Le jour où on m’a proposé d’écrire un livre (Épisode 2)

Capture d’écran 2018-07-27 à 11.38.34.png

Pour retrouver le premier épisode, c’est ici 

Nous en étions donc à la phase d’attente.

Ariane, mon agent (je ne m’en lasse pas, c’est mon petit côté Paris Hilton) est censée me rappeler pour savoir si l’éditrice est ok pour me rencontrer. Je patiente quelques jours , et  évidemment – sinon tu ne t’en farcirais pas plusieurs épisodes – elle me rappelle et me confirme donc qu’elle a réussi à nous décrocher un rendez-vous !

Bizarrement, je n’avais encore aucune pression à ce stade-là. Sincèrement, ça n’a jamais été mon rêve d’écrire. Je garde en tête mes mémoires de fin d’études que je mettais des plombes à rédiger …. c’était poussif, fastidieux, compliqué. Je sais que certains ont des facilités rédactionnelles que je n’ai pas, alors écrire un livre, j’avoue que ça ne m’avait jamais effleurer l’esprit.

Mais plus les jours passaient,

plus l’échéance du rendez-vous approchait, et plus l’excitation montait…

Je n’avais absolument aucune idée de la façon dont se déroulerait cette rencontre, ni même de ce que l’éditrice attendrait de moi, alors je suis arrivée en mode détente.  La meuf qui débarque chez Hachette avec sa chatte et son couteau, tranquille. Il était convenu qu’Ariane soit avec moi pour rencontrer l’éditrice, et je pensais un peu naïvement que ce serait elle qui prendrait la parole. Après tout, c’est elle qui avait eu l’idée du bouquin ! Mais après les politesses d’usage, il a bien fallu que je réalise que cet entretien serait bien plus intense qu’imaginé. Ariane s’est doucement effacée, et l’éditrice a commencé à me poser tout un tas de questions. Et là les gars, j’ai compris qu’il faudrait se concentrer 2 minutes. Quelle serait selon moi la viabilité du projet, et pourquoi éditer un tel livre ? Serait-il interessant ? Pourquoi voudrait-on acheter ce livre ? Qu’apporterait-il de plus que les autres ? Elle a ensuite enchainé sur mes capacités à écrire, les idées que je pourrais développer, mon envie d’aller au bout du projet etc …

Trois heures intenses les gars.

Plus elle enchainait les questions, plus j’avais l’impression de jouer ma vie, trois heures à aller au bout du bout du truc. J’ai cru crever, mais j’ai tout donné. J’ai tout donné parce que j’ai bien senti que cette rencontre serait déterminante pour la suite. Je suis sortie de l’entretien vidée, hagarde, réalisant tout à coup ce qui venait de se passer. J’avais eu cette putain de chance, à moi maintenant de ne pas passer à côté.

À la fin du rendez-vous, l’éditrice m’a demandé de lui proposer un synopsis.

J’ai dit oui bien sûr, comptez sur moi. Évidemment je n’avais aucune idée de ce que c’était, un synopsis (c’est une sorte de résumé du livre,  avec le sommaire, l’intro et la conclusion). Maintenant, c’était fini de rigoler, il allait falloir commencer à bosser.

J’ai commencé à écrire dès le lendemain.

J’ai mis en place mes idées et réfléchi à la structure du texte. J’avais l’impression qu’il fallait faire vite, comme si tout ça n’était qu’un rêve et que tout pourrait s’arrêter … J’ai envoyé mon synopsis quelques jours après, avec le premier chapitre rédigé intégralement, et j’ai attendu le retour de l’éditrice. C’était un grand OUI !!! C’était parti, je pouvais me lancer tête baissée dans l’écriture.

À partir de cet instant, toutes mes soirées, tous mes week-ends, tout mon temps libre ont été consacrés à écrire.

Plus j’avançais, plus la charge de travail me semblait dantesque. Il y a eu quelques moments de découragement, mais je ne pouvais plus reculer je le savais. Après quelques semaines, j’ai pu tout envoyer à l’éditrice. 200 pages de texte, de doutes et de bonheur aussi. Maman avait écrit un livre … Cette expérience m’a fait réaliser que malgré un job prenant et plein d’enfants, on peut quand même se dégager un peu de temps, quand on le veut vraiment.  Deux astuces tout de même : on oublie la culpabilité maternelle, et on oublie la culpabilité maternelle.

L’étape suivante serait la plus importante : avoir le retour de l’éditrice. Je savais qu’il y aurait des modifications à faire et des passages à ré-écrire, mais à ce stade, je pensais avoir fait la plus grosse partie du travail. Comme je me trompais …

 

53 commentaires sur “Le jour où on m’a proposé d’écrire un livre (Épisode 2)

  1. Je ne pensais pas que ça allait si vite, la commande, la rédaction, j’ai l’impression que tu as géré tout ça à vitesse grand V! Ce deuxième épisode couvre combien de temps?
    Bravo et hâte de lire la suite (j’ai eu des sueurs froides mou aussi à la lecture des questions!)

    Aimé par 1 personne

  2. Mais… la suite ?!
    Bravo de tout gérer comme tu le fait. Et oui écrire prend beaucoup, beaucoup de temps, mais quand on veut on peut. Quoique avec tout ce que tu fais, je ne sais pas si j’y arriverai. Je t’admire.
    Vite, vite la suite !

    J'aime

  3. Je suis super surprise par les questions. Par ex « pourquoi éditer ce livre? Qu’apporte-t-Il de plus? » En quoi est-ce à toi l’écrivain de répondre à ça ? Je pensais que toi tu proposais une histoire et eux répondaient à ces questions.
    Autre point j’espère qu’ils ont signé un doc comme quoi ils publieraient ton manuscrit avant que tu ne commences à écrire. ..Cela éviterait qu’ils se rétractent après que tu te sois paluchee les 200 pages à écrire.

    Aimé par 1 personne

  4. Woooh incroyable ! 🤩 j’imagine très bien l’entretien avec l’éditrice, imaginant naïvement que c’était plutôt elle qui allait te parler du projet 😆; au final tu t’en es super bien sortie parce que tu n’avais rien préparé et que tout est sorti sincèrement de tes tripes … et a fait naître mille idées que tu t’es empressée de traduire au plus vite sur le papier pour qu’elles restent intactes !👌🏻Je suis persuadée que ce bouquin va être une pépite 😍
    Bon courage pour la suite et vraiment BRAVO pour ton investissement 👏🏻👏🏻😍

    Aimé par 1 personne

  5. se la jouer relax et repartir après 3 heures d’entretien en ayant tout donné… ça veut dire que mine de rien ton bouquin était déjà plus ou moins prêt dans ta tête ! en tout cas j’ai hâte de lire ça ! tu viendras faire des dédicaces à auchan biganos au moins ?? :-)))) en tout cas je retiens la phrase « Cette expérience m’a fait réaliser que malgré un job prenant et plein d’enfants, on peut quand même se dégager un peu de temps, quand on le veut vraiment » que je ressortirais aux personnes qui ne prennent jamais le temps de prendre soin d’elles… 😉

    Aimé par 1 personne

  6. ouaouh félicitations !!! Hâte de lire la suite (et le livre bien évidemment)
    Par ailleurs tu m’inquiètes, étant moi-même juste au stade du OUI et des dernières retouches avant envoi (pour un livre qui ne représente en rien ce que je peux écrire sur le blog)

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s