Parentalité niveau 2 : le môme de 10/11 ans face aux écrans

Capture d’écran 2018-04-30 à 15.21.36.png

Le temps de sortir mes lasagnes du four, et paf, sans prévenir, l’enfant numéro 1 a 11 ans. Déjà qu’on ne se marrait pas tous les jours, autant te dire que là tu passes carrément un niveau. Le niveau 2 précisément.  Le niveau 2, ça veut dire que tu as bien fait tes preuves en niveau 1 (le gamin rentre à peu près dans les courbes de son carnet de santé, considère ça comme une validation du premier niveau) et donc on décide d’augmenter un peu le level de difficulté, histoire d’être certain que JAMAIS tu ne te reposeras sur tes acquis. Rappelle-toi, on n’est pas là pour se marrer.

On a à peu près tous les bases théoriques sur la pré-adolescence :  laisser expérimenter le môme, le laisser grandir, le laisser se tromper, lâcher du lest etc … tout en étant bien conscient que nous devons rester, surtout en cette période de quête, le guide infaillible sur lequel il doit pouvoir compter, celui qui fixe les limites à ne pas dépasser, celui qui accompagne le changement. Meuf, détend toi, on dirait trop un slogan pour La République En Marche là.

Il n’empêche que toi, parent, c’est à cet âge-là souvent que tu réalises que tu vas devoir apprendre à faire le grand écart. Le grand écart entre tes principes et la vraie vie, entre ce que tu penses être bon pour ton gamin, et ce qui l’est réellement au quotidien, entre ce que tu t’étais promis de faire, et ce que finalement tu laisseras faire … Tu verras, ça tire un peu au début, mais en pratiquant tous les jours, tu gagneras un peu en souplesse, c’est toujours bon à prendre.

Aujourd’hui, je vais te parler écrans et pré-adolescence en te listant les situations auxquelles je suis confrontée au quotidien.  Le grand écart, je pratique à fond, c’est mon nouveau principe d’éducation.

La télé

Je ne sais pas comment ça se passe chez toi, mais ici,  la télé, on ne la regarde pas. La télé « classique » j’entends. Avec du Pernaud et du Zone Interdite dedans. Du coup, les mômes ne la regardent pas non plus. On se fait quand même un The Voice en famille le samedi soir (#SaturdayNightFever). Le gamin de 11 ans lui a bien compris qu’aujourd’hui, entre Netflix et les replays, il a vraiment la possibilité de regarder le programme de son choix. Je lui laisse regarder un épisode de sa série préférée le soir avant d’aller se coucher, mais il ne demande pas plus que ça à l’allumer.

La Playstation

Quasiment impossible d’y échapper, sachant que le môme passe 10 heures par jour avec une trentaine de congénères dont une bonne partie s’est vue affublée d’une PS4 l’année précédente, la console de jeu peut vite devenir un sujet qui fâche. Sache que le môme de 11 ans est parfois plus à l’aise avec une manette dans les mains qu’avec un compas. Les ronchons ronchonneront, tout fout le camp ma pov’ dame, et si c’est pas malheureux, et c’était mieux avant etc etc … Alors oui, savoir se servir d’un compas est effectivement bien utile, et on répétera le geste jusqu’à ce que le gamin sache faire une rosace plus stylée que le carré assymétrique de ma soeur en 1997, mais je pense aussi à tous les aspects positifs du truc. Jouer en réseau à Fortnite avec les copains de l’école, ça aide beaucoup à la sociabilisation. Les enfants en parlent à la récré, organisent des concours, se challengent les uns aux autres … et je me rends bien compte que mon garçon est très heureux au sein de son petit groupe de joueurs.  Il est à l’aise dans ses baskets de CM2, bien intégré, entouré de copains … alors pourquoi le priver d’un truc qui lui plait ? Et puis je me sers évidemment de la console comme d’une carotte efficace. Il peut l’allumer une fois que les devoirs sont faits ou après avoir rangé sa chambre. Je limite quand même aussi son usage. La PS4, c’est uniquement le mercredi et le week-end. Parce que je ne voudrais pas qu’il devienne accro non plus. Grand écart on vous dit…

Le téléphone portable

L’appareil accompagne généralement tout gamin qui pratique l’autonomie relative. Très vite, mon fils a demandé à rentrer seul de l’école, à prendre le bus, à se déplacer seul.  Très honnêtement, je dois reconnaitre que ça soulageait tellement le quotidien de n’avoir plus que les trajets de 3 enfants à coordonner, que je n’ai pas hésité une seconde. Tu veux te déplacer seul, vas-y, lance toi mon gars. Pour éviter le larguage total du môme en milieu urbain, on lui a donc fourni un téléphone. Savoir qu’il peut me joindre à tout moment me rassure énormément. Seulement l’enfant n’a pas encore la maturité suffisante, et le portable est souvent oublié, éteint, et même perdu …Et puis il commence doucement à réclamer un compte Facebook ou Snapchat, pour faire comme les copains. Pour le moment, je ne grand-écarte rien du tout sur ce sujet-là, et je refuse qu’il ai accès à internet sur son portable. Jusqu’à quand devrais-je lui interdir ? On verra bien, pour le moment, je suis persuadée qu’il n’a pas le recul et la maturité suffisante pour exposer sa vie sur les réseaux sociaux.

Internet

Interdit sur le portable, j’autorise internet à la maison. Savoir faire une recherche sur un thème donné, utiliser les moteurs de recherches, apprendre à trouver l’info en évitant l’intox, retrouver une émission en replay ou réécouter un morceau entendu à la radio, je pense que c’est indispensable aux gamins de cette génération. D’ailleurs, les exposés à l’école demandent des recherches en ligne, certains cours sont disponibles sur le blog de la classe, la maîtresse permet également aux enfants de lui envoyer des emails. Bref, interdire l’accès à internet à un môme de 11 ans me parait contre-productif. Je m’arrange quand même pour qu’il laisse la porte ouverte, pour toujours surveiller du coin de l’oeil les pages consultées. Le grand écart, imagine bien que c’est pas vraiment avec Wikipedia que je le pratique, ce serait plutôt sur les vidéos de Norman ou Cyprien. Mon gamin est fan, il se marre comme une baleine devant ces vidéos truffées d’humour potache et de gros mots. Je laisse faire, même si ça tire un peu.

 Conclusion

Garde tes forces.

Même si en niveau 1, tu t’étais juré que JAMAIS ton bébé ne regarderait la télé, rappelle toi que trois épisodes de Tchoupi d’affilée, ça n’a jamais tué personne. Peut-être même que ça t’aiderait un peu toi, peut-être même que pendant ce temps là tu pourrais prendre un bain, ça fait du bien, n’hésite d’ailleurs pas à laisser poser un peu l’après-shampoing. Et n’oublie pas de commencer doucement à travailler ta souplesse mentale. En niveau 2 souvent, les perdants, ce sont ceux qui n’ont pas assez bossé l’échauffement …

Si tu as des enfants plus petits, tu peux aller faire un tour sur le blog d’Aude, elle traite du même sujet ici.

 

54 commentaires sur “Parentalité niveau 2 : le môme de 10/11 ans face aux écrans

  1. Tes bases me paraissent les plus saines qui soient. Il paraît effectivement que les jeux en réseau sont à la fois incontournables mais pas si mauvais que ça…ce qui est bien c’est que grâce à toi, nous, ô mères de jeunes bambins, sommes au courant en avant première de tous les trucs de pré pubères! Merci, Maman level 2, de tester pour nous!

    J'aime

  2. Ici maman de level 3, 28, 25, 21 et 11 ans….. 4 mecs…..
    Number one s’est marié il y a un an.
    Deux des 3 potes invités étaient des copains de WOW, rencontrés dans le virtuel avant d’être palpés dans le réel.
    Des mecs hyper cool…. Limiter mais pas priver, c’est la clef !!!!

    J'aime

      1. Oui c’est assez cool, et rassurant ! 😊
        Mais ce qui complique, ce sont les fratries qui se suivent…..
        Ou pas….
        Celui de 11 ans fait la sangsue dans la chambre de number three très accro…..
        Entrainer les ainés à jeter les petits…. encore un nouveau défi qui t’attend !!!

        Aimé par 1 personne

  3. Chez nous ce qui a révolutionné notre quotidien c’est l’installation de plages Wi-Fi sur tous les appareils de la maison (à 21h coupure générale des tablettes des ados) et là on ne s’est pas fait des copains… Ils ont fait la tronche un petit moments les accros aux écrans 😉

    Et je me rassure en me rappelant à notre époque les heures ingurgitées de Club Dorothée (et là côté lavage de cerveau c’est du haut niveau) et au final on s’en est pas si mal sortie 😂

    J'aime

  4. Tu me sembles avoir trouvé la clé (du jour) et c’est plutôt cool. J’en suis au niveau 1 et même 0,5 (presque 3 et presque 5 ans) et on limite l’utilisation (on a plus de tablette en fait depuis que M l’a explosee par terre il y a deux ans) mais on passe, nous adultes, une grosse partie de notre temps libre

    J'aime

  5. Sur nos téléphones. Alors c’est dur de leur interdire. Et je me souviens d’avoir eu une Nintendo à 8 ans, le club Dorothée le mercredi matin ( et du coup ma sœur cadette de 7 ans l’a eue dès la naissance) et ça ne nous a pas traumatisés. Au contraire comme tu dis c’était plutôt vecteur de sociabilité !

    J'aime

  6. Oh la la la la il faut que je commence de suite les échauffements je crois ! Je ne sais pas pourquoi mais internet et les consoles me font peur… En fait si, je sais pourquoi : cela n’a pas fait partie de mon enfance alors je n’ai aucun repère, et très peur de mal faire. Avec la télévision c’est différent, j’ai davantage l’impression de maîtriser… Bref j’espère que tu seras encore là le moment venu pour m’aider dans le grand-écart 🙂 .

    J'aime

    1. N’oublies pas que ceux qui ont tendance à diaboliser les écrans sont souvent ceux qui ne connaissent pas vraiment de quoi ils parlent. Moi les consoles, ça ne m’intéresse pas beaucoup par exemple, mais je demande à mon fils de m’expliquer, et effectivement, ça n’est pas bien méchant ( et on en parle ensemble, il est content que je m’intéresse à ce qu’il aime !). Tout est dans le dosage évidemment, tu verras qu’avec 2 garçons, tu seras certainement obligée de t’y coller un peu 😜

      Aimé par 1 personne

  7. Arrggghhh… je pense que le plus dur chez nous, ce sera de prêter notre PS4 et notre Switch aux enfants ^^ c’est obligé de partager ??
    Pour Norman et Cyprien, j’ai un peu honte, mais c’est moi qui me précipite sur leurs nouvelles vidéos à la maison…
    enfin nul doute que lorsque Petit Quark aura 11 ans, il y aura plein de nouveautés pour lesquelles nous serons largués…alors on travaillera la souplesse !
    Merci pour cet article !

    J'aime

      1. Ah ça oui… surtout Norman…. Squeezie est un poil moins vulgaire, mais bon c’est vrai que 11 ans c’est jeune encore ! Sinon tu peux lui conseiller les chaines du collectif Trash (contrairement à leur noms ils sont assez softs !! et ils font pas mal de vulgarisation scientifiques et parlent souvent de jeux vidéo 🙂 ), ou Docteur Nozman qui est tout mignonnet… Mon mari aime bien Amixem aussi 🙂 Le jouer du grenier par contre c’est bcp+ trash, et ce sont surtout les vieux comme moi qui regardent ! #passionyoutube

        J'aime

  8. Yo ! ici presque 12 et presque 10. donc je me suis bien sentie concernée !! quoique la presque 12 ne parle pas trop de console. elle est en 6 eme et n’a pas encore de téléphone, mais je n’ai pas la même problématique que toi : elle fait les allers retours à pied pour le collège qui est à 5 minutes de ma maison. la ps4 a fait son apparition a noel. le presque 10 ans en voulait une (pour fifa !!) on a dit que c’etait le cadeau pour la famille, et non pour lui, ça fait déjà une différence.. pareil, il n’y a droit que le week end. 1 h par jour. bon par contre nous c’est pas en réseau, mais ça n’a pas l’air d’être fait chez les autres gamins non plus pour le moment.. la télé en tant que tel n’existe pas non plus chez nous. uniquement des dvd ou des replay de fort boyard. comme tu dis, ne pas interdire bêtement, mais ne pas non plus les laisser jouer 4 heures dessus non stop…

    J'aime

  9. Ah c’est mon angoisse du moment… Jusqu’ici c’était plutôt simple: un DVD ou une partie de WII les jours off, Koh Lanta en famille le vendredi soir. Ma plus grosse difficulté était de trouver le moyen de ne pas coller la petite dernière de 3 ans devant Harry Potter ni l’aînée de 10 ans devant Babar…
    Et mes principes c’étaient plutôt du genre « le téléphone, c’est pas pressé » et « internet c’est pas pour les mômes » mais bon je me rends bien compte que c’est une théorie d’un autre temps et qu’on va devoir trouver des compromis 😉

    J'aime

    1. La problématique s’en trouve d’autant plus compliqué qu’il y a plusieurs enfants. Ici aussi, les petits sont parfois devant des séries pour ado, mais comme les grands acceptent aussi de se cogner du Peppa Pig, ça va 😜

      J'aime

  10. J’en suis au même stade et à la même gestion que toi. On n’a pas la télé, ma grande n’a pas internet sur son portable. Les petits regardent parfois un dvd sur l’ordinateur, et quand ça vire à la crise pour en voir plus, je supprime tout, le temps qu’ils se désintoxiquent. Les écrans, c’est vraiment de la cocaïne pour eux. Pour internet, les grands ont une session sécurisée sur l’ordi et ont droit à 30 minutes par jour en semaine (pour leurs devoirs donc) et 1h30 le week-end.

    Après, cela pose aussi la question de comment nous, parents, gérons notre rapport aux écrans, et quel exemple nous donnons.Quand je vois des familles où tout le monde, parents, enfants, a sa tablette, je suis assez effarée je l’avoue, de cet enfermement virtuel généralisé.

    J'aime

  11. 3 enfants : ainé 13 ans, et jums fille-garçon : 10 ans. Et pour les 2 garçons, sévère addiction aux écrans avec mention spéciale depuis l’arrivée de la PS4. on n’en peut plus des jeux en réseau (dans notre salon) où les enfants parlent une langue inconnue avec des inconnus (OK, plus souvent des copains que des inconnus, mais quand ils parlent en anglais, je me doute que ce n’est pas avec des copains de classe).
    Mercredi et weekend uniquement. mais quand on dit stop à la console, ils se précipitent sur le téléphone pour mater des vidéos. Et on passe notre temps à faire la police, à mettre et supprimer le wifi.
    et il faut voir les crises du 10 ans quand le wifi s’arrête en plein milieu d’une partie.
    On a un mal fou à gérer, on est constamment tiraillé entre l’envie d’avoir la paix et la mauvaise conscience de les laisser faire.
    C’est dur, et ce n’est pas fini. Avec la 6e et les horaires qui vont avec, je flippe un peu plus.

    J'aime

    1. Oui, l’idée n’est pas que ce soit la guerre à la maison ! J’ai bien prévenu les miens depuis tout petits que s’ils crisent à cause d’un écran, je le supprime immédiatement. Rien de pire qu’un môme complètement dépassé par les émotions que lui procure un jeu vidéo. Pour le moment, ça fonctionne ici, et jamais je n’ai eu de résistance quand je leur dit de couper. Pourvu que ça dure, mais je sais que je serai très vigilante avec la rentrée en 6 eme et son emploi du temps beaucoup plus light ! On ne lâche rien ( enfin si, un peu quand même)😉

      J'aime

  12. Je pense que tu es dans le juste.
    Garder le lien avec ses enfants, c’est s’intéresser à ses jeux, à sa musique…
    Ici, notre 11 ans vient d’avoir une adresse mail et nous lui avons expliqué beaucoup de choses autour du net. Au début, nous lui envoyions des petits messages mais lui avons expliqué que nous privilégions la vraie communication.
    Pas de PS ici, un peu de tablette (1 pour 6) qd ils la veulent. Et pas encore de GSM. L’école de la grande ne sera pas loin… A voir. Ne pas diaboliser, tout est dans la justesse, effectivement. Mais, j’avoue ne pas aimer tous ces écrans.

    J'aime

  13. Merci beaucoup pour cet article. C’est toujours rassurant de voir qu’on se pose tous les mêmes questions.
    De mon côté c’est l’inverse: je suis devant un ordi toute la journée au boulot, mes mails me suivent partout où je vais, du coup chez moi, je n’ai ni tablette, ni ordi, et sur mon portable, aucune application. Le geek, c’était mon mari (qui est décédé en janvier). Je me retrouve seule avec 2 petits garçons (4 ans et 21 mois), et bon, j’ai le temps, mais je me dis, à quel moment va-t-il falloir que je les connecte un peu. Ce n’est pas avec moi qu’ils vont jouer à la PS4 (qui trône dans le salon), je vous le dis.
    Bref, à partir de quel âge on commence le grand écart?
    Gérer tous ces sujets toute seule c’est un peu angoissant.

    J'aime

    1. Ne t’inquiète pas, ils n’ont pas besoin d’un parent qui leur montre pour se mettre à jour ! Ici, c’est dans la cour de récré qu’ils apprennent quelle console il faut avoir, à quel jeu jouer, quelle video à ne pas rater … Tes petits grandiront très bien, aussi bien que ceux qui ont la chance d’avoir leur 2 parents au quotidien, n’en doute jamais. Ne culpabilise pas de ne pas avoir un rôle de « papa ». Tu as déjà bien à faire avec ton rôle de maman. Je t’embrasse.

      J'aime

  14. J’adore ton article! Ici, les écrans se limitent à Netflix, mais uniquement pendant le week-end. Par contre, on se fait plaiz, ils ont leur dose le matin et en fin d’après-midi, samedi, dimanche et le mercredi. Je ne suis pas du tout contre les consoles de jeu, mais je préfère attendre qu’il ait 10 ans pour lui en offrir une.Tu as raison, jouer est très sociabilisant et même bon pour les neurones! (in France Inter I trust).

    J'aime

    1. Oui, le truc c’est surtout d’attendre que le môme la réclame sa PS4. Sur un malentendu, peut-être qu’il préférerait recevoir à son anniversaire l’intégralité de la collection des Que-Sais-je ? En tout cas, même si mon fils est accro, ma fille (celle qui mesure plus d’un mètre) passe plus de temps le nez dans les livres que devant une console, je crois que j’ai tout raté avec elle …

      J'aime

  15. « the voice » en moins..mais Koh Lanta en plus (4 garçons ici..)…comme d’habitude j’aurais pu écrire chacun de vos mots….
    Et accro aux écrans n’est pas incompatible avec accro aux livres…ouf…je vais continuer a fréquenter assidument ma salle de sport.

    J'aime

  16. Arghhhh il ne me tarde pas ce moment là … même si je l’attend quand même un peu, juste pour pouvoir retrouver une once d’autonomie (Tiraillement entre envie de garder ses bébés et retrouver un peu de liberté => Prémices des grands écarts à venir?!). Le plus dur pour moi sera à mon avis la console, déjà que je dois calmer les ardeurs du papa sur le sujet; j’ai pas envie de me retrouver avec 3 geeks collés à leur PS toute la journée. Bon enfin; j’irai faire du shopping pendant ce temps.
    Merci en tout cas pour cette préparation – comme tu dis il va falloir que je m’échauffe 😉

    Aimé par 1 personne

  17. Ah ah, comme je me reconnais dans tout ça !! 11 et 13 ans ! ça joue ça joue ! leur graal c’est la xbox mais ils savent que le temps de jeu est limité !! j’ai déclaré la guerre aux abus et c’est parfois épuisant !! mais bon j’ai encore du mal à lâcher certains principes !!

    Aimé par 1 personne

  18. Super article !
    Ici aussi, je travaille ma souplesse ! Quand Alphonse était à l’hôpital, c’était open tablette. On ne limitait absolument pas, et il y passait des heures. Il a donc quelques mauvaises habitudes que nous avons du mal à abandonner. Mais on y travaille 🙂
    Et je suis convaincue par ta conclusion : limiter sans interdire, c’est la clef

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s