 pages de littérature niveau CM1 et 3 fiches de lectures au forceps le dimanche soir avant la reprise. Classique.

#8 – Avoir découvert le pouvoir du ravioli en boite. C’est leur nouveau plat préféré du moment, et c’est important de faire plaisir à ses enfants hein. Donc c’est ravioli le lundi, le mardi et parfois le mercredi, 1 minute au micro-ondes et roule ma poule. C’est ni bio, ni responsable, ni même bon d’ailleurs, mais au moins, pendant que je ne suis pas dans la cuisine, j’investis la salle de bain pour me laver les cheveux. Parce que c’est important aussi l’hygiène du cheveu.

#9 – Descendre la poussette double à la cave, sans pleurer.

#10 – Briefer un peu plus tôt que prévu ma fille de 6 ans sur les spécificités du cycle féminin. La môme déboule dans la cuisine un soir, alors que je préparais amoureusement des raviolis en boite, et me colle sous le nez ma cup menstruelle. Maman, c’est quoi ça ???? On a posé les bases, expliqué 2 ou 3 trucs, et la gamine a eu l’air de tout bien comprendre, jusqu’à ce qu’elle me demande si elle pourrait s’occuper du nouveau bébé qui arrivera le mois prochain. J’ai tellement voulu lui vendre le truc cool, du genre c’est geniaaaal d’avoir ses règles, ça veut dire qu’on peut ensuite faire des bébés, qu’elle en a déduit qu’à chaque cycle, on se retrouvait avec un polichinelle dans le tiroir. Ça nous a pris 30 minutes de plus cette histoire là. Depuis, je fais attention à bien ranger mes affaires.

25 commentaires sur “Les jolis moments de février

  1. Ah ah! J’aime te lire. Tu me fais trop rire! Je n’ai pas toujours le temps de commenter (là je profite d’être en vacances pour parcourir mes blogs préférés) mais j’ai suivi tes aventures au bout du monde et tu m’as fait rêver avec tes couchers de soleil sur l’océan indien. Gros bisous et bonne reprise!

    J'aime

  2. Ah pardon mais la dernière anecdote est géniale ! Je suis forcément d’accord avec la façon dont tu as expliqué la chose, car au vu de mon histoire personnelle, je sais qu’avoir ses règles c’est précieux en effet … Mais bon, le coup du bébé à chaque cycle, c’est terrible lol !
    Bises.

    J'aime

  3. #9 : opération du papa sans avoir versé une larme mais en sentant mon ventre se serrer là, tout de suite en t’écrivant #cestsérieux#ilnyaurapasdecinquieme et par ricochet #10 : explication aux enfants qui avaient l’air de mieux comprendre que nous 😍

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s