Journal d’un confinement – J 43

Capture d’écran 2020-04-26 à 20.22.34.png

Veuillez excuser le rythme intermittent de ce journal de confinement, mais il faut dire que mon emploi du temps depuis 43 jours est rythmé par 3 repas quotidiens et un coup de fil à ma mère, imagine bien que ça laisse pas des masses de trucs dingues à raconter. C’est « Vis ma vie » en Ephad à la baraque,  mais avec un taux de survie bien meilleur pour le moment. La vérité les gars, c’est que je ne pensais pas y arriver. Enfermée H24 avec 4 mômes sans faire de décompensation psychotique pendant plus de 40 jours …  Sur ma vie jamais j’aurais cru ça possible. Ce confinement nous révèle décidément des forces insoupçonnées. La dernière fois,  c’était quand j’ai fait passer deux périmètres crâniens de 35 cm par voie basse à 4 minutes d’intervalle. La magie de l’être l’humain. On croit qu’on peut pas, mais en fait si.  Dommage que l’être humain soit également capable de faire la queue 4 heures en bagnole quand il apprend que le McDo de Moissy-Cramayel rouvre ses portes, ça gâche un peu le truc c’est vrai.

Pour ceux qui voudraient un update rapide, les épisodes précédents, c’est par ici.

Pour les autres, c’est parti :

6.07 : Réveil des jumeaux, que l’on avait pourtant briefé la veille au soir sur l’interdiction formelle de se lever avant 7.00. On avait profité de l’occasion pour leur coller un peu de continuité pédagogique dans les dents avec l’apprentissage de l’heure. La petite aiguille sur le 7, la grande sur le 12, c’est pas bien compliqué avec un peu de bonne volonté. Mais ces mômes-là ont une capacité extraordinaire à n’en avoir rien à foutre des règles. Comme Jean-Mi qui falsifie son attestation dérogatoire pour se faire un trip Marathon de Paris alors qu’il avait jamais bougé son cul avant qu’on le lui interdise. Il en a rien a foutre des règles Jean-Mi. Pareil ici. Bon, après, c’est vrai, la règle de se lever après 7 heures, je joue pas ma vie là-dessus hein, sinon imagine bien que j’y passerais un temps considérable et qu’à 6.07 de toutes façons, je ne suis pas en état.  L’idée générale ici, après 4 enfants, c’est de garder une réserve d’autorité pour les trucs vraiment importants. VRAIMENT IMPORTANTS, Marie-Jeannette, donc enfiler une paire de chaussons Pat Patrouilles en rentrant de l’école ne rentre clairement pas dans cette catégorie. Cette réserve d’autorité-là donc, aussi concentrée soit-elle, les mômes savent pertinemment qu’on ne la conteste pas, y’a pas moyen (Djadja). Et jusqu’ici, ça roule plutôt pas mal, sauf qu’on est réveillé tôt quoi.

7.15 : La mère ouvre les 34 mails des 4 profs de chacun des mômes et a un petit moment de découragement devant la quantité de home-schooling qu’elle va se bouffer, en plus du home-working et du home-cleaning. Elle se demande parfois si ça vaut vraiment le coup de continuer à accompagner les enfants vers le chemin de la réussite. Vu comme elle a vrillé la dernière fois sur le calcul d’un périmètre , elle n’est plus tout à fait sûre du bon ratio bénéfice/risque.

8.30 : La mère se colle à la revue de presse du jour en se basant sur le site de France Info, le live de BFM, et son fil Twitter. Elle en déduit que l’école reprendra bien le 11 mai  pour la moitié de sa descendance, mais que c’est pas sûr, et le 25 mai pour l’autre, mais que c’est pas sûr non plus. France Info lui dit que Blanquer a donné des dates que Philippe n’a pas validées, donc on en sait rien, en vrai. BFM dit que faire rentrer les mômes en mai c’est pas si dangereux mais que quand même un peu. Twitter finit par la convaincre qu’essayer d’échafauder un plan sur ce que sera son quotidien lors du déconfinement est aussi inutile qu’un Master en homéopathie.

10.30 : L’ado se traine jusque dans la cuisine où la mère s’est réfugiée discrètement pour prendre un café SEULE. Elle y a totalement droit. Depuis ce matin, elle s’est déjà cognée le jeu de l’oie des sons, 2 réunions Zoom, the very hungry caterpillar sur YouTube (17 fois), la dictée des CM1 et 14 mails pro. L’ado aurait dû réaliser immédiatement, au regard douloureux que lui a lancé sa génitrice que la cuisine, entre 10.30 et 10.45 était devenue une zone de non-droit. Malheureusement l’ado garçon ne réalise rien, il est là pour satisfaire ses propres besoins. Il n’a pas été programmé pour prendre conscience de ceux des autres, ça se saurait, depuis le temps. Son besoin immédiat, c’est d’avoir un chocolat chaud. La mère ne laissant rien passer sur le chemin de l’éducation féministe qu’elle s’est toujours appliquée à transmettre lui explique immédiatement que son chocolat chaud, il n’a qu’à se le faire tout seul, et que s’il voulait qu’elle s’occupe de son petit-déj, il fallait se lever plus tôt et le prendre en même temps que le reste de la famille, non mais. Numéro 3 arrive à son tour dans la cuisine pour expliquer a son frère que lui, en se levant à 6.07, il a eu le nez creux, puisque que lui, il l’avait eu son chocolat chaud apporté par maman, et que demain il avait qu’à aussi se lever à 6.07 pour voir. La mère braille un coup. C’est qu’à 3 dans une cuisine de 2 mètres carrés, elle a un peu l’impression de se faire bouffer son moment de solitude. L’ado temporise immédiatement en dégageant son frère par une clé de bras habilement exécutée et promet à la mère qu’il va se débrouiller seul pour le chocolat. Fais comme si j’étais pas là, qu’il lui dit…. Après l’avoir finalement sollicitée pour savoir où était le stock des bouteilles de lait parce que y’en a plus dans le frigo, puis s’il fallait mettre le lait avant ou après le chocolat, et puis combien de temps au micro-ondes exactement maman, la mère a fini par fuir les lieux avec un petit goût d’échec au travers de la gorge.

11.30 : Numéro 3 demande à quelle heure on mange et s’il y a bien 1440 minutes dans une journée. La mère répond 12.30.

14.13 : La mère sait désormais précisément que c’est l’heure où le soleil  entre directement dans l’appartement et se prépare à emmagasiner de la vitamine B comme au Nikki Beach. Mini-short et crème SFP 50 sur le visage, c’est parti pour 14 minutes de lumière naturelle. L’expérience requiert une certaine souplesse vu que les rayons n’entrent qu’à travers la chambre des jumeaux, sur une surface approximative de 60 cm2 au total, coincée entre un tipi en toile très encombrant et le poste de police des Playmobils, mais pour rien au monde elle ne louperait ces quelques rayons de lumière naturelle. Toutes ses copines sont confinées dans leur maison de campagne, à poster leurs terrasses aménagées comme le rayon plein-air du Decathlon d’Evry 2, no way elle sera la seule à avoir un teint cireux au retour au bureau.

16.00 : C’est l’heure du déplacement bref, dans la limite d’une heure quotidienne et dans un rayon maximal d’un kilomètre autour du domicile, liée à l’activité physique individuelle. En gros, la mère emmène tous les mômes faire un tour de trottinette en bas de la tour. Rien de foufou, mais numéro 2 – 9 ans – se sape comme si elle allait monter les marches. La mère, elle, a compris qu’elle ne croiserait absolument personne, et a adopté depuis longtemps le look cousine de province. Elle s’y complait malheureusement de plus en plus. Il va falloir être très vigilante lors du retour à la vraie vie, elle en est pleinement consciente.

17.00 : Numéro 3 a trouvé une calculatrice dans le tiroir du bureau. LA révélation. Le môme aurait trouvé le Saint Graal que ça lui aurait fait le même effet. Depuis, il s’auto-teste en calcul mental sans faire chier personne. On adore l’idée.

18.45 : Vérification du travail scolaire quotidien de l’ado. La mère a toujours une petite boule au bide en questionnant son premier né sur ses réalisations concrètes de la journée, les résultats étant généralement assez loin des attentes parentales. On est sur un bilan qu’on qualifiera de mitigé. L’ado a encore fait Top 1 a Fortnite, mais a oublié de se connecter aux cours de maths du matin et à celui d’espagnol de l’après-midi. Il n’a pas lu non plus le mail du prof de français stipulant de rendre une synthèse de l’Acte I Scène III des Fourberies de Scapin avant 17.00 ce même-jour, laissant évidemment une marge de manœuvre assez réduite. Si le collège ne rouvre pas le 25 mai, c’est à Sainte-Anne que vous croiserez la mère, ça fait pas un pli.

19.00 : La mère rédige vite fait la synthèse des Fourberies de Scapin et l’envoie au prof de français.

19.45. La mère se décide à faire une quiche Lorraine maison pour se détendre. C’est une première. D’ailleurs personne n’aime la quiche, mais elle s’en fout. Elle a vu une vidéo de quiche. Elle va faire une quiche. Elle suit la recette Marmiton scrupuleusement. Elle a déjà un peu l’impression de rater son confinement, rater sa quiche serait la goutte d’eau elle le sait. Alors elle donne tout. Une fois au four, elle jette un oeil aux commentaires en bas de la recette.  T’as Lucette67 qui te dit que la crème fraiche, c’était pas 20 cl mais 60, Libellule45 qui te dit que fallait pas mettre autant d’oeufs et CendrineCoquine qui t’achève avec une « recette délicieuse à condition de remplacer les oeufs par du topinambour,  les lardons par des tomates confites et le lait par du bouillon de poule ». La mère se dit que CendrineCoquine est une pute et finit par fuir les lieux avec un petit goût d’échec au travers de la gorge.

 

32 commentaires sur “Journal d’un confinement – J 43

  1. J’adore….je m’y retrouve tellement … on a les mêmes à enfants, c’est juste hilarant….
    L’ado de 12 ans qui fait des clés à son frère, qui prend son chocolat après tt le monde et qui en fout pas une…
    Là numéro 2 qui ne pense qu’a ses fringues …
    Et évidemment les jumeaux qui remportent la palme
    Sauf que moi j’ai 2 mecs de 5 ans et qu’ils m’en font vraiment voir de toutes les couleurs
    J’adore votre sens de l’autoderision, c’est tellement plus sympa que les discours des mères pseudo parfaites!!!!
    Continuez surtout, c’est un vrai plaisir de vous lire!

    Aimé par 2 personnes

  2. Mon Dieu ! Tu m’as achevée 😂🤣. C’est qui ces c****qui t’envoient des photos indécentes de leur terrasse ? 🤔😉🤣🤣
    Courage, tu finiras par regretter ce confinement comme ces petits doigts laissés sur les vitres 😘😘

    J'aime

  3. Ici la reprise de la continuité pédagogique c’est demain, et la mère de famille que je suis à déjà mal au ventre à l’idée de remettre son ado au boulot. Ado qui lui ne s’en fait pas évidemment et râle parce que sa mère, moi donc, l’a prié de sortir les écrans de toute sorte de sa chambre à 21h45 …
    Les minis eux, 6 ans, ont déjà regardé 3x la vidéo posté par la maîtresse à 19h30, demandant à travers une poupée de raconter leur vacances en faisant des phrases, avec photos à l’appui. Ils se sont endormis en réfléchissant à quelles photos on peut envoyer à la maîtresse, pas celle où on voit nos fesses, hein maman ? Euh non effectivement. Quand à moi j’ai envoyé un mail à tous mes parents d’élèves en essayant de bien prendre en compte les difficultés matérielles et linguistiques de chacun, en proposant des activités pedago ludiques accessibles et ne nécessitant pas d’avoir un master pour le faire faire à son môme de petite section. Bref demain c’est la rentrée en confinement…
    Mais bien heureuse que je suis, en plus des réseaux sociaux où les brioches, les cours de hiit et de yoga parents enfants fleurissent, je discute acec mes vraies copines de ma vraie vie et je me rends bien compte qu’on est toute dans le même bateau et qu’on fait ce qu’on peut … et tant mieux si l’ado devient champion de Fortnite, il pourra télétravailler en 2040 lors de l’épidémie qui ne surprendra plus personne !

    Et merci pour ce journal, je suis toujours aussi fan 😉

    Aimé par 1 personne

  4. Pfffff, ça fait très exactement 34 jours que je n’ose plus poster de photos de mes « extérieurs ». Ouai, parce que j’ai une once de compassion pour toutes celles qui vivent tout ça en appart. Et crois moi, moi qui amorce la deuxième semaine des vacances (zone A les gars, la der des der), je mesure l’ampleur du truc !
    J’avoue que j’appelle la reprise de mes vœux les plus chers, et en même temps on fini par s’habituer à ce rythme au ralenti, tous ensemble. Encore un peu et j’angoisserais presque de laisse repartir mon cher et tendre en me laissant la marmaille à gérer toute seule en plus du reste dis donc.
    En deux mots comme en cent, force et honneur !

    J'aime

  5. Wooow ici on attaque les « vacances ». Celle où l’enfant n’a pas de « continuité pédagogique » et où la mère n’a pas de réunions Zoom toute la journée. Ca ne dure que 2 jours alors on ne s’emballe pas trop. #agridaddy quant à lui reste au boulot, forcément. Mais je parie que ce sont les 2 jours que le petit dernier va choisir pour faire des sieste par-faites (pile à l’heure prévue et qui durent bien longtemps…) ce genre de siestes qui me font rêver quand il faut faire les devoirs et le conf call 😉

    je valide le look « cousine de province » qui m’a fait m’esclaffer devant mon écran de bon matin ^^

    Aimé par 1 personne

  6. toujours cet humour qui fait tout passer
    la mère d’ici n’a toujours pas fait les devoirs de la dernières semaine d’école avant les vacances. Nous entamons la deuxième semaine de vacances mais la CP m’expliquer chaque jour que non, elle ne rattrapera pas son retard, après tout, pendant les vacances on ne travaille pas.
    et t’inquiète, personne ne loupe son confinement!

    J'aime

  7. Je suis explosée de rire. J’adore.
    Et les commentaires de marmiton qui disent c’est génial mais faut remplacer les ingrédients et modifier les quantités, ça m’a toujours laissé sans voix.

    J'aime

  8. J’adore, j’adore ! Les maisons hyper bien rangées, les ongles hyper laqués, ça se trouve dans les revues qui nous vendent que des mensonges et nous font culpabiliser à donf !!!! Je claque la première qui ose dire que c’est comme cachez elle ! Bien évidemment, je plaisante !!!

    J'aime

  9. On vient d’attaquer la reprise de la continuité pédagogique … et si jusqu’à maintenant la mère de famille avait réussi à plutôt bien résisté à l’apéro quotidien (j’ai un plus gros penchant pour le chocolat), là ça va devenir difficile …
    En plus, pâques confinés ayant instauré les apéro-skype en famille le week-end, mon cinq me demande « c’est l’heure de l’apéro » chaque fois que la tablette sonne, ça va être sympa la reprise (à une date toujours inconnue des services parentaux, c’est pratique pour répondre à la question du môme …)
    Il n’y a qu’un seul point que je refute, le master en homéopathie est CARRÉMENT plus utilse que les consignes/info actuelles sur concrètement ça va se passer comment dans les semaines à venir?
    Allez, courage, déjà les troupes sont toujours vivantes (les parents, on ne dit pas)

    Aimé par 1 personne

  10. LOL mais les commentaires Marmiton sont ma hantise. 9 fois sur 10, ça répond pas à la question et ça t’en flanque 5 de plus. Je pense à toutes celles qui à chaque recette de gâteau mette un point d’honneur à préciser qu’elles ont ajouté des pépites de chocolat (même sur les tartes aux pommes !)

    Aimé par 1 personne

  11. avec toi de tout coeur. Ici aussi, parfois grosse sensation d’échecs, surtout sur les quiches.
    Tu as essayé l’apéro à 15H?
    Allez j’y retourne, nous ici c’est ls sciences du vivant je découvre aujourd’hui qu’elle devait le rendre avant-hier….

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s