Travailler à temps partiel : le bilan

Capture d’écran 2017-05-05 à 10.43.18.png

Quand j’ai évoqué le temps partiel pour la première fois sur le blog (ici), je parlais alors de reprendre mon souffle, de retrouver un équilibre. La vérité les amies, c’est que j’étais à l’époque au bord du gouffre et que chaque matin, je n’étais pas sûre du tout de pouvoir tenir ce rythme un jour de plus. Le point de rupture était proche, il fallait agir avant que le burn-out ne me terrasse. Ce mercredi desormais à la maison a sauvé ma vie professionnelle, j’en suis convaincue. Il a sauvé ma vie pro, et il fait de moi une meilleure mère. Rien que ça, et ouais.

Attention ne vous méprenez pas, quand je dis que je suis devenue une « meilleure » mère depuis mon temps partiel, ça n’est pas parce que je passe plus de temps avec mes enfants (je suis persuadée qu’on est une très bonne mère en bossant à temps complet ). Je dis « meilleure » car plus heureuse. Je me sens enfin à ma place, où que je sois,  et ça, ça fait un bien fou. Je me sens tout aussi légitime assise à cette table de réunion que devant la pâte feuilletée de la tarte au pommes que je prépare le mercredi. Légitime quand j’arrive la première au bureau mais aussi quand je fais la sieste avec les petits.  Et tout ça messieurs dames, sans aucune culpabilité. C’était ça qu’il me fallait, je m’en rends compte maintenant. Avant, je culpabilisais de faire subir des journées de collectivité de plus de 10 heures à mes enfants, maintenant, je me dis que je me rattrape le mercredi. De la même façon, quand les mômes sont pénibles ce jour-là ( et ça arrive souvent), je suis plus sereine, plus patiente, car je sais que demain, je retrouverai mon bureau.

Vous l’avez compris, le temps partiel peut-être la solution lorsque le craquage de slip est proche, mais attention, c’est une décision qui ne se prend pas à la légère. Accepter de perdre 20 % de son salaire n’est pas anodin, accepter de mettre de coté son évolution de carrière également. Voici selon moi les conditions d’un temps partiel serein :

  • Evidemment, et en premier lieu, que la perte de salaire ne mette pas la famille en difficulté.
  • Que la charge de travail soit compatible avec le temps partiel. Soyons honnête, travailler à 80 %, c’est continuer de faire 100 % du job, mais sur 4 jours. Il faut s’assurer que cela soit possible, sinon le risque de noyade est réel.
  • Etre entourée d’une équipe formidable, qui accepte votre absence un jour par semaine et qui donnera un coup de main de temps en temps les jours où vous n’êtes pas là.
  • Anticiper. Justement pour que vos copines d’open-space ne patissent pas de votre temps partiel. Essayer de prendre de l’avance et d’anticiper les tâches qui pourraient tomber ce jour-là.
  • L’organisation. Je ne développe pas le truc, une mère qui bosse tout en élevant un ou plusieurs mômes connait de toute façon très bien le concept.
  • Enfin, faire de ce jour off un VRAI jour off. Il sert à passer du temps avec ses enfants et à en prendre un peu pour soi, pas à faire la navette entre la danse de la grande, le judo du petit ou l’atelier créations toutes moches mais y’a de l’idée du dernier. De la même façon, je n’utilise pas ce mercredi pour faire les courses ou les lessives en retard. Les tâches ménagères, je les fais comme tous les autres jours, le matin tôt, et le soir tard. Mais la journée de mercredi reste sacrée. La seule différence est que ce jour-là, je fais diner les enfants plus tôt pour pouvoir avoir une soirée d’adultes plus longue (#eyeswideshut)

Et vous lectrices, ça m’intéresse beaucoup de savoir comment ça se passe chez vous ?Vous avez choisi le temps partiel ? vous n’avez rien choisi du tout ? Vous faites quoi les mercredis ?

74 commentaires sur “Travailler à temps partiel : le bilan

  1. On en a déjà parlé mais j’y pense sérieusement de plus en plus…
    Pas forcément pour garder les bébés toute la journée mais pour leur permettre de faire une plus petite journée et moi de faire les courses, le ménage et de courir un peu moins ce jour là. Mais pas certaine de pouvoir franchir le cap, ni que ce serait accepté sur mon poste (même si c’est de droit avant leur 3 ans je sais…)

    J'aime

      1. J’ai un 1er entretien le 23 mai avec mon chef. mon pb étant que je ne suis pas encore vraiment certaine de vouloir rester… Dilemme…

        J'aime

    1. Et oui, très souvent, tout ça n’est pas vraiment une question de choix malheureusement. Les frais de garde sont tellement chers. Heureusement, l’école publique dès 3 ans permet aux mamans qui le souhaitent de retrouver ensuite le chemin du travail, mais là encore, le chemin n’est pas forcement facile quand on a mis sa carrière sur pause quelques années. En tant qu’aide soignante, tu retrouveras facilement j’imagine, quand il sera temps, mais tu as de beaux moins de pouponnage encore devant toi 😉

      Aimé par 1 personne

  2. Le temps partiel me fait bien envie aussi. La contrainte financière que ça implique me freine pas mal…Mais j’attends aussi d’avoir enfin un CDI pour demander ce 80% (la logique est que je souhaiterai être en CDI à 100% ^puis demander à réduire mon temps de travail, ce qui fait que je pourrais revenir en arrière / et non pas en CDI directement à 80% ce qui fait que j’aurais du mal à obtenir un 100% quand je le souhaiterai).
    Comme normalement je devrais l’avoir cet été, je me dis que ce serait peut-être bien un 80% à la rentrée. ou même un 90% vu que les enfants ont école le mercredi matin. A suivre donc

    J'aime

  3. Tu prêches une convaincue, j’ai profité du congé parental pour prendre mes mercredis et j’adore! commencer ta semaine en te disant que tu as deux jours de boulots, puis pareil en fin de semaine, déjà, c’est top. Et puis comme ça tu t’épanouis au bureau comme avec tes gosses. En revanche, moi je profite du mercredi matin pour les tâches ménagères – je laisse les filles à l’école/chez nounou le matin, je fais les courses, le ménage etc, et seulement l’aprem je le leur consacre entièrement. Comme ça, le week end aussi pas besoin de s’y coller à tout prix et on a un temps tous ensemble sans être trop parasités par les tâches à faire. Bref, moi aussi c’est l’organisation qui me convient. C’est une contrainte financière, et aussi pour les congés, mais j’y gagne beaucoup en qualité de vie par ailleurs…et une partie aussi en impots ou frais de garde en moins, ça ne compense pas, mais ce n’est pas qu’à fonds perdus.

    Aimé par 1 personne

  4. Je suis à temps plein 41 heures semaines mais en contre partie j’ai les vacances scolaires… j’ai mon mercredi APM. C’est un rythme à prendre après entre nous on n’a pas le même nombre d’enfant, remarque en faite ca dépend si mon mari compte ou pas {Non je plaisante}. Deux à temps plein c’est faisable…

    J'aime

  5. C’est tellement difficile de trouver son rythme de croisière. .. tu sembles voyager plus sereinement… j’en suis ravie 😙.
    Moi, je suis tjs en train de chercher le mien. Partagée entre l’envie de tjr accepter (tu sais de quoi je parle) et la fatigue morale… Parfois, je me dis que je travaillerais bien 4 semaines intensivement pour m’octroyer une semaine de congé. Suis en réflexion.
    Et le mercredi, je te lis 😀

    J'aime

  6. Je suis passée à 80% depuis novembre et… heureusement !!!comme mon fils ne rentre à l’école qu’en septembre prochain, mon jour off, c’est le vendredi… alors oui ça fait des semaines toutes petites, avec une charge de travail qui reste à 100 % mais… les week-end de 3 jours c’est juste le rêve !!!

    Bon c’est quand même le jour où on programme toutes les livraisons, entretien de la chaudière, visites médicales de suivi et autre… mais j’apprécie cette journée collée à mes petits, et ça me déculpabilise un peu du rythme qu’on leur fait subir la semaine…

    Et puis moi ça me fais un jour sans prendre les transports en commun… !!! Donc moins de fatigue aussi.

    J'aime

  7. Bonjour
    Moi – même maman de 4 enfants dont 2 jumeaux (en 2 et 3), le temps partiel (80%) m a sauvé mais j’ai opté our une version encore plus « cool » : une demi-journée avec les enfants et une demi-journée POUR MOI.
    Aujourd’hui la dernière a 6 ans et je crois que je vais bientôt pouvoir reprendre un temps plein car après près de 10 ans à temps partiel, je me sens maintenant prête à me réinvestir professionnellement pour faire évoluer ma 2e vie (pro) et concilier l’idéal (pour moi): une famille et une carrière !

    J'aime

    1. Moi j’aurais ma matinée pour moi à partir de la rentrée prochaine, quand les 4 seront à l’école. Ce sera tellement bon :). J’imagine que repasser à 100 % va demander de nouveaux ajustements, et un nouvel équilibre à trouver. Tu me donneras des nouvelles quand tu l’auras trouver !
      A bientôt

      J'aime

  8. J’ai été à 80% dès la naissance de ma prem’s, et c’était un bon équilibre vi pro / vie perso d’autant plus que je faisais pas mal de déplacement à l’époque.
    Aujourd’hui je suis à 90% avec mes mercredi après-midi, les enfants étant à l’école le mercredi matin. C’est un peu plus compatible avec mon nouveau poste à responsabilités, et ça ajoute aussi un peu de beurre dans les épinards 🙂

    Aimé par 1 personne

  9. Pour l’instant pas de temps partiel. En cas de retour en France + pma pour le second je m’arrêtais sûrement de travailler au moins pendant l’installation, réadapter le petit etc…
    J’ai peur de m’ennuyer cependant donc je n’exclus pas de faire de l’intérim, ou un temps partiel. On verra

    J'aime

  10. Actuellement, je suis à la maison à plein temps, c’est pour l’instant un vrai choix de ma part (suite à un burn-out que je n’ai, moi, pas réussi à éviter !)… mais, mon rêve serait un boulot à temps partiel, à mi-temps dans l’idéal, pour pouvoir profiter des Enfants mais aussi de temps off pour moi ! Mais autant dire que trouver du temps partiel en France c’est un peu le parcours du combattant !
    Tant mieux si tu trouves ton équilibre dans cette organisation et si tu arrives à t’épanouir dans ta vie pro et ta vie perso ! Ce n’est pas donné à tout le monde !

    Virginie

    J'aime

  11. Moi je suis à la maison à temps plein. Au niveau organisation cela nous convient bien. Moi je l’ai fait le burn-out au travail et c’était avant même d’avoir ma Miss E. Je n’imagine pas reprendre le travail à temps plein, j’aimerai trouver un temps partiel, mais c’est une chose très rare et compliqué à trouver.
    Le plus important c’est de se sentir bien et de trouver son rythme et son équilibre. Chacun le sien !

    Aimé par 1 personne

    1. L’Idéal, ce serait que toutes les mères arrivent à trouver cet équilibre par choix, plus que par nécessité. Il est tellement difficile de trouver un job pas trop loin de la maison, avec des horaires compatibles avec une vie de famille ou encore avec un salaire suffisant pour que celui-ci ne soit pas complètement dédié aux frais de garde … pas évident je trouve, de le trouver cet équilibre-là.

      J'aime

  12. Pour ma part j’ai opté pour un 80% le vendredi qui deviendra mercredi à partir de la rentrée. Ce jour me permet de ralentir le rythme et de profiter de mes filles sereinement. Côté financier je ne suis pas certaine du tout que l’on perde beaucoup si on compte le coût de garde et les impôt en moins. C’est un calcul à faire au cas par cas je penses.

    J'aime

    1. Oui, c’est un calcul à faire. Ici, avec les jumeaux, c’était 2 places en crèche en moins le mercredi, et jusqu’aux 3 ans des enfants, la CAF me versait une aide, donc le manque à gagner était finalement assez faible.

      J'aime

    1. L’employeur ne peut pas le refuser. Oui, je sais, dans les faits, il peut aussi te demander de prendre ton carton et de dégager fissa. Moi, j’étais persuadée que le mien allait faire un AVC quand je l’ai demandé. Mais j’étais tellement au bout de ma vie (la demande la plus pathétique de l’histoire de la boite, j’ai pleuré du début à la fin de l’entretien, pauvre meuf que j’étais) que ça a du se sentir que c’était non négociable, puisque j’ai eu un OK immédiat 🙂

      Aimé par 1 personne

  13. Bonjour
    2 enfants de 2 et 3 ans et un temps plein de 40 heures pour moi, 5 semaines de congés, 1h30 de vélo par jour et 0 RTT …mais un mari PROF ( école, crêche, pédiatre, parc, courses, soupe, aspiro, réunions en tout genre, toutes les vacances scolaires included… priceless)

    J'aime

  14. MDR!! Je rêve d’un temps partiel aussi. Cela me permettrai de souffler et me retrouver. Mais pas de possibilité de 80% dans mon entreprise. Donc là c’est juste au secours sortez moi de là!!! J’en perds mon Latin et suis à la recherche d’une solution. J’ai pleuré mais la technique n’a pas marché. Zut alors…

    J'aime

    1. Prend le temps de réfléchir posément aux solutions qui s’offrent à toi, quitte à prolonger l’arrêt de travail le temps de retrouver la force de continuer. Ça n’est peut être qu’une période difficile (J’en ai connu beaucoup au bureau), et demain ça ira mieux. Mais si ça dure trop longtemps, tu risques de t’abimer psychologiquement. Bon courage !

      J'aime

  15. Ici, c’est du 60% (3j sur 5) et c’est juste parfait! Le mardi ac les petits et le mercredi petits et grands, ça permet aussi de pouvoir gérer les devoirs et de ne plus en avoir le soir (cette année en tout cas…). Mais je sais qu’à leur 3 ans, ça sera retour au temps plein oblige car dans mon service aucun temps partiel non obligatoire n’est accepté (juste ds mon service en plus ça me fou les boules….). Enfin, j’ai encore 2 ans pour négocier, j’aurai peut être tellement saoulé ma supérieure avec ma situation exceptionnelle (je suis la seule avec 4 enfants… qui plus est avec jumeaux) qu’elle acceptera par pitié… lol j’y crois!

    J'aime

  16. Lectrice de l’ombre je fais une apparition sur cet article qui me parle. Je travaille à la maison et j’ai mes mercredis après-midi par choix. Mes enfants grandissent et je ne voulais pas me retrouver à faire le taxi pour les activités alors avec une maman de l’école nous faisons 1 mercredi sur 2. Je m’octroie cette pause sans corvées et c’est fortement appréciable

    J'aime

    1. Bonne idee la collaboration entre mamans … effectivement, les activités sont souvent le mercredi et je pense que bientôt je n’aurais pas d’autres choix que de faire le taxi de temps en temps ! Merci d’avoir fait un commentaire ici, lectrice de l’ombre 😉

      J'aime

  17. Lorsque j’ai eu mon diplôme d’ingé, j’avais encore quelques doutes à la fin de mon stage, mais après plusieurs entretiens, j’ai directement changé de voie 😀
    Mon rêve n’était pas de devenir ingé mais Maman et j’ai rapidement compris que ça n’allait pas le faire du tout. Il était hors de question que je mette mon horloge bio encore plus en veilleuse.
    Alors certes, j’ai choisi un salaire divisé par 2 **voir par 3 par rapport à certaines de mes amies** mais je ne travaille pas le mercredi et j’ai toutes les vacances scolaires.
    Finalement j’ai gardé un rythme de travail d’Etudiante 😉 Je travaille normalement la journée puis je prépare et corrige dans la soirée/nuit **bon les nuits de moins en moins car j’ai dit stop !!!**.
    Mon métier à temps plein et mon rôle de Maman ont trouvé leur équilibre **pas de blague, ça n’a pas été drôle tous les jours** et contrairement à mes amies qui ont persisté dans cette voie **nous avions pas les mêmes projets de vie**, je n’ai AUCUN regret 😉

    Et ça fait un an que je refuse l’activité « foot » pour ne pas pourrir notre mercredi 😉
    Il y a l’ultra baby gym le matin, mais comme les autres sont à l’école, ça ne compte pas.

    J'aime

  18. Je ne travaillais pas les mercredis non plus… Mais faisais garder mes enfants quand même ! C’est ce qui m’a permis d’aller (presque) au bout de ma troisième grossesse sans être arrêtée. J’adorais ce jour pour moi où je pouvais faire la sieste et caler mes rdv (et les courses et les lessives…) Je pense que cette période est maintenant révolue. Nous verrons où nous en serons l’année prochaine ! En tout cas, c’est chouette d’avoir un retour aussi positif !

    J'aime

  19. J’ai l’énorme chance de travailler à 75% sur un modèle allemand (tous les jours jusque 14h30) et comme toi je trouve ça fabuleux – le seul point négatif de mon côté étant comme tu le rappelles la stagnation de carrière. Mais ça permet quand même de combiner un maximum les deux facettes de ma vie et j’en suis ravie.

    J'aime

  20. En effet ! En Allemagne les parents ont droit à 14 mois de congé parental après la naissance indemnisés à 60% du salaire initial (plafond à 1800€ non imposable ce qui fait quand même une très belle somme). Du coup un des deux parents s’arrête toujours minimum un an.

    J'aime

  21. J’ai commencé à travailler à temps partiel dès la naissance de mon ainé (80%) et suis passée à 70% suite à la naissance de mes 2è et 3è.
    Mes enfants sont petits (3 ans bientôt et 8 mois) et j’avoue que bosser et beaucoup gérer seule le quotidien (mon mari bosse beaucoup, rentre tard) c’est chaud. Je n’imagine même pas comment je ferais si j’étais à temps plein!
    J’ai repris le travail le mois dernier et je cherche encore la meilleure des organisations (mais…en existe-t-il une…).
    Je ne bosse pas le mercredi, que je consacre aux enfants (et à quelques tâches ménagères, je n’arrive pas à faire autrement) et je ne bosse pas un vendredi sur deux et ce jour là c’est rien que pour moi, sans enfant (et sans culpabilité, non mais).
    Par contre au boulot c’est pas évident, je ne suis pas compensée…

    J'aime

    1. Il faut plus d’un mois pour trouver son rythme de croisière …. et tes jumeaux sont encore tout petits. Dans quelque temps, tu devrais trouver l’organisation qui te convient c’est sur ! Le 70 % est une bonne option, mais effectivement, ça doit être difficile d’arriver à tout faire lors des semaines de 3 jours. Bon courage pour le retour au travail, c’est toujours une phase délicate chez moi 😉

      J'aime

  22. Moi aussi, je ne jure que par le 80% ! Et ça n’a pas empêché mon supérieur de me proposer une évolution de carrière !
    Je pense à passer à 90% mais uniquement pour partager un mercredi sur deux avec mon chéri tellement je trouve ça génial 😀 Mais bon, il n’est pas encore convaincu, c’est dommage !

    J'aime

  23. Je suis repassée à 100% en Janvier… j’ai goûté 3 mois au vendredi libéré et je pensais que tous les vendredi j’aurais envie de chialer ! Sauf que là avec la prise de poste et le volume que j’ai à traiter, prendre un 80% voudrait dire reporter la charge de boulot sur les 4 jours restant. Partir plus tard, bosser entre midi et deux…
    Ça se passait très mal dans mon ancien job. Aujourd’hui je suis épanouie, ca fait toute la différence et je suis une meilleure mère aussi. Aller bosser sans la boule au ventre, c’est quand même mieux pour être bien dans sa tête…
    Après, rien est figé. Peut être que je redemanderai un temps partiel si j’en ressent de nouveau le besoin

    J'aime

  24. Pour ma part, je suis repassée à 100% quand mes jumeaux (N°2 et N°3) ont eu 2 ans. Le mercredi était mon jour « off ». Et aujoud’hui je me repose le mercredi au travail….;-) J’ai un travail qui me permet de travailler à la maison, de partir plus tôt, d’arriver plus tard en cas de besoin. Certes le rythme est assez soutenu mais c’est notre équilibre. Et mon mari travaille aussi beaucoup…A la rentrée de septembre, les jumeaux rentrent à l’école, et mon ainé au CP. Je resterai à 100% et je ferai le point à la fin de l’année pour voir si tout le monde est OK pour continuer sur un 100%. Je précise que j’aime beaucoup aller travailler…Le 80%, je le vis comme un sacrifice, mais s’il le faut, je le (re-)ferai pour ma famille.

    J'aime

  25. ravie de te lire encore une fois avec un grand sourire amusée, je me reconnais tellement! Effectivement, mon mercredi après-midi se résume souvent à faire le chauffeur, la cuisinière et le bureau des réclamations, tout en sachant que les emails continuent d’arriver au bureau et que le jeudi je vais devoir bosser plus longtemps pour rattraper tout ca et éviter de perdre les pedales… mais pour rien au monde je ne voudrais renoncer à mon déjeuner avec mes trois poussins en sortant de l’école, nos petits moments de pur bonheur qui compensent pour tout le reste et même nos blagues à 2 balles sur le chemin du karaté! Pour moi c’est clair, mon temps partiel c’est 10% de salaire en moins, 5% de boulot en moins seulement (et encore) mais 50% d’équilibre en plus et autant pour les enfants. Je recommande!

    Aimé par 1 personne

  26. Ici c’est 60% pour moi, et plutot …150% pour lui !!
    J’ai conscience qu’on a bcp de chance… lui un boulot tres tres prenant (mais qu’il aime bcp) alors la gestion du quotidien c’est moi à 95 % (tout en fait sauf emmener les 3 grands à l’école le matin!)
    Donc j’ai mes mercredi avec les 4 et mes vendredis avec juste mon mini.
    A plein temps jusqu’aux 6 mois de numero 2, un déménagement et donc changement de boulot m’ont fait réfléchir à ce que je voulais vraiment: ne pas trop déléguer dans l’éducation de mes enfants…ce qui passe aussi par être moins speed, et donc plus dispo…et j’ai pu le faire pcq j’ai trouvé ce job à 60 %.

    Je ne regrette pas mon choix une seconde même si j’y vois quand même 2 inconvénients:
    – un job intellectuellement moins intéressant car pas possible pour moi de suivre vraiment mes dossiers en étant présente « seulement » 3 jours
    -la nette impression que lui est assez déconnecté de ce que représente au quotidien la gestion de 4 bambins (et accessoirement quand même, un boulot 3 j par semaine)

    Bref pas de recette miracle mais quand on me demande mon avis je n’hésite jamais de conseiller à celles qui peuvent le faire, de sauter le pas du congé parental!!!

    Aimé par 1 personne

    1. Et dans ton cas, impossible de faire autrement avec un conjoint qui ne gère que 5 % du quotidien 😉. Mais tu as réussi à trouver l’équilibre qui te convient, c’est important. Je gère aussi beaucoup seule, et j’avoue que parfois ça m’agace un peu. Mais je savoure ma chance d’avoir pu prendre ce temps partiel, qui me permet moi aussi d’être moins speed. Les enfants le ressentent aussi, mission accomplie !

      J'aime

  27. Monsieur travaille à 150 %, le jour, la nuit, et moi à 60% donc (ce qui représente 30 heures par semaine tout de même, le temps plein étant de 48 heures 😬), et même avec ce temps partiel, c’est souvent vraiment difficile de tout gérer, il n’est pas rare que quelques larmes coulent le matin, dans la voiture, après avoir déposé mes quatre à la crèche et à l’école, et avant d’arriver au travail….

    Aimé par 1 personne

    1. Oh comme je compatis … tiens bon, tant que les quelques larmes du matin sont plus petites que les joies du quotidien, c’est que ca va bien. Je compte sur toi pour demander un peu d’aide quand parfois c’est trop. Gérer toute seule reste TRÈS difficile, même si on n’échangerait sa place pour rien au monde. Courage

      J'aime

  28. Je suis à temps partiel, mais c’est une journée pour MOI. Alors oui je fais un peu des trucs pour la maison, mais je m’autorise une expo, un dejeuner Avec amies ou mon amoureux et une petite sieste.
    Étant enseignante, j’ai mon mercredi après-midi et je le partage en deux, un peu pour moi et un peu pour ma fille où l’on fait une sortie sympa. Mon dieuxieme enfant arrive bientôt et je crois que je ferai pareil. Mon mari rentre tard, c’est moi qui m’occupe de ma fille tous les soirs de semaine toute seule alors je mérite bien ça! Attention je suis passée par beaucoup de culpabilité pour en arriver à cette conclusion 😉

    J'aime

  29. Après mes études, je n’ai pas commencé à travailler, je voulais des enfants jeune. D’un commun accord avec mon mari, j’ai élevé mes filles pendant huit ans. Puis le temps me semblait long pendant leurs heures d’écoles alors je suis devenue enseignante remplaçante 50% la première année, 80% la deuxième. Aujourd’hui j’ai passé mon concours et je suis enseignante à temps plein mais divorcée avec papa parti vivre à 500km. Ce n’est pas facile tout les jours de tout gérer et je rêve parfois d’un temps plus allégé mais financièrement ce n’est plus envisageable.

    Ce n’est pas simple de trouver son équilibre, c’est très bien que vous ayez trouvé le vôtre.

    J'aime

    1. Bravo pour ce joli parcours ! C’est évident qu’en cas de séparation, le temps partiel est rarement une option et j’imagine qu’après de bonnes journées entourée d’une trentaine d’élèves, la fatigue doit se faire sentir… merci de ce témoignage, au plaisir de vous relire bientôt !

      J'aime

  30. A la base, le temps partiel était une nécessité pour pouvoir avoir la nounou de nos rêves. A l’arrivée, indépendante qui attend parfois des news des clients des semaines entiere, je ne saurais trop dire à quel taux je travaille. J’ai juste remarqué que mon revenu a été divisé par trois depuis que je suis maman…
    C’est assumé : j’ai beaucoup de temps libre et le privilège de voir grandir mes enfants tous les jours. Mais une partie de moi trouve que ce revenu pique un peu…
    L’argent ne fait pas tout. J’aimerais cependant un jour avoir de nouveau la possibilité financière de m’acheter tout et rien juste pour le plaisir de dépenser, sans trop me soucier des prix…

    J'aime

  31. Salut. Je suis actuellement à plein temps, chose qui ne me convient pas du tout. Il n’est pas facile de gérer sa maison, sa famille et son travail. La fatigue est omniprésente, je compte bien passer à mi-temps très bientôt ! 🙂

    J'aime

  32. Heureuse de savoir que ça à transformé ton quotidien… Je suis repassée -faussement- à temps plein au 1er mai (3 ans de ma dernière). Faussement parce que je solde mes congés en posant des mercredis, et que mon congé mat devrait prendre la suite dans peu de semaines… Le 80%, je ne saurais plus comment faire sans! Du coup, tu n’es plus dans le cadre d’un congé parental, c’est ton contrat qui est à 80%? (Félicitations pour la négo, j’espère y arriver quand ce sera le moment!)

    J'aime

    1. L’avenant au contrat précise la date de début du temps partiel, mais sans limite de fin. Je compte rester à temps partiel jusqu’à ce que les jumeaux passent le bac 😂…. enfin, c’est ce que je me dis maintenant après avoir bosser 15 ans comme une zinzin … je veux maintenant profiter un peu 😉

      J'aime

  33. Quand ma 2e est née, j’ai voulu prendre un 80% mais ça a été refusé : c’était mi-temps (de droit) ou rien. Financièrement, impossible ; donc j’ai gardé un temps plein. Je n’ai travaillé qu’une année à temps partiel, en arrivant au Japon car je n’avais pas réussi à trouver un emploi à temps plein. Mais le Japon m’a sauvée : plus de maman-taxi pour les innombrables activités des enfants car ici ils se débrouillent tout seuls pour se déplacer et sans aucun risque : du coup, je suis beaucoup moins fatiguée et j’ai plus de temps pour moi, même avec un temps plein maintenant ! Faut dire que mes enfants sont grandes, ça aide aussi !

    J'aime

  34. J’ai eu la possibilité de tester le 80% pendant 2 mois et c’était top. J’ai vraiment récupéré de l’énergie et cet équilibre me convenait. Là, j’ai du reprendre à temps plein. D’abord financièrement c’est plus confortable et de toute façon c’était la condition à ma mobilité et je voulais à tout prix quitter le service dans lequel j’étais! Pour le moment ça va. Je termine à 15h30 le mercredi. Les filles trouve ça un peu moins chouette mais bon. On va voir comment ça tourne. Bilan dans quelques mois. En tous cas, je suis contente de voir que tu as trouvé ton équilibre! Gros bisous

    J'aime

  35. 4 enfants également et mi-temps pour l’instant. Je suis fan! Quel équilibre pour moi et du coup, pour ma famille!
    Le temps partiel devrait être accepté partout pour celles (ou ceux) qui le désirent. L’année prochaine je dois abandonner le mi-temps (mon dernier vient d’avoir 3 ans) mais je prends un 75%! 😉

    J'aime

  36. J’ai choisi le temps partiel dès l’entrée à l’école de la première, pour ne pas la mettre à la garderie le mercredi. Comme ça fait déjà 10 ans, on ne se rend plus compte de la perte de salaire. Et je ne me vois pas faire demi-tour…Les filles ont pris gout au fait de pouvoir se reposer, trainer un peu en pyjama ce jour là, et aux activités qui se succèdent le mercredi !
    Je ne vois plus comment je m’organiserai sans ce jour chômé…Qui me permet aussi de faire la sieste !

    Aimé par 1 personne

  37. Je prends du plaisir à vous lire… En ce qui me concerne j’ai 3 enfants de 8 ans, 6 ans et 10 mois. pour les 2 premiers j’ai une garde alternée, je les ai donc que quelques jours par semaines et un weekend sur 2. Je travaillais à 100% avant d’avoir la petite dernière. A présent, je suis à 80% et comme beaucoup d’entre vous c’est le mercredi mon « jour off ».. Même si c’est le jour le plus intense de la semaine ( lessive x 3, ménagex2 et taxi) j’adore cette journée avec mes enfants et ça me permet de dégager du temps pour mon 2ème fils qui a hérité de la place du milieu. Je suis ravie même si le jour où j’ai vu ma fiche de paie avec -20% je me suis dit  » aiiie ». Avec du recul, je me dis que je dépenserais plus ou moins une journée de salaire si je demandais à quelqu’un de le faire à ma place alors je ne regrette pas. je profite et je savoure mes moments avec mes 3 pépites..

    J'aime

  38. pour moi, c’est difficile maman de quatre enfants de 16 a 4 ans mon entreprise refuse mon 28h jour off le mercredi….
    je suis en cdi en centre d’appel est rien a faire avec ma responsable..
    Entre boulot et enfants c’est la course, la garderie le mercredi me coute cher pour deux enfants…
    et quel stress de laisser mes deux autres a la maison..
    je suis démotivé et j’aimerai avoir la solution pour que le mercredi me soit accepté…
    je rêve de profiter des enfants le mercredi

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s