Famille nombreuse : les petits sacrifices

Capture d_écran 2017-09-12 à 14.11.42

Je suis la première à vanter les mérites de la grande famille et à m’extasier devant les liens particuliers qui unissent mes petits. La famille nombreuse, je la savoure comme un bonbon. C’est délicieux, mais il arrive parfois que ça pique un peu.Quand j’ai appris que nous passerions de 2 enfants à 4, j’ai surtout pensé aux grosses problématiques, comme celles liées au logement, à la voiture assez grande ou aux agendas façon Tetris qu’il faudrait superposer. Mais je n’avais pas en tête tous les petits sacrifices du quotidien, tous ces petits moments où je me dis que tout serait tellement plus simple, si je n’en avais qu’un.

Si je n’avais qu’un seul enfant,

Je pourrais l’écouter raconter sa journée d’école sans être obligée de l’interrompre 5 fois à cause du petit qui veut absolument raconter un truc aussi. Un truc mieux, un truc urgent, un truc plus grand, enfin un truc qui mérite absolument d’être dit MAINTENANT. Je pourrais entrer un peu dans le détail de sa journée, lui poser des questions, puis répondre au siennes autrement que par un simple oui ou un rapide non.

Je ne serais pas obligée de compter le nombre de  gnocchis dans chaque assiette pour être certaine d’arriver à une égalité parfaite (true story, chacun a l’impression d’en avoir moins que l’autre, en mode parano du gnocchi … enfin tant que je ne dois pas compter les coquillettes, je gère).

Je ne dirais pas « laisse ta soeur tranquille » en boucle, inlassablement, invariablement, toutes les 20 minutes. Je ne réglerais aucun conflit, je n’entendrais plus de cris.

Je l’emmènerais chez le pédiatre AVANT que la rhino ne se transforme en bronchiolite. Peut-être même qu’on ferait la visite des 2 ans, puis celle des 3 ans, il parait que c’est important.

On partirait en week-end sur un coup de tête, on louerait une cabane dans les arbres ou une maisonnette près de la plage, comme ça, au dernier moment. On mettrait 3 slips dans un sac et roule ma poule on se casse à la mer …

Je discuterais 5 minutes avec mes copines maman à la sortie de l’école, j’aurais un peu de temps, et on s’amuserait à plaindre cette pauvre Valérie, elle doit tellement galérer, elle, avec ses 4 enfants …

J’attendrais chaque mercredi avec plaisir. Je planifierais des sorties ciné ou musée, et on irait prendre le goûter au café d’en bas, celui qui est trop sympa.

Je lirais une histoire le soir en entier, sans être dérangée toutes les 2 minutes pour une histoire de doudou perdu ou de veilleuse allumée.

J’aurais attendu qu’il soit au collège pour le laisser rentrer seul. C’est plus rassurant, et c’est vrai qu’il est encore un peu tête en l’air à tout juste 10 ans.

Il ferait du baby-tennis, de la baby-gym, de la baby-pétanque, et tout un tas d’autres trucs où je pourrais l’encourager et le voir progresser. Je l’accompagnerais aux matchs et aux galas de fin d’année, peut-être même que je consacrerais mes mercredis à ses activités.

Je zapperais les courses de temps en temps, et quand le frigo serait vide, on se ferait livrer le diner, tout simplement.

Je mettrais mon réveil une heure plus tard chaque matin. Un seul petit-dej à préparer, ça va pas nous prendre la matinée.

Je pourrais oublier de lancer la machine à laver de temps en temps sans flipper du retard accumulé.

Et oui, toutes ces choses, je ne peux plus les faire…. Avoir plusieurs enfants, c’est jongler  avec le temps, c’est anticiper beaucoup, c’est négocier tout le temps. Avoir plusieurs enfants, c’est ne pas pouvoir trop se laisser déborder, c’est devoir passer sa vie à l’organiser…

Et pourtant, si je n’avais qu’un seul enfant, je crois que je passerais mon temps, à rêver des suivants …

77 commentaires sur “Famille nombreuse : les petits sacrifices

  1. Alors ne le dis à personne **juste entre toi et moi** en ce moment ils sont malades, je suis en retard dans mes lessives, je n’en veux pas un de plus et pourtant qu’est-ce que je peux en rêver de ce petit suivant ♡♡♡

    J'aime

      1. Non absolument pas 😉
        Contrairement au n°4 qui était devenu une nécessité vitale. Un de plus ne fait absolument pas parti de nos plans.
        Lorsque je suis en stress de contraception il m’arrive d’y penser mais ça s’arrête là 😀 c’est bien aussi de juste rêver ; zéro contrainte :p

        Aimé par 1 personne

  2. Bonjour,
    Je lis votre blog depuis longtemps mais je n’ai jamais commentée.
    Vous avez ce que je n’aurai jamais et que j’aurai tant voulu, une famille nombreuse. J’ai une petite fille et la nature a décidée que c’était suffisant.
    J’aime beaucoup votre façon d’écrire, votre humour et surtout votre façon d’accepter de ne pas être une mère parfaite. Je rigole souvent, je suis parfois émue et touchée.
    Continuez encore vos récits qui me permettent de rêver (même si parfois je l’avoue vos récits me permettent de me rendre compte de vos galères d’organisation et du coup de ma « chance »!)

    J'aime

    1. Merci de ce premier commentaire ! Profitez de toutes les jolies choses qu’on peut faire avec un enfant unique. Le temps surtout que vous avez, pour approfondir le lien, de se nourrir de chaque geste, de fixer chaque moment. C’est peut être ça qui me manque le plus finalement. Je mélange un peu les souvenirs et ne me rappelle plus vraiment des premiers pas de chacun, c’est pas bien grave, mais j’aurais aimé ça, avoir plus de temps…

      J'aime

  3. Je n’en ai « que » 2 et pense parfois à la manière dont ça se passerait avec un seul. Ca donne envie parfois, ça semble plus simple, moins fatigant (je me projette avec celui qui dort le plus évidement), mais tellement moins « familial »…

    J'aime

  4. Merci pour cette justesse…tu décris ma famille (3 frères et sœur), j’en avais brièvement parlé dans « maman comment as-tu fait », c’est très émouvant pour moi de te lire…je sais au combien tu galères, mais je sais aussi que la famille nombreuse est d’une richesse…comment imaginer ma vie sans chacun de mes frères et sœur…nous avons tous ensuite façonnés nos parents, leur avons apporté qqch, un bout de personnalité, des passions…et puis je suis sûre que tu es une maman qui déchire…ps: tu m’as trop fait rire notamment avec le Baby-pétanque !!

    J'aime

      1. Vu le modèle de ma fille, déjà que je me demande si on est pas un peu taré de retenter l’expérience alors d’avantage, je tiens pas non plus à terminer en HP ou ne plus pouvoir assumer les valeurs que je souhaite transmettre à mes enfants !
        Bon, après, j’ai aussi un mari a gérer 😂
        Néanmoins, je te tire mon chapeau !

        Aimé par 1 personne

  5. Ton article me donnerait presque envie de rester à un enfant… C’est vrai que j’ai l’impression de vraiment profiter de ma fille et de ne (presque) rien rater de son évolution. Nous sommes très complices et nous prenons le temps de faire plein de choses. Mon mari et moi avons du temps pour nous aussi, ce qui est très important. Cela fait maintenant plus d’un an que l’envie de bébé 2 est là et après ma fausse-couche je me suis vraiment demandée si on allait reprendre les essais… Affaire à suivre…

    J'aime

  6. J’ai envie de l’imprimer pour montrer à mon petit mari quelques exemples de ce qui parfois occupe mes pensées jusqu’à la nuit tombée et ma gestion du temps au quotidien. Là je suis en train de stresser pour les stages de vacances de Noël vu que je n’ai plus assez de jours de congés. Et de fait… les chamailleries et petites disputes auxquelles il échappe tous les jours en rentrant à 20h30. Hier justement il était plus tôt et il m’a dit: je comprends pourquoi tu es fatiguée tous les soirs. Je souris vraiment… car tous tes exemples sont le descriptif d’un bon échantillon de mon quotidien avec les 4 mousquetaires. C’est drôle comme le nombre d’enfants équivalent donne l’impression d’avoir des vies un peu similaires. Entre la lessive et vider le lave-vaisselle je choisis la 2ème option pour pouvoir cuisiner. Ponctué de mamaaaaan ‘s pour en perdre mon latin et devoir vider une machaine à minuit. Oui certains jours c’est vraiment fatiguant. Autre exemple aujourd’hui : dès que j’ai quitté le bureau à 14h30 j’ai pensé à me dépêcher pour avoir le temps de courir chercher du bois dans la cabane au fond du jardin avant qu’il ne fasse noir pour faire plaisir aux enfants avec un feu de bois dans la cheminée ce soir. J’ai sourit sur le trajet du retour en me disant si les gens savaient ce que j’ai en tête en quittant le bureau. Et que se passe-t-il dans la tête de tous ces gens que je croise?

    J'aime

  7. Et bien moi qui suis fille unique, je peux vous dire que les frères et sœurs sont les plus beaux cadeaux que les parents offrent à leur enfants ;-)) quand c’est possible bien sûr !!!

    J'aime

  8. Huhu j’adore! Les gnocchis, les vaccins en retard… 🙂

    Chez nous à table, on est obligés d’imposer des tours de paroles pour raconter sa journée sinon c’est juste l’enfer. Parfois je me dis « les pauvres, ils n’ont pas choisi d’être 3 et de devoir toujours partager! ». L’aînée notamment se plaint beaucoup de la fratrie. L’idéal serait de pouvoir leur consacrer régulièrement un moment en tête à tête mais on sait bien que rien n’est idéal dans les familles nombreuses (enfin on l’emmène au printemps à Rome elle toute seule pour ses 10 ans mais chuuut c’est une surprise ;)).

    Aimé par 1 personne

  9. C’est vrai que ce n’est pas reposant tous les jours et je culpabilise parfois de répondre très/trop vite à leurs questions (sur ce point là d’ailleurs je pense qu’on mérite largement la palme du « je fais dix choses en même temps »)…

    Mais la vraie question c’est « sont-ils moins heureux, moins épanouis qu’un enfant unique? »
    Si je fais un arrêt sur image pour les contempler 5 secondes j’ai ma réponse 😉

    Aimé par 1 personne

  10. C’était ce qui me faisait le plus peur dans la maternité, devoir me sacrifier. J’avais l’impression d’avoir vu mes parents se sacrifier pour nous pendant toute mon enfance, dans le douleur. Oui il y a quelques sacrifices, mais tout dépend de la manière dont on les accepte… Bon j’avoue que je râle beaucoup et mais au final, ces sacrifices nous font aussi grandir humainement je pense…

    J'aime

  11. C’est chouette de te lire. La famille de 4 ça reste mon grand idéal. Trois ce serait déjà génial 🙂
    Et en effet dès qu’on agrandit la famille on diminue la quantité de moments privilégiés avec chacun.
    Pour favoriser les moments de famille tous ensemble qui sont tout aussi chouettes.
    En tout cas je voulais te remercier de ton article concernant la façon dont tu as géré ta numéro 2 crisante. Depuis que je fais la même chose avec mon premier tout s’est apaisé chez moi. Ils se ressemblent je pense. Bises

    J'aime

  12. Très juste et si bien écrit !!!
    Mais les fratries c’est tellement de bonheur. Je suis sûre que le ressenti de tes enfants n’est pas le même. Nous adulte on court après le temps, eux enfants ils profitent tout simplement.
    Je t’admire avec ta jolie famille.

    J'aime

  13. J’avoue que je culpabilise déjà parfois d’avoir moins de temps/patience/disponibilité pour mon deuxième (ne rayé pas de mention inutile), d’autant plus que c’est un chouineur 😥. Et je me dis que nous sommes fous de vouloir rempiler … Et pourtant, je SAIS que nous ne sommes pas au complet, que je ne suis pas encore prête à renoncer à la grossesse et à l’accouchement 😅

    J'aime

  14. J’adore ! Je me retrouve complètement, avec un raisonnement un peu plus extrême : si je n’avais pas d’enfants, je pourrais faire tellement de choses !! Et puis je me dis que si je n’avais pas d’enfants, je serai obnubilée par ce désir irrépressible

    J'aime

  15. Tout juste!
    Tout à l’heure, je me suis surprise à compter le nombre de boulettes ds chaque assiette et j’ai souri…
    J’ai joué à Mikado avec ma 3 en écoutant la guitare de la grande, en faisant des bisous à mon 4 tout en demandant au 2 de se préparer pour le basket. Ils avaient tous le sourire…

    Oui, les conflits sont fatiguant à gérer mais les préparent à la vie en dehors de la famille. C’est mon rôle de penser à leur acheter du pain frais et de lancer toutes ces lessives. Mais c’est aussi mon rôle de penser à mes moments de repos…

    Chez nous, chacun à leur tour, ils ont droit à envahir notre lit qd leur papa fait la nuit et choisissent à 12 ans une destination pour un we rien qu’avec papa et maman.

    Comme toi, j’aime ma famille à 6.
    Bisou

    J'aime

  16. Encore un chouette billet qui démontre surtout que chacun s’épanouira différemment… perso, justement, je savoure tout ce que je peux leur offrir en en ayant que deux… et je ne rêve plus du suivant ! Mais, je me dis parfois qu’un de plus me forcerait un peu à lacher prise, ce qui me ferait du bien aussi… De rien pour le com’ sans queue ni tête !

    Virginie

    J'aime

  17. Tu m’as mis les larmes aux yeux. C’est exactement ce que j’ai en tête depuis quelque temps. Je te suis depuis un moment, j’avais déjà commenté en mars dernier mais tu ne t’en souviens peut-être pas 😉

    J'aime

      1. C’est vrai ? 🙂 mes deux derniers ont 20 mois et en ce moment je sature ! J’ai l’impression qu’ils sont plus pénibles à eux deux que ne l’étaient mes deux grands à peu près au même âge, et mes deux grands ont 20 mois d’écart.

        J'aime

      2. L’effet par deux est assez terrible quand ils sont pénibles. Moi aussi je me dis qu’ils sont plus durs que les grands, mais c’est peut être parce qu’ils sont 2 et que ça nous prends plus d’énergie et de patiente ! Courage 😉

        J'aime

  18. hier soir ma petite a voulu aller chez ses grands parents dormir du coup je n’avais qu’un enfant…. c’était CALME, c’était SIMPLE! Mais quand on s’est couché on s’est dit avec mon chéri qu’est ce que ça serait TRISTE!! 😉

    J'aime

  19. Nous on a trouvé une solution pour gérer la frustration du « attends ma chérie, juste une seconde, le temps que je m’occupe de ton frère/ta soeur (qui va s’étrangler/tomber du balcon/mettre du chocolat partout/à compléter) ». Chacun de nos enfants parraine un enfant de son âge à travers un association qui vient en aide aux enfants défavorisés partout dans le monde. On envoie des sous à l’association, et notre fille ou fils envoie lettres, dessins, photos à cet enfant plusieurs fois par an. Une relation se noue ainsi entre les deux enfants. Pour ses 10 ans, nous emmenons notre fille/fils rencontrer ce copain du bout du monde, c’est un voyage pour nous trois, sans frères et soeurs, juste nous. Et on en profite pour ouvrir les yeux sur un pays lointain. Les autres ne sont pas jaloux puisqu’ils savent que ce sera leur tour un jour, ou que ça l’a été, et c’est une jolie façon d’ouvrir les yeux de nos enfants sur le monde. Et d’avoir ENFIN tout le temps d’écouter son enfant raconter.

    J'aime

      1. Oui c’est top 🙂 (bon, ça veut aussi dire qu’il faut trouver du temps en plus pour traduire les lettres, imprimer les photos, etc. mais ça vaut le coup !). Il y a plein d’associations qui proposent ça, nous on passe par Plan International.
        Et merci pour ton blog, qui me fait souvent sourire (les working mums de 4 enfants ont toutes des points communs visiblement !). Mais comment fais tu pour faire des photos aussi belles ????

        J'aime

  20. Encore un article qui me parle tellement… maman de 4 également, un peu trop sur les nerfs en ce moment, vous avez décrit simplement la relation parents-enfants dans une famille nombreuse… oh comme j’aimerais me consacrer à un seul enfant un coup de temps en temps…

    J'aime

  21. C’est encore un peu « gentil » comme approche de la réalité au fond… Moi le soir que je me mets au lit, j’ai ce sentiment de devoir de père non-accompli…. le plus difficile à mes yeux actuellement et l’énergie à partager pour l’école et les devoirs….

    Aimé par 1 personne

  22. C’est fou, moi aussi je compte les gnocchis…. avec le paquet de Lustucru que je prends c’est 21 par enfant et je mange les deux derniers !
    Rien que ce matin, alors que mes 3 enfants me donnaient la main en même temps (un de ces trucs qu’on append sur le tas) je disais à mon mari que, quand même, 2 enfants c’est ‘achement plus confortable pour les parents

    J'aime

  23. Bonsoir

    Tu viens de résumer ma vie en un article et je rejoins sur le fait que si nous n’en avions qu’un , on passerait notre temps à rêver aux suivants .. j’ai moi même 4 enfants 13 ans / 9 ans et des jumeaux fille/ garçon de 6 ans.

    Merci

    Bonne soirée

    Nadege

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s